Unterseeboot type XXI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Type 21.
Unterseeboot type XXI
Image illustrative de l'article Unterseeboot type XXI

Type Submersible
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany 1938-1945.svg Kriegsmarine
Chantier naval AG Weser, Brême
F. Schichau, Danzig
Équipage
Équipage 57 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 76,7 m
Maître-bau 6,32 m
Déplacement 1 621 t (surface)
1 819 t (plongée)
2 100 t (total)
Propulsion Diesel/Electrique
MAN M6V40/46KBB 6-cylindres,
Siemens-SchuckertWerke (SSW) GU365/30 Groupes convertisseurs (3,7 MW),
2 × SSW GV232/28 moteurs électriques pour la marche silencieuse, 226 ch (169 kW)
Puissance 4 000 ch en surface
4 400 ch en plongée
Vitesse 15,6 nœuds en surface
17,5 nœuds en plongée
Profondeur 280 m
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes 533 mm 23 torpilles
2 tourelles AA 2 fois 20 mm ou 30 mm
12 mines TMC
Rayon d'action 15 500 milles à 10 nœuds en surface
340 miles à 5 nœuds en plongée

Le sous-marin type XXI est un sous-marin allemand de la Seconde Guerre mondiale.

Description[modifier | modifier le code]

Le Type XXI du musée de Bremerhaven
Vue arrière du kiosque du U-3008, Type-XXI, avec ses canons de Flak intégrés, 1945

Le type XXI, ou E-boot qui signifie en allemand Elektroboot, est un sous-marin révolutionnaire pour l'époque. Il est en effet capable d'atteindre la vitesse de 17,5 nœuds en plongée (plus rapide que les frégates et les corvettes qui escortaient les convois) et de parcourir plus de 220 nautiques sous l'eau à sa vitesse économique (4 à 5 nœuds). Ses moteurs diesels le propulsaient à plus de 15,6 nœuds en surface et 17,5 nœuds en plongée sur ses moteurs électriques. Il était donc plus rapide sous l'eau que sur l'eau.

Le nombre de batteries électriques était le triple de celles embarquées dans un U-boat type VII-C. Elles lui donnaient ainsi une plus grande autonomie et réduisaient le temps pendant lequel il devait les recharger en naviguant au schnorkel. Ses batteries lui permettaient de naviguer en plongée pendant deux ou trois jours à 5 nœuds en n'utilisant son schnorkel que durant 5 heures.

Son armement anti-navires et anti-sous-marins était de 6 tubes lance-torpilles 533 mm à l'avant. Il embarquait 23 torpilles, 6 aux tubes et 17 de réserve. Deux pseudo-tourelles doubles d'un calibre de 20 ou 30 mm, intégrées à l'avant et à l'arrière du massif, assuraient sa défense antiaérienne.

Pour l'écoute, il était équipé d'un sonar passif très sensible pour l'époque, logé à la base de l'étrave. Il embarquait aussi un détecteur de radar et un radar de veille surface ainsi que deux périscopes; un d'attaque et un autre de veille.

Il était beaucoup plus silencieux que le type VII-C. La coque épaisse du Type XXI était identique à celle du Type XVII : de section en « 8 » horizontal mais avec un carénage extérieur. Elle comprenait huit sections préfabriquées qui étaient livrées séparément et ensuite assemblées sur le chantier naval. Le principe du carénage extérieur augmentait le volume intérieur et facilitait la pose d'une coque extérieure hautement hydrodynamique. Un programme prévoyait la construction prioritaire de 1 500 unités (U-2500 à U-4000) à la cadence de trois par semaine. Les allemands avaient aussi prévu deux variantes : le Type XXI-B et le Type XXI-C. Ils devaient avoir des coques plus longues afin de faire passer le nombre de tubes lance-torpilles de 6 à 12 et 18 respectivement. Aucun de ces deux modèles ne fut fabriqué[1]

Cependant, la mise au point complexe d'un sous-marin aussi innovant fut trop longue pour modifier l'histoire de la guerre navale de manière décisive. Aucun navire allié n'a été coulé par un type XXI.

Historique[modifier | modifier le code]

Quelques heures avant la fin des hostilités, un U-Boot de type XXI (U-2511) commandé par Adalbert Schnee navigua en plongée sans être détecté sous une escadre britannique, sans lancer ses torpilles. Cela fut confirmé en comparant les journaux de navigation des bâtiments britanniques et du sous-marin allemand.

Une copie du U-Boot type XXI, le projet 613, a été construite par l'URSS après la guerre ; l'OTAN l'a appelé classe Whiskey. Ce puissant sous-marin pouvait rester 62 heures en plongée à 5 nœuds et tirer 18 torpilles en 20 minutes. Il « respirait » sous l'eau grâce au schnorkel.

Ses puissants sonars lui permettaient de détecter les bateaux et ses radars, les avions et même de savoir s'il était détecté par un bateau ou un avion.

Capteur[modifier | modifier le code]

Appareils d'écoute sous-marine[modifier | modifier le code]

La combinaison du nouveau sonar à hautes performances Nibelung et des très sensibles hydrophones Balkon permettait aux commandants de pister les bâtiments de surface.

Détecteur de radar[modifier | modifier le code]

Véritable ancêtre des moyens de contre-mesure, l'antenne du détecteur de radar FuMB Ant 3 Bali, était située au sommet de l'extrémité du schnorkel.

Emetteur radar[modifier | modifier le code]

Les Uboot type XXI étaient équipés du radar FuMO 65 Hohentwiel U1 avec l'antenne radar Type F432 D2.

Les 118 Type XXI mis en service[modifier | modifier le code]

Bateaux Nbr Chantier naval N° fabrique Construction
U-2501 à U-2531 31 Blohm & Voss, Hambourg 2501 à 2531 1943 - 1945
U-2533 à U-2536 4 Blohm & Voss, Hambourg 2533 à 2536 1943 - 1945
U-2538 à U-2546 9 Blohm & Voss, Hambourg 2538 à 2546 1943 - 1945
U-2548 1 Blohm & Voss, Hambourg 2548 1943 - 1945
U-2551 et U-2552 2 Blohm & Voss, Hambourg 2551 et 2552 1943 - 1945
U-3001 à U-3035 35 AG Weser, Brême 1160 à 1194 1943 - 1945
U-3037 à U-3041 5 AG Weser, Brême 1196 à 1200 1943 - 1945
U-3044 1 AG Weser, Brême 1203 1943 - 1945
U-3501 à U-3530 30 F. Schichau, Danzig 1646 à 1675 1943 - 1945

Construction des XXI[modifier | modifier le code]

Les U-Boote type 21 étaient construits en 8 différentes sections dans des hangars souterrains et amenés par bateaux vers des hangars géants implantés près de grands fleuves comme le Rhin, l'Elbe ... Les sections étaient si mal construites par les prisonniers qu'il fallait un conséquent travail après leur arrivée dans les hangars pour l'assemblage final. Les U-Boote étaient ensuite dirigés par les fleuves jusqu'à la mer. Ils pouvaient alors appareiller pour remplir leur missions.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Bien après la fin du conflit, en 1957, le U-2540 qui avait été sabordé en 1945 fut renfloué et refondu. Il fut rebaptisé Wilhelm Bauer. De 1960 à 1968, il fut utilisé comme navire océanographique puis, modifié, comme bâtiment d'expérimentation à partir de 1970. Une collision avec un destroyer le rend inapte au service en 1980. Il est alors rayé du service et transformé en navire-musée visitable à Bremerhaven.

France[modifier | modifier le code]

À la fin du conflit, la France reçut en dommage de guerre le sous-marin de type XXI U-2518 qui fut nommé Roland Morillot. Ce bâtiment sera en service dans la marine nationale de 1946 à 1967. Les ingénieurs de la DCAN s'en inspirèrent largement pour la construction des sous-marins océaniques de la classe Narval.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le U-3008 au Portsmouth Naval Shipyard, Kittery, Maine, USA, Aout 1946

La Royal Navy utilisa le sous-marin U-3017 sous l'appellation HMS N41.
Il a été utilisé pour effectuer diverses expérimentations avant d'être condamné en novembre 1949.

États-Unis[modifier | modifier le code]

La Navy a repris le U-2513 et le U-3008, pour une utilisation dans l'Atlantique.
En novembre 1946, le président Harry S. Truman est devenu le premier président américain à se rendre sur un sous-marin lors de sa visite de l'U-2513, le sous-marin a plongé à 440 pieds (130 m) avec le président à bord[2].
Le U-2513 a été coulé comme cible en 1951 et l'U-3008 a été abandonné en 1956.

Union soviétique[modifier | modifier le code]

Quatre sous-marins de type XXI ont été assignés à l'Union soviétique par les Accords de Potsdam, il s'agissait du U-3515, U-2529, U-3035 et U-3041, qui ont été mis en service dans la marine soviétique en tant que B-27, B-28, B-29 et B-30 (plus tard B-100), respectivement. Toutefois, les services secrets occidentaux soupçonnaient les Soviétiques d'avoir acquis plusieurs autres sous-marins de type XXI. Un examen par le Comité mixte de renseignement américain pour les chefs d'état-major en janvier 1948 estimait que la marine soviétique avait alors 15 Type XXI opérationnels, et pourrait achever la construction de 6 autres sous 2 mois, puis pourrait en construire 39 autres en un an et demi à partir de sections préfabriquées, de plusieurs usines produisant des composants de type XXI et de l'unité d'assemblage à Dantzig qui avait été capturée par les Soviétiques à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les U 3538 à U 3557 (respectivement TS-5 à TS-19 et TS-32 à TS-38) sont restés inachevés à Dantzig et ont été démolis ou coulés en 1947. Les quatre sous-marins affectés par Potsdam ont été utilisés pour des essais et des tests jusqu'en 1955, puis sabordés ou utilisés pour les essais d'armes entre 1958 et 1973.

Le Type XXI a constitué la base pour le projet 614, essentiellement une copie du Type XXI, et beaucoup de ses caractéristiques ont également été intégrées au projet 613 (connu en Occident comme la classe Whiskey)[3].

Plans du type XXI[modifier | modifier le code]

SRH025-p40.jpg

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'encyclopédie des armes : les sous-marins de l'Axe 1939-1945, Editions Atlas
  2. "Truman Dives 440 Feet In German Sub", The Pittsburgh Press, 21 novembre 1946, p9
  3. (en) Norman Polmar et Kenneth J. Moore, Cold War Submarines: The Design and Construction of U.S. and Soviet Submarines, Brassey's,‎ (ISBN 1-57488-594-4), p. 23–24