Base sous-marine de Brest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base sous-marine de Brest
Image illustrative de l'article Base sous-marine de Brest
La base lors de sa construction en 1941

Lieu Brest (Bretagne, France)
Type d’ouvrage Base de sous-marins
Construction 1941
Architecte Organisation Todt
Matériaux utilisés Béton armé, béton, granit
Hauteur 17 m
Utilisation Base sous-marine, stockage, réparation
Contrôlé par Drapeau de la France France
Guerres et batailles Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 48° 21′ 59″ nord, 4° 31′ 22″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base sous-marine de Brest

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Base sous-marine de Brest

Géolocalisation sur la carte : Brest

(Voir situation sur carte : Brest)
Base sous-marine de Brest

La base sous-marine de Brest est un immense bunker de la Seconde Guerre mondiale, destiné à abriter la 1re et la 9e flottille d' U-boote de la Kriegsmarine[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que la base sous-marine de Lorient soit plus grande avec ses 3 abris (Kéroman I, II et III), le bunker de Brest est le plus grand jamais construit.

Construction du U-bunker[modifier | modifier le code]

La construction, confiée à l'organisation Todt, commence en 1941 et s'achève officiellement le 13 mai 1942, après environ 500 jours. La Kriegsmarine utilise des installations de la Penfeld préexistantes : la base est ainsi construite au pied de l’École Navale, au lieu-dit « Les 4 pompes ». Les U-Boote peuvent se servir des premières alvéoles dès fin 1941. Le 13 septembre 1941, la première tranche de l'U-Bunker est inaugurée par l'U-372 du K.L. Heinz-Joachim Neumann[1].

Caractéristiques de l'U-Bunker[modifier | modifier le code]

  • Dimensions : 300 × 175 × 18 mètres[1].
  • 15 bassins dont 10 cales sèches.
  • murs de 1 à 2 mètres d'épaisseur pour séparer les différents bassins.
  • Côté mer les bassins sont fermés, dans le tiers supérieur par une dalle de béton et en dessous par des volets métalliques mobiles pare-éclats.
  • Dalle de couverture 4,20 mètres au début puis renforcée à 6,10 mètres.
  • Aux angles ont été construits des bunkers supportant des matériels de Flak[1].
Plan de la base

Utilisation[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux Flottilles sont basées à Brest, la 1re U-Flottille, qui arrive de Kiel en juin 1941 et le 9e U-Flottille, créée à Brest en novembre 1941.

Commandement de la 1.U-Flottille[modifier | modifier le code]

  • De janvier 1940 à octobre 1940 par le K.K. Hans Eckermann (de) (U-A, U-20).
  • De novembre 1940 à février 1942 par le K.K. Hans Cohausz (pt) (U-30, U-A) (Qui prendra le commandement de la 11.U-Flottille à Bergen).
  • De mars 1942 à juillet 1942, intérim par le K.L. Heinz Buchholz (pt) (U-24, U-15, U-195, U-177).
  • De juillet 1942 à septembre 1944 (Date de la dissolution de la Flottille) par le K.K. Werner Winter (en) (U-22, U-103).

Commandement de la 9.U-Flottille[modifier | modifier le code]

  • De novembre 1941 à mars 1942 par K.L. Jürgen Oesten (U-61, U-106, U-861).
  • De mars 1942 à août 1944 (Date de la dissolution de la Flottille) par K.K. Heinrich Lehmann-Willenbrock. (U-8, U-5, U-96, U-256). Quitte Brest à bord de l'U-256 et prend le commandement de la 11.U-Flottille à Bergen.

Le premier U-Boot arrive à Brest en août 1940. Il s'agit de l'U-65 (Type IX-B). D'août 1940 à septembre 1944, la base accueille environ 134 U-Boote différents, ainsi que deux sous-marins italiens et un sous-marin japonais[2]. Au plus fort de la bataille de l'atlantique, en mars 1943, ils sont jusqu'à 26 U-Boote à séjourner en même temps[2]. Ces U-Boote ont participé à toutes les campagnes de l'arme sous-marine allemande, du nord au sud de l'Atlantique jusqu'aux côtes américaines[2].

Parmi les nombreux commandants de sous-marins à être passés par la base de Brest, deux as de l'armée sous-marine ont eu pour port d'attache Brest. Reinhard Sühren (U-564) coula 19 navires avec un total de 96 444 tonnes[3]. Il fut notamment officier de quart sous les ordres d'Herbert Schultze (U-48) et fut finalement promu Fregattenkapitän le 1er juin 1944. Adalbert Schnee (U-201) : 23 navires avec un total de 95 889 tonnes et en endommagea 3 autres[4].

Dégâts occasionnés par les bombardements d'août 1944

Au cours de la guerre, la base sous-marine subira un total de 82 attaques venant de la R.A.F et de l'USAAF. Trois attaques aériennes importantes seront menées par les Lancaster du Squadron no 617 les 5, 12 et 13 août 1944. Durant ces bombardements, huit bombes de 5 443 kg (12 000 lb) Tallboy touchèrent leur but, cinq d'entre elles réussissant à percer l'épais toit de béton de l'U-Bunker en créant des cratères de 5 mètres de diamètre. Cependant, les dégâts à l'intérieur sont superficiels et les U-Boots sont épargnés.

Le 4 septembre 1944, le dernier U-Boot à quitter l'U-Bunker sera l'U-256 du capitaine de corvette Heinrich Lehmann-Willenbrock[1].

Lorsque le huitième corps américain libère Brest après de furieux combats, il ne restera que l'U-415 (Type VII C), de l'O.L. Herbert Werner (en), dans l'alvéole no 4, ce dernier ayant pu quitter Brest avec l'U-953.

Après-Guerre[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui encore, de nombreux ouvrages , de type blockhaus, destinés à la protection de la base sous-marine subsistent et peuvent être observés aux alentours de celle-ci, mais la plupart d'entre eux sont situés en zone militaire. La fermeture de la base est prévue en 2020[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Base sous-marine de Brest sur u-boote.fr.
  2. a, b et c Luc Braeuer ; Benoît Senne :U-Boote ! Brest - 1940-1942, la tanière des 1re et 9e flotilles, 10 octobre 2011.
  3. Reinhard Suhren sur uboat.net.
  4. Adalbert Schnee sur uboat.net.
  5. |http://www.moteurboat.com/votre-region/fermeture-de-la-base-de-sous-marins-de-brest.html]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Andersen Bo, Le mur de l'Atlantique en Bretagne : 1944-1994, Rennes, Editions Ouest-France, , 125 p. (ISBN 978-2-737-31291-5 et 2-737-31291-4, OCLC 32430260), pp. 72-76
  • Luc Braeuer ; Benoît Senne :U-Boote ! Brest - 1940-1942, la tanière des 1re et 9e flotilles, 10 octobre 2011.
  • Jean-Paul Pallud : U Boote : Les sous-marins allemands, Tome II, Les Bases Brest Lorient Saint Nazaire La Pallice Bordeaux, 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]