La Châtelaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Châtelaine
La Châtelaine
Intérieur de l'église de La Châtelaine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Arbois
Intercommunalité Communauté de communes Arbois, Poligny, Salins – Cœur du Jura
Maire
Mandat
Alain Murcier
2014-2020
Code postal 39600
Code commune 39116
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2016 en augmentation de 5,51 % par rapport à 2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 32″ nord, 5° 49′ 09″ est
Altitude Min. 470 m
Max. 633 m
Superficie 13,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
La Châtelaine

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
La Châtelaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Châtelaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Châtelaine
Liens
Site web http://lachatelaine.arbois.com/index.htm

La Châtelaine est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Châtelaine est située à environ 570 mètres d'altitude, au sud-est d'Arbois et à environ 30 km au nord-est de la ville de Lons-le-Saunier (à vol d'oiseau). Ce village rural se trouve dans le massif du Jura, dans un décrochement de la partie nord du plateau lédonien (le premier plateau du Jura), à l'est de la vallée d'érosion de la Cuisance, et au-dessus de la reculée des Planches.

La quasi-totalité du territoire communal, d'une surface de 13,17 km2, se situe sur le plateau lédonien, d'une altitude moyenne de 570 m, et est partagée entre les champs et pâturages d'une part, et la forêt d'autre part. La limite ouest de la commune longe principalement le sommet rocheux de la falaise qui surplonge la vallée de la Cuisance. Les parois rocheuses de la reculée des Planches et du cirque du Fer à Cheval sont particulièrement remarquables au-dessus des sources karstiques de la Cuisance. À l'ouest, le territoire communal rejoint la forêt d'Arbois, tandis qu'à l'est et au sud-est, se trouvent la forêt des Moidons et le bois de la Châtelaine. À cet endroit se trouve le point le plus élevé de la Châtelaine avec 633 m d'altitude. Le plateau ne possède pas de cours d'eau en surface, parce que l'eau de pluie s'infiltre dans le sous-sol karstique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mesnay Ivory Rose des vents
les Planches-près-Arbois N Chilly-sur-Salins
O    Mesnay    E
S
Arbois Molain Valempoulières

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de la Châtelaine était déjà fréquenté par les hommes pendant la Préhistoire. La première trace écrite du château médiéval date du XIe siècle. La comtesse Mahaut d'Artois y a vécu. Il a été restauré au XIVe siècle et détruit en 1480 par les troupes du roi Louis XI. Avec des pierres provenant des ruines du château, les villageois ont construit leurs maisons[1]. La Châtelaine a intégré la France comme le reste de la Franche-Comté en 1678 à la suite du traité de Nimègue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avant avril 2005 ? Michel Maraux   Chargé de clientèle assurances agricoles
avant avril 2005 ? mars 2014[2] Bernard Guillot PCF  
mars 2014 En cours Alain Murcier SE Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de La Châtelaine sont appelés les Châtelainiers et les Châtelainières[3].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 134 habitants[Note 1], en augmentation de 5,51 % par rapport à 2011 (Jura : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210234237204186202190159185
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
183203213180178172177166209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
188178167158119134120123119
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
107111108123120133132127133
2016 - - - - - - - -
134--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église

L'église Saint-Just de la Châtelaine a été construite au XVIIe siècle, et son clocher ajouté au XIXe siècle. Elle possède un riche aménagement intérieur, dont une statue de Vierge à l'Enfant en albâtre du XVIe siècle, un reliquaire du XVIIIe siècle et un ciboire en argent du XVIIe siècle, classés comme monuments historiques[8]. La chapelle Notre-Dame date du XIXe siècle.

Châteaux
  • Ruines du château médiéval de La Châtelaine ;
Article détaillé : château de La Châtelaine.
  • Château d'Artois (XVIIe-XVIIIe s).
Site naturel

Parmi les curiosités naturelles se trouvent le cirque rocheux du Fer à Cheval et la reculée des Planches. Un club de spéléologie permet l'exploration du sous-sol de la région : le spéléo-club La Châtelaine (SCLC)[9].

Économie et infrastructures[modifier | modifier le code]

La Châtelaine était encore largement au XXe siècle un village marqué par l'agriculture et la sylviculture. Aujourd'hui, il n'y a plus qu'une seule ferme dans le village et La Chátelaine s'est transformée de plus en plus en un village-dortoir[1] avec beaucoup de personnes qui travaillent dans des localités plus importantes des environs. Dans le village, il n'y a pas de points de vente.

La localité se trouve à l'écart des plus grandes routes de passage, à l'exception toutefois de la route D 469 entre Arbois et Montrond, qui est facilement accessible. Une autre route conduit à Ivory.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La comtesse Mahaut d'Artois reçu en donation de son mari Othon IV, comte palatin de Bourgogne, en 1294 "la vile de la Casteleinne dessus Arbois" ... et toutes les dépendances tant en prés, champs, vignes et hommes. S'ajoute à cette donation le "chestel". (ADD 1B 338-1294). En, 1305 , Mahaut d'Artois, qui est donc titulaire de la seigneurie de La Châtelaine, fait élever en 1305 la grande tour Nord Est qui est la pièce maîtresse de l'enceinte protégeant le pôle castral et le bourg attenant (BMB Ms 915, f° 53 verso et suivants)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Découvrir La Châtelaine, Website de la commune de La Châtelaine; consultée le 8 septembre 2013.
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010.
  3. Ville de La Châtelaine Annuaire des mairies et villes de France ; consultée le 2 septembre 2013.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Base de données Palissy du Ministère de la Culture
  9. « speleo club LA CHATELAINE - spéléo - Jura - », free.fr