Opération Deadlight

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
52 des 154 U-Boote de la flotte atlantique de l'armée allemande, amarrés à Lisahally (en) (Irlande du Nord) ici en juin 1945 après la reddition de la flotte aux alliés

L'opération Deadlight est le nom de code pour le sabordage par les forces alliées des U-Boote de la Kriegsmarine qui se sont rendus après la défaite de l'Armée nazie à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Sabordage en mer[modifier | modifier le code]

Sur les 154 U-Boote remis, 121 ont été sabordés en eau profonde au large de Lisahally (en), en Irlande du Nord ou du Loch Ryan en Écosse à la fin de 1945 et au début de 1946.

Le 12 février 1946 à 10 h 4, l'U-3514 reçut le triste honneur d'être le dernier U-Boot coulé par l'Opération Deadlight. Les 33 autres U-Boote ont été utilisés pour diverses tâches avant d'être coulés, comme l'U-1105, coulé lors d'essais d'explosifs dans le Potomac en 1949.

Plusieurs U-Boote ont échappé à l'Opération Deadlight. Certains ont été cédés comme prise de guerre à la Grande-Bretagne, la France, la Norvège et l'Union soviétique :

Deux autres U-Boote, qui ont survécu à l'Opération Deadlight, sont devenus aujourd'hui des navires-musées :

  • L'U-505 devait être torpillé, mais le contre-amiral Daniel V. Gallery (en) fait valoir avec succès qu'il ne relevait pas de l'Opération Deadlight. L'United States Navy Task Group 22.3, sous les ordres du Capitaine Gallery, avait capturé l'U-505 dans la bataille, le 4 juin 1944. Du fait d'avoir été capturé, et non pas remis à la fin de la guerre, il a survécu à la guerre pour devenir un mémorial au Musée des Sciences et de l'industrie de Chicago.
  • L'U-995 a été transféré à la Norvège par la Grande-Bretagne en octobre 1948 et est devenu le sous-marin norvégien Kaura. Il est retourné en Allemagne en 1965 pour devenir un navire-musée en 1971.

Listes des U-Boote concernés[modifier | modifier le code]

Sauvetage[modifier | modifier le code]

En 1995, le Ministère britannique de la défense a attribué un contrat de sauvetage à une entreprise qui prévoit de renflouer la plupart, sinon la totalité, des U-Boots sabordés au titre de l'opération Deadlight [1]. Étant donné que tous les produits en acier fabriqué depuis 1945 (date de lancement de la première bombe atomique) contiennent un faible niveau de radioactivité, les navires coulés en acier, comme ceux sabordés au cours de l'Opération Deadlight ou à Scapa Flow[2] représentent l'une des rares sources d'acier non radioactifs, nécessaires à la fabrication d'instruments de mesure de radioactivité, entre autres choses. Ainsi, cet acier « propre » a une plus grande valeur sur le marché que l'acier normal contaminé par des quantités infimes de radioactivité présentes dans l'air, ce qui rend ce sauvetage économiquement viable. La contamination par le plomb est également en train de devenir un enjeu de l'acier recyclé.

En 2002, la société d'Innes McCartney a commencé à réaliser ses premières recherches de localisations des U-Boots.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]