Culturespaces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Culturespaces
Création 17 août 1990
Forme juridique SA
Siège social Paris 75008
Direction Bruno Monnier, fondateur et président-directeur général
Activité Gestion des sites et monuments historiques et des attractions touristiques similaires
Produits Monuments historiques, musées, centres d'art, expositions temporaires.
Sociétés sœurs Amex Studios, Bassins des Lumières.
Effectif 280 en 2017
SIREN 378 955 116
Site web www.culturespaces.com

Fonds propres 5 582 900 € fin 2017
Chiffre d'affaires 41 715 200 € en 2017
Résultat net -2 962 400 € en 2017 (perte)

Culturespaces est une entreprise privée assurant la gestion de monuments historiques et musées, la création de centres d'art et l'organisation d'expositions temporaires et numériques immersives. Il gère 13 établissements qui accueillent plus de 3 millions de visiteurs par an, avec 280 salariés et un chiffre d'affaires de 41 millions d’euros en 2017[1]. Filiale d'Engie (anciennement GDF Suez), le siège de cette entité est installé au 153 boulevard Haussmann dans le 8e arrondissement.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1990, Culturespaces vend aux institutions publiques et aux collectivités un service de gestion de leurs monuments historiques et musées. C'est une entreprise privée qui ne reçoit aucune subvention et vit sur ses propres ressources[réf. nécessaire][2],[3].

En 2012, Culturespaces achète un monument historique pour y créer un centre d’art (l’hôtel de Caumont à Aix-en-Provence) qui a ouvert ses portes le 6 mai 2015[4], entièrement restauré.

En 2018, Culturespaces créé ex-nihilo l'Atelier des Lumières[5], centre d'art numérique diffusant des expositions numériques immersives[6]. L'Atelier des Lumières situé dans le 11e arrondissement de Paris est une ancienne fonderie d'acier ouverte en 1835[7] par les frères Plichon. Entièrement restaurée, elle a ouvert ses portes le 13 avril 2018 et accueille désormais un centre d'art numérique[8],[9].

En septembre 2018, la mairie de Bordeaux annonce qu'elle confie à Culturespaces une partie de la base sous-marine de la ville. Culturespaces est désigné comme délégataire pour la gestion de quatre alvéoles de la Base et aménagera le site pour y proposer à partir du printemps 2020 « Les Bassins de lumière » où des expositions numériques seront proposées[10].

Gestion déléguée de monuments, musées et centres d'art[modifier | modifier le code]

Contrats précédents[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

En 2009, la Fondation Culturespaces a été créée, sous l’égide de la Fondation du patrimoine. Elle a pour vocation de rendre les arts et le patrimoine accessibles à des enfants fragilisés par la maladie ou confrontés aux problématiques liées à la précarité : en longue maladie, souffrant de handicaps ou vivant dans des quartiers défavorisés[32],[33].

Conflit judiciaire[modifier | modifier le code]

Lorsque la mairie des Baux-de-Provence a confié à la société Culturespaces, la gestion des Carrières de Lumières, les gérants de la société d'exploitation Cathédrale d'Images ont recouru à la justice en faisant valoir le travail artistique réalisé auparavant.

Un premier jugement exécutoire (arrêt de la cour d'appel de Paris, pôle 5 - chambre 1 - RG no 14/14179) est intervenu le 1er décembre 2015 condamnant Culturespaces. Le verdict a été confirmé en appel en février 2018[34].

Douze autres procédures engagées par la société Cathédrale d'images sont en attente de fin d'instruction et de jugement, la plupart visant prioritairement la commune des Baux de Provence[35]. Condamnée par le tribunal de grande instance de Tarascon le 19 janvier 2018[36] à verser 5,8 millions d'euros de dommages et intérêts à Cathédrale d'images pour avoir rompu illégalement son bail commercial, la mairie des Baux a fait appel de ce jugement et a d'ores et déjà été contrainte de lui payer 25 % du montant de sa condamnation, Culturespaces ayant précédemment été condamnée le 1er décembre 2015 par la cour d'appel de Paris pour parasitisme au préjudice de Cathédrale d'images[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Culturespaces (Paris, 75008) : siret, TVA, adresse... », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le 28 août 2019)
  2. https://www.culturespaces.com/fr/qui-sommes-nous/notre-histoire
  3. « Bruno Monnier : 30 ans dans mise en valeur et la gestion de monuments historiques, de musées, de centres d’art et la création de sites culturels. », sur brunomonnier.com/, (consulté le 6 juillet 2018)
  4. Arlette de Broqua, « Un nouveau musée pour Aix », Le Figaro, 16 novembre 2010
  5. « Bruno Monnier lance son Atelier des Lumières », Connaissance des Arts, 7 mai 2018.
  6. [1], Europe 1, 12 avril 2018.
  7. « Frise chronologique | Atelier des Lumières - Site officiel », sur www.atelier-lumieres.com (consulté le 3 mai 2020)
  8. « L’hôtel de Caumont, la renaissance d’un joyau aixois », sur www.la-croix.com, (consulté le 6 juillet 2018)
  9. « Le centre d’art Caumont ouvre ses portes à Aix-en-Provence », sur francetvinfo.fr, (consulté le 6 juillet 2018)
  10. « Bordeaux : « Bassins de lumière », un projet de vidéo immersive pour la Base sous-marine », sur www.20minutes.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  11. Le Musée Jacquemart-André et ses collections, éditions Scala, (ISBN 9788866371670)
  12. « Musée Jacquemart-André », sur Musée Jacquemart-André (consulté le 10 septembre 2020).
  13. Le Musée Maillol, Collectif, éditions Gallimard, 2008, (ISBN 2-07012-106-2)
  14. « Musée Maillol », sur Musée Maillol (consulté le 10 septembre 2020).
  15. « Hôtel de Réauville ou de la Tour d'Aigues », notice no PA00081049, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. https://caumont-centredart.com
  17. Jean-Pierre Demoly, Michel Steve, Alain Renner, La Villa Ephrussi de Rothschild, éditions de L'Amateur.
  18. « Villa et Jardins Ephrussi de Rothschild », sur Villa et Jardins Ephrussi de Rothschild (consulté le 10 septembre 2020).
  19. Notice no PA00081208, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Château des Baux-de-Provence », sur Château des Baux-de-Provence (consulté le 10 septembre 2020).
  21. « Amphithéâtre ou arènes de Nîmes », notice no PA00103091, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Arènes de Nîmes, Maison Carrée, Tour Magne », sur Arènes de Nîmes, Maison Carrée, Tour Magne (consulté le 10 septembre 2020).
  23. Notice no PA00103125, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Théâtre Antique & Musée d'Orange », sur Théâtre Antique & Musée d'Orange (consulté le 10 septembre 2020).
  25. Richard Keller et Pat Garnier, Musée National de l'Automobile - Collection Schlumpf, éditions du Donon, 2012
  26. « Cité de l'Automobile », sur Cité de l'Automobile (consulté le 10 septembre 2020).
  27. https://www.carrieres-lumieres.com
  28. https://www.atelier-lumieres.com
  29. Notice no PA00097475, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Le champ de bataille de Waterloo, la fin de l’épopée napoléonienne », sur unesco.org, UNESCO, (consulté le 20 mars 2014).
  31. « Villa grecque Kerylos, actuellement Fondation Théodore Reinach », notice no PA00080664, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. Anthony Maurin, « Convaincre pour vaincre les différences », La Marseillaise du Gard, 7 avril 2013, page 5
  33. « Édito : De la solidarité dans la culture | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  34. La Provence
  35. « Baux-de-Provence: La mairie condamnée à verser 5,8 millions d'euros à une entreprise de spectacles pour ses carrières », sur www.20minutes.fr, (consulté le 6 juillet)
  36. Contentieux civil, dossier N° 08/01926, tribunal de grande instance de Tarascon, 19 janvier 2018
  37. Arrêt du 1er décembre 2015, pôle 5 - chambre 1 - RG n° 14/14179

Liens externes[modifier | modifier le code]