Base sous-marine de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Base sous-marine de Bordeaux
Image illustrative de l’article Base sous-marine de Bordeaux

Lieu Bordeaux (Nouvelle-Aquitaine, France)
Type d’ouvrage Base de sous-marins
Construction 1941-1943
Architecte Organisation Todt
Matériaux utilisés Béton armé, béton, granit
Utilisation Base sous-marine, stockage, réparation
Appartient à Ville de Bordeaux
Contrôlé par Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
War Ensign of Germany (1938–1945).svg Kriegsmarine
Guerres et batailles Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 44° 52′ 12″ nord, 0° 33′ 31″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Bordeaux
(Voir situation sur carte : Bordeaux)
Base sous-marine de Bordeaux
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Base sous-marine de Bordeaux

La base sous-marine de Bordeaux est l'une des cinq bases pour sous-marins construites par les Allemands sur la façade atlantique française au cours de la Seconde Guerre mondiale. Construite entre 1941 et 1943, elle accueillit des sous-marins italiens et allemands.

Elle abrite aujourd'hui plusieurs espaces culturels : un lieu d'exposition dédié à l'art contemporain, et les Bassins de Lumières, un centre d'art numérique.

Base sous-marine italienne[modifier | modifier le code]

Lors de l'Occupation, les Italiens installèrent dès 1940 une base sous-marine dans le port de Bordeaux, constituant une part de leur effort dans la bataille de l'Atlantique. Son nom de code était « Betasom » : « bêta » pour la lettre grecque initiale de Bordeaux, et « som » pour « sommergibili » (« submersibles » en italien).

Elle abrite les sous-marins italiens de la 11e Gruppo del Fero Subacqueo Italiano in Atlantico en 1940. Entre septembre et , 28 sous-marins arrivent à Bordeaux ; ceux-ci seront rejoints par quatre autres[1]. La base dépend des Forze subacquee italiane in Atlantico, dirigées par le contre-amiral Angelo Parona, sous le commandement de la Marine italienne. Les opérations sont sous le contrôle du commandement allemand des sous-marins.

L'état-major et les équipages sont logés dans l'ancienne gare maritime de la Compagnie Transatlantique[1] juste en face du bunker, de l'autre coté du bassin à flots.

La flotte[modifier | modifier le code]

Au moment de son entrée en guerre, l'Italie possédait plus d'une centaine de sous-marins, mais seulement une quarantaine étaient adaptés aux croisières océaniques. Le choix des sous-marins pour le BETASOM n'a concerné que ces unités. La base atlantique a accueilli un total de 32 sous-marins. Une première flotte de 27 navires a été transférée à l'automne 1940 à travers la mer Méditerranée[2] et comprenait les unités suivantes :

  • Malaspina (à Betasom à partir de septembre 1940, six missions effectuées, disparu en septembre 1941 par l'action anti-sous-marine des Alliés)
  • Tazzoli (au Betasom depuis octobre 1940, neuf missions, transformé en sous-marin de transport entre fin 1942 et début 1943, disparu en mai 1943 probablement par une frappe de mine)
  • Calvi (au Betasom depuis octobre 1940, huit missions effectuées, coulé par le sloop HMS Lulworth le )
  • Finzi (au Betasom depuis septembre 1940, dix missions effectuées, transformé en sous-marin de transport au printemps-été 1943, capturé à Bordeaux à l'armistice de Cassibile )
  • Bagnolini (au Betasom depuis septembre 1940, 11 missions effectuées, transformé en sous-marin de transport au printemps-été 1943, capturé à Bordeaux à l'armistice)
  • Giuliani (sur Betasom depuis octobre 1940, trois missions effectuées, détaché pendant quelque temps à Gotenhafen à l'école des sous-mariniers italiens, transformé en sous-marin de transport au printemps 1943, capturé en Indonésie à l'armistice)
  • Tarantini (à Betasom à partir d'octobre 1940, deux missions effectuées, coulé le par le sous-marin HMS Thunderbolt)
  • Marconi (au Betasom à partir de septembre 1940, six missions effectuées, disparu en septembre 1941)
  • Da Vinci (à Betasom depuis octobre 1940, 11 missions effectuées, coulé le par le destroyer HMS Active et la frégate HMS Ness)
  • Torelli (à Betasom depuis octobre 1940, 12 missions effectuées, converti en sous-marin de transport en mars-avril 1943, capturé au Japon à l'armistice)
  • Baracca (à Betasom depuis octobre 1940, six missions effectuées, coulé le 8 septembre 1941 par le destroyer HMS Croome)
  • Marcello (au Betasom depuis décembre 1940, trois missions effectuées, disparu en février 1941)
  • Dandolo (à Betasom depuis septembre 1940, six missions effectuées, retour en Méditerranée en juin-juillet 1941)
  • Mocenigo (à Betasom depuis décembre 1940, quatre missions effectuées, retour en Méditerranée en août 1941)
  • Veniero (à Betasom depuis novembre 1940, six missions effectuées, retour en Méditerranée en août 1941)
  • Barbarigo (au Betasom depuis septembre 1940, 11 missions effectuées, transformé en sous-marin de transport en mars, mai 1943, disparu en juin 1943 probablement par une attaque aérienne)
  • Nani (à Betasom depuis novembre 1940, trois missions effectuées, disparu le )
  • Morosini (à Betasom depuis novembre 1940, neuf missions effectuées, coulé par une attaque aérienne le )
  • Emo (à Betasom depuis octobre 1940, six missions effectuées, retour en Méditerranée en août 1941)
  • Comandante Faà di Bruno (au Betasom à partir d'octobre 1940, deux missions effectuées, disparu le )
  • Comandante Cappellini (au Betasom depuis octobre 1940, 12 missions effectuées, transformé en sous-marin de transport au printemps 1943, capturé à Singapour à l'armistice)
  • Bianchi (à Betasom à partir de décembre 1940, quatre missions effectuées, coulé le par le sous-marin HMS Tigris)
  • Brin (à Betasom depuis décembre 1940, cinq missions effectuées, retour en Méditerranée en août-septembre 1941)
  • Glauco (au Betasom depuis octobre 1940, cinq missions effectuées, coulé le par le destroyer HMS Wishart)
  • Otaria (à Betasom depuis septembre 1940, huit missions effectuées, retour en Méditerranée en septembre 1941)
  • Argo (à Betasom depuis octobre 1940, six missions effectuées, retour à la mer Méditerranée en octobre 1941)
  • Velella (à Betasom depuis décembre 1940, quatre missions effectuées, retour en Méditerranée en août 1941)

Un autre sous-marin, le Cagni, a été transféré au BETASOM en 1942-1943, dès que son équipement a été achevé. Pour atteindre l'Atlantique, tous les sous-marins italiens ont été contraints de traverser le détroit de Gibraltar, où se trouve encore une importante base navale de la Royal Navy. Le passage ne s'est pas fait sans difficultés, notamment à cause des courants marins, mais il s'est fait sans incident.

Le Perla, sur son chantier de construction à Monfalcone en 1936.

Par la suite, quatre autres sous-marins ont été intégrés à la flotte (dont deux seulement, cependant, ont opéré pour Betasom, tandis que les deux autres sont retournés en Méditerranée après un certain travail), en provenance d'Afrique orientale italienne. En vue de la chute imminente de l'Erythrée (qui abritait l'importante base navale de Massaoua), il a été décidé, en effet, d'évacuer tout ce qui restait de la composante sous-marine de la marine "coloniale", afin qu'elle ne tombe pas entre les mains des Britanniques. Les quatre sous-marins étaient :

  • Archimede (à Bordeaux à partir du , trois missions effectuées, coulé par une attaque aérienne le )
  • Perla (à Bordeaux à partir du , n'est jamais devenu opérationnel pour Betasom, est retourné en Méditerranée en septembre-octobre 1941)
  • Guglielmotti (à Bordeaux à partir du , n'est jamais devenu opérationnel pour Betasom, est retourné en Méditerranée en septembre-octobre 1941)
  • Ferraris (à Bordeaux à partir du , une mission accomplie, coulé le par le destroyer HMS Lamerton)

Ces navires ont atteint le BETASOM en contournant l'Afrique avec l'aide du pétrolier allemand Nordmark, qui s'est chargé du ravitaillement en eau profonde des quatre unités (le Perla, un sous-marin de petite croisière, a également nécessité un autre ravitaillement, par le croiseur auxiliaire allemand Atlantis).[réf. nécessaire]

Les succès[modifier | modifier le code]

Au cours de leurs missions dans l'Atlantique, les sous-marins de Betasom ont coulé un total de 109 navires de 593 864 tonnes brutes, répartis comme suit[3]:

  • Da Vinci: 17 navires pour 120 243 tonneaux de jauge brute (tjb) (le sous-marin non allemand le plus performant de la Seconde Guerre mondiale[3])
  • Tazzoli: 18 navires pour 96 650 tjb
  • Torelli: 7 navires pour 42 871 tjb
  • Morosini: 6 navires pour 40 927 tjb
  • Barbarigo: 7 navires pour 39 300 tjb
  • Calvi: 6 navires pour 34 193 tjb
  • Cappellini: 5 navires pour 31 648 tjb
  • Finzi: 5 navires pour 30 760 tjb
  • Archimede: 2 navires pour 25 629 tjb
  • Marconi: 7 navires pour 18 887 tjb
  • Malaspina: 3 navires pour 16 384 tjb
  • Giuliani: 3 navires pour 16 103 tjb
  • Bianchi: 3 navires pour 14 705 tjb
  • Emo: 2 navires pour 10 958 tjb
  • Baracca: 2 navires pour 8 553 tjb
  • Brin: 2 navires pour 7 241 tjb
  • Bagnolini: 2 navires pour 6 962 tjb
  • Dandolo: 2 navires pour 6 554 tjb
  • Cagni: 2 navires pour 5 840 tjb
  • Argo: 1 navire pour 5 066 tjb
  • Veniero: 2 navires pour 4 987 tjb
  • Otaria: 1 navire pour 4 662 tjb
  • Nani: 2 navires pour 1 939 tjb
  • Marcello: 1 navire pour 1 550 tjb
  • Mocenigo: 1 navire pour 1 253 tjb

Les sous-marins Faà di Bruno, Ferraris, Glauco, Tarantini et Velella n'ont coulé aucun navire, pas plus que le Guglielmotti et le Perla, qui n'ont effectué aucune mission offensive.

Après la réorganisation tactique et "technologique" (réduction des temps de plongée rapide, modification du kiosque pour le rendre moins visible, remplacement des climatiseurs par des systèmes au fréon, des torpilles allemandes, etc.), et les méthodes plus intensives et rationnelles d'entraînement, de formation et de sélection du personnel et de la nourriture, effectuées au cours de l'année 1941, les performances des sous-marins (initialement peu enthousiasmantes) se sont améliorées. Entre 1942 et 1943, les sous-marins italiens ont dépassé les sous-marins allemands de 59 % sur le même front; c'est-à-dire que deux sous-marins italiens ont pu couler plus de navires qu'un seul bateau allemand. Ceci est une indication des nombreuses limites technologiques (et, en partie, opérationnelles et de formation) des sous-marins italiens. Ces résultats étaient toutefois plus flatteurs que ceux obtenus en Méditerranée[4]

Les forceurs de blocus[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre, entre 1941 et 1942, de nombreux forceurs de blocus italiens ont été réparés à Bordeaux : d'Espagne, le pétrolier Clizia et les navires à vapeur Capo Lena, Drepanum et Fidelitas, des îles Canaries, les navires à vapeur Atlanta et Ida, du Brésil, les navires à vapeur XXIV Maggio, Africana et Monbaldo et le navire à moteur Himalaya (en provenance d'Érythrée) et du Japon, les navires à moteur Cortellazzo, Fusijama (en provenance de Thaïlande) et Pietro Orseolo. Les pétroliers Burano, Frisco et Todaro ont également été transférés de Bordeaux à Saint-Nazaire, où ils étaient arrivés à l'origine. Tous les navires en question transportaient des milliers de tonnes de matériel, la plupart d'entre eux présentant un intérêt de guerre, qui ont ensuite été envoyés en Italie; la plupart d'entre eux ont ensuite été employés par les forces allemandes, en gardant leurs équipages italiens. Des îles Canaries arriva à Bordeaux, en octobre 1940, également le chalutier Balena, qui fut utilisé pour capturer le poisson nécessaire au personnel de la base sous-marine.

Le forceur de blocus Cortellazzo.

A Bordeaux, on prépare également (embarquement de canons et de mitrailleuses, cornes de brume, etc.), pour de nouvelles missions de rupture de blocus, les quatre plus modernes et les plus rapides : le Cortellazzo, l'Himalaya, le Fusijama et le Pietro Orseolo, qui devront ensuite rejoindre le Japon et revenir à Bordeaux avec des matières premières introuvables en Europe. Pour cela, le personnel technique de la Regia Marina est envoyé à Bordeaux : les navires sont prêts entre fin 1942 et début 1943. Seul le Pietro Orseolo a réussi cette mission, arrivant au Japon et revenant à Bordeaux, bien qu'endommagé, avec 6 800 tonnes de matières premières (notamment du caoutchouc naturel), tandis que le Cortellazzo a été contraint de se saborder peu après son départ, et que l'Himalaya a dû annuler deux tentatives de forcer le blocus et que le Fusijama n'a jamais quitté Bordeaux.

Base sous-marine allemande[modifier | modifier le code]

Construction du U-Bunker[modifier | modifier le code]

La planification par le Marine Bauwesen, le département chargé des constructions au sein de l'Oberkommando der Marine (OKM), l'état-major de la Kriegsmarine allemande, de la construction d'un bunker pour la base sous-marine date de 1940[5]. D'autres bases sous-marines de l'Atlantique[5] sont déjà équipées, s'avérant plus exposées aux bombardiers britanniques.

L'organisation Todt commence la construction en septembre 1941 au bassin à flot no 2 de Bacalan. La construction va durer 22 mois[5] sous la supervision d'Andreas Wagner, comme pour les autres bases sous-marines allemandes[6].

Le bâtiment est constitué d'un bloc de béton armé de 245 mètres de long sur 162 mètres de large et 20 mètres de haut. Une tour bunker de 48 × 73 mètres lui est adjointe. Il abrite onze alvéoles de 100 à 115 mètres de long, sept des alvéoles pouvant accueillir un sous-marin et quatre pouvant en accueillir deux. Le tirant d'air est de 11,40 m[6] et le tirant d'eau de 9 m (avec un marnage de 1,5 m)[6].

L'ensemble était couvert par un premier toit en béton armé de 3,5 mètres d'épaisseur. Il fut recouvert par une seconde dalle de 2,10 mètres d'épaisseur. À partir de 1943, avec la portée accrue des bombardiers alliés délivrant des bombes plus puissantes, les Allemands décidèrent de renforcer le toit en posant au-dessus une structure dite « Fangrost »[5]. Il s'agit d'un ensemble de poutres en béton de 32 tonnes placées parallèlement, espacées de 5 à 6 mètres et recouvertes d'autres poutres plus petites placées perpendiculairement aux premières. Ce dispositif devait provoquer l'explosion de la bombe avant qu'elle n'atteigne la dalle[5]. Mais ce « treillis » n'était pas achevé en août 1944.

600 000 m3 de béton furent nécessaires pour la construction. L'organisation Todt employa plusieurs milliers d'ouvriers[5]. Certains servaient volontairement, la plupart étant prisonniers de guerre ou requis dont plus de 3 000 républicains espagnols, « les rouges » (on estime que plus de 70 y sont morts)[7], mais également des Français, des Italiens, des Belges et des Néerlandais[5].

Aménagement du site[modifier | modifier le code]

Dans le bâtiment principal, les sept alvéoles centraux pouvaient être mis à sec. Chacun est séparé par un mur épais de 5 à 6 mètres et fermé par des volets blindés pour le protéger des éclats de bombes. Chaque alvéole est équipé de deux ponts roulants d'une capacité de levage de 3 ou 5 tonnes[6] permettant sur chacun de transporter pièces lourdes et munitions. En bout des alvéoles, une voie ferrée traverse perpendiculairement le bunker et dessert les différents alvéoles et leurs ponts roulants ainsi que les ateliers situés de l'autre côté de la voie ferrée. Le bâtiment comprenait plusieurs dizaines de pièces borgnes (sans fenêtres) où, sur plusieurs étages, se répartissaient ateliers, réserves, bureaux et lieux de vie, dont une infirmerie.

Pour des raisons de sécurité, les torpilles et le carburant étaient stockés à l'écart, dans un bunker situé à 200 mètres au nord-est de la base (près du boulevard Alfred Daney)[5].

Les unités[modifier | modifier le code]

La flottille a reçu au cours de sa vie opérationnelle 46 U-Boote: Unterseeboot type VII, Unterseeboot type IX, Unterseeboot type X et Unterseeboot type XIV :

Les sous-marins italiens suivants ont été capturés après la capitulation italienne en septembre 1943 (Armistice de Cassibile) et ont été affectés à la 12. Unterseebootsflottille:

Utilisation[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dès la construction des premières alvéoles, la base devient en octobre 1942 le port d'attache de la 12. Unterseebootsflottille. Formée à Bordeaux le comme Frontflottille, flottille de combat, elle est placée sous le commandement du korvettenkapitän Klaus Scholz. Cette flottille assurait les missions longues dont celles de l'océan Indien et les liaisons avec le Japon[5]. Le premier U-boot allemand arrivé sur place est le U-178, le . Il sera suivi par une quarantaine de sous-marins, dont le l'U-196 du commandant Kentrat qui effectua la plus longue mission en mer de la guerre. Sur 43 U-Boote basés à Bordeaux, 36 furent perdus[1].

Le port de Bordeaux et ses dépendances (Le Verdon, Ambès, Bassens, Pauillac) abritaient également une flottille d'une vingtaine de patrouilleurs, une quinzaine de dragueurs de mines et quelques destroyers chargés d'assurer la protection au départ et à l'arrivée des sous-marins.

Le vit un raid aérien américain d'importance. Une information de la Résistance avait indiqué aux Alliés une forte concentration de sous-marins[8]. Le bombardement imprécis, effectué à l'altitude trop élevée de 22 000 pieds, affecta peu la base. Une porte du bassin à flot fut détruite et cinq sous-marins échoués[8]. Les dégâts civils furent importants, plus de 200 immeubles touchés, 184 Bordelais tués et 249 blessés[8].

Après l'armistice de Cassibile, les Allemands prennent possession de cinq sous-marins italiens. L'UIT 21, l'UIT 22, l'UIT 23, l'UIT 24 et l'UIT 25 reprennent la mer sous pavillon allemand[1]. De janvier à , se dérouleront plus de 13 raids anglo-américains contre la base sous-marine et à l'encontre de l'aéroport de Mérignac, mais sans grand succès[8].

Le , Bordeaux et le port sont évacués par les Allemands. L'U-178 et l'U-188, incapables d'appareiller, sont sabordés sur place[1].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

La base reste un imposant vestige de la Seconde Guerre mondiale. Pendant longtemps elle a été laissée quasiment à l'abandon, seuls les ateliers étaient occupés par de petites entreprises de métallurgie et de réparations maritimes.

En 1990, le site accueille le Conservatoire International de la Plaisance de Bordeaux, un concept mêlant musée et centre de recherche, à l'époque le plus grand conservatoire mondial de bateaux de plaisance. les alvéoles de la base ont abrité jusqu'à 120 bateaux. Puis, faute de visiteurs, le lieu a fermé ses portes en 1997[9].

Un projet culturel, confié à Culturespaces, dénommé Bassins de lumières a ouvert au printemps 2020[10]. Il occupe les 4 premières alvéoles sur les 11 que compte la base.

Mémorial en hommage aux Républicains espagnols[modifier | modifier le code]

Le , devant la base sous-marine, est inauguré un Mémorial en hommage aux Républicains espagnols, travailleurs forcés employés sur le chantier de construction. 70 d'entre eux y ont laissé leur vie, et, d'après plusieurs témoignages, certains seraient ensevelis dans le béton armé des fondations[11].

Mémorial en hommage aux Républicains espagnols.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Base sous-marine de Bordeaux sur u-boote
  2. Walter Ghetti. Volume secondo: Storia della Marina Italiana nella seconda guerra mondiale, De Vecchi editore, pp. 20-50
  3. a et b I Primi 50 Sommergibili Più "vittoriosi" Wwii - Betasom - XI Gruppo Sommergibili Atlantici
  4. Fabio de Ninno, I Sommergibili del fascismo, Politica navale, strategia e uomini tra le due guerre mondiali, Milano, UNICOPLI, 2014, (ISBN 978-88-400-1725-9).
  5. a b c d e f g h et i Silvia Marzagalli (dir.), Bordeaux et la Marine de guerre : XVIIe-XXe siècles, Pessac (Gironde, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « La mer au fil des temps », , 198 p. (ISBN 2-86781-298-4 et 978-2-867-81298-9, OCLC 401781671, BNF 38929725, lire en ligne).
  6. a b c et d Yves Buffetaut, Les Ports de l'Atlantique : 1939-1945, Rennes, Marines éditions, coll. « Ports français 1939-1945 », , 155 p. (ISBN 2-909675-99-8 et 978-2-909-67599-2, OCLC 53297461), « « Le U-Bunker de Bordeaux » », p. 83.
  7. Jean-Paul Vigneaud, « Souvenirs de sang et béton mêlés », sur sudouest.fr,
  8. a b c et d André Desforges (coordination générale), Philippe de Bercegol, Monique Canellas, Bernard Dané et al., Histoire des maires de Bordeaux, Bordeaux, Dossiers d'Aquitaine, , 523 p. (ISBN 978-2-84622-171-9 et 2-846-22171-5, OCLC 470749178, BNF 41420774, présentation en ligne).
  9. ActuNautique Magazine, « Vidéo - Bordeaux va vendre les épaves de l'ancien Conservatoire International de la Plaisance (CIP) », sur ActuNautique.com (consulté le )
  10. « La base sous-marine de Bordeaux va devenir "Bassin des Lumières" », Le Point, 19 juillet 2018.
  11. Jean-Paul Vigneaud, « Souvenirs de sang et béton mêlés », sur sudouest.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwan Langéo, Les bases de sous-marins : Bordeaux 1940-1944, auto-édition, , 150 p. (ISBN 2955715514)
  • Mathieu Marsan, « La Base sous-marine de Bordeaux, sous le béton la culture », dans In Situ, tome 16, 2012 [lire en ligne]
  • Mathieu Marsan, « Bordeaux, les bassins en lumière », dans Le Festin, avril 2020, no 113, p. 22-23, (ISBN 978-2-36062-252-8)
  • Éric Cron, « Les bassins à flot de Bordeaux : la concordance des temps », dans Le Festin, avril 2020, no 113, p. 24-31, (ISBN 978-2-36062-252-8)
  • Mathieu Marsan, « 1941-1944. La base sous-marine de Bordeaux », dans Le Festin, avril 2020, no 113, p. 32-39, (ISBN 978-2-36062-252-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]