Bannes (Mayenne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bannes.
Bannes
L'église Saint-Jean-Baptiste.
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Laval
Canton Meslay-du-Maine
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Meslay-Grez
Maire
Mandat
Christian Lavoué
2014-2020
Code postal 53340
Code commune 53019
Démographie
Gentilé Bannéens
Population
municipale
128 hab. (2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 55″ Nord 0° 21′ 05″ Ouest / 47.981944, -0.351389
Altitude Min. 58 m – Max. 102 m
Superficie 8,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Bannes

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Bannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bannes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bannes

Bannes est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 128 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Bannes est un petit village à proximité de la forêt de la Charnie, à 80 m d'altitude, à 10 km de Brûlon, à 15 km de Sainte-Suzanne, à 17 km de Sablé-sur-Sarthe, à 18 km de Meslay-du-Maine et à 37 km de Laval. Son territoire s'allonge, du nord-est au sud-ouest, sur une longueur de 6 km pour une largeur moyenne de 1 200 m. Il est arrosé par un affluent du Treulon, le ruisseau de la Forêt.

Communes limitrophes de Bannes[1]
Thorigné-en-Charnie Thorigné-en-Charnie Saint-Denis-d'Orques (72) (sur quelques mètres),
Viré-en-Champagne (72)
Saulges Bannes[1] Cossé-en-Champagne
Saulges Cossé-en-Champagne Cossé-en-Champagne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bonalla en 838 et Bana vers 1190[2]. Albert Dauzat y décèle pour origine un préfixe gaulois et pré-gaulois *ban-, « pointe »[2], tandis qu'Ernest Nègre envisage un ancien français *banne, « corne »[3].

Le gentilé est Bannéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La seigneurie paroissiale était annexée à la Cour-de-Bannes qui possédait encore en 1754 près du bourg, « maison de colon, motte, douves autour de cette motte, et un étang ». Elle relevait de Thorigné-en-Charnie et un certain Hamelinius de Bene, qui a pu être seigneur ou originaire des lieux, donnait en Noyen, en 1090, quelques dîmes, selon un acte qui fut signé à Sainte-Suzanne.

Au XVe siècle, avec l'autorisation de Jean de Champagne, Marie de Champagne, veuve de Séguin L'Enfant, permit aux Chartreux de racheter « deux fois et hommages » qu'ils devaient pour sa terre de Bannes. Puis la seigneurie paroissiale devint la propriété du seigneur de Ballée, Robert Le Vayer, en 1488 et par acquisition, elle passa aux mains de la famille de Bouillé. En 1621, Louis de Guerpel, chevalier et seigneur du Mesnil-Montchamel, perdit son épouse, Marie de Saint-Rémi. Il devait laisser plusieurs filles et des dettes que les tuteurs de ses enfants purent amortir en vendant les « terres de Bannes et de la Ragotière », « avec une retenue jusqu'à ce qu'il se trouve un parti de condition pour marier la fille aînée du défunt ».

En 1697, il se trouvait partagé entre onze métairies et trente-sept bordages ; « les trois-quarts du sol étaient en terres labourables, le reste en bois de haute futaie, en taillis et landes ». Au XVIIIe siècle, Le Paige signale la culture « du froment, du méteil et de l'avoine ». De nos jours, la commune est environnée de verts pâturages. Ses agriculteurs produisent des céréales et des cultures fourragères et élèvent des bovins et des porcins.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le 23 floréal an XI, les habitants de Bannes apprirent que leur paroisse allait être supprimée. Comme ils redoutaient leur annexion à une autre commune, ils s'adressèrent directement au préfet et finalement, l'annexion envisagée resta dans les tiroirs.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le , les troupes du général Curten (1825-1883) (28e division, XVIe corps) livrèrent à Bannes un combat d’arrière-garde à une colonne allemande venue de Brûlon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995[4] en cours Christian Lavoué[5] SE Agriculteur

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 128 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans [6] et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Bannes a compté jusqu'à 416 habitants en 1841.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285 256 283 296 401 407 416 391 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
321 304 305 292 292 267 265 263 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224 237 236 223 198 177 197 195 213
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
205 185 164 142 131 118 138 128 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle de la Piquelière, au nord-est du bourg, est du XVIIIe siècle.

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 249
  4. « Christian Lavoué a présenté sa liste de onze candidats », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 novembre 2014)
  5. a et b Réélection 2014 : « Bannes (53340) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 juillet 2014)
  6. Date du prochain recensement à Bannes, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.