Atlanthropus mauritanicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Atlanthropus)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mandibule Ternifine 3

Atlanthropus mauritanicus, ou Homme de Tighennif, est le nom donné à un ensemble de fossiles du genre Homo, découverts en 1954-1955 par Camille Arambourg et B. Hoffstetter sur le site de Tighennif (anciennement Ternifine), en Algérie, dans la région d'Oran.

Description[modifier | modifier le code]

Le site de Tighennif a livré trois mandibules, dénommées Ternifine 1 à 3, un os pariétal, et quelques dents isolées, relevant d'une même espèce.

Les trois mandibules sont robustes et montrent de fortes insertions musculaires[1] :

  • Ternifine 1 a perdu ses deux ramus mais est sinon assez bien préservée avec toutes ses molaires et prémolaires encore en place.
  • Ternifine 2 est la moitié gauche d'une mandibule ayant perdu ses incisives et canine.
  • Ternifine 3 est une mandibule presque complète, avec seulement une petite partie du corpus droit manquante, et une légère déformation de l'un des ramus.

La robustesse des mandibules est comparable à celle relevée sur les fossiles de l'Homme de Pékin à Zhoukoudian (Chine), dont les spécimens les plus anciens datent de la même époque.

Datation[modifier | modifier le code]

Les fossiles ont été datés de 700 000 à 800 000 ans avant le présent.

Attribution[modifier | modifier le code]

Selon les auteurs, les fossiles sont aujourd'hui attribués à Homo erectus ou à Homo rhodesiensis. Leur caractère fragmentaire et la rareté des fossiles humains pour cette période en Afrique rendent difficile l'établissement d'un consensus entre les chercheurs.

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

Avec les fossiles on a découvert des outils en pierre de type acheuléen (Paléolithique inférieur).

Utilisation dérivée du nom[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Jacques Villard, fondateur d'Africa et petit-fils des Boujarel, exploitants de la Typo Litho à Alger qui a édité Camille Arambourg, a créé les éditions de l'Atlanthrope afin de rendre hommage à Camille Arambourg et ancrer la création littéraire en Algérie des origines à nos jours.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philip Rightmire, The evolution of Homo erectus : comparative anatomical studies of an extinct human species, Cambridge University Press, New York, 1990

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Arambourg, « Récentes découvertes de paléontologie humaine réalisées en Afrique du Nord française (L'Atlanthropus de Ternifine - L'Hominien de Casablanca) », in : Third Panafrican Congress on Prehistory, Livingstone 1955, Clark, J.D. et Cole, S., Eds., London, Chatto &Windus, p. 186-194, 1957
  • Balout L., Biberson P., et Tixier J., « L'Acheuléen de Ternifine (Algérie), gisement de l'Atlanthrope », L'Anthropologie, t. 71, no 3-4, p. 217-237, 1967

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]