Art ludique - Le Musée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Art Ludique - Le Musée)
Art Ludique - Le Musée
Art Ludique - Le Musée (Vu de l'extérieur).JPG
L'extérieur du musée, pendant l'exposition « Pixar, 25 ans d'animation ».
Informations générales
Type
Site web
Localisation
Pays
Commune
Paris
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Art ludique - Le Musée est le premier musée au monde entièrement consacré aux industries artistiques et culturelles. Il réunit sous le même toit parisien jeu vidéofilm d’animation, bande dessinée, manga et design de cinéma[Quoi ?][1].

Le musée sera également le premier musée au monde installé dans une gare en activité. Ayant signé un accord avec SNCF Gares & Connexions, le musée Art Ludique s’installe dans la Gare Saint-Lazare en 2020 et ouvrira ses portes en 2021. Avec une superficie d’exposition de plus de 1 300 m2, le musée présentera une collection permanente évolutive et des expositions temporaires[2],[3].

Anciennement situé au 34, quai d'Austerlitz dans le 13e arrondissement de Paris, dans Les Docks, cité de la mode et du design, le Musée Art Ludique avait décidé de quitter les lieux en à la suite d'un désaccord avec l'établissement[4],[5],[6].

Création[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Launier fonde avec Diane Launier la galerie Arludik, avant de consacrer une exposition à Mœbius et Miyazaki à la Monnaie de Paris en 2004, puis à L’Âge de Glace et John Howe pour la trilogie du Seigneur des anneaux, ainsi que des ouvrages théoriques comme Art Ludique, publié chez Sonatine Éditions en 2011. Ils décident alors de fonder un musée autour du divertissement.

Description[modifier | modifier le code]

La volonté de son fondateur est de rendre ses lettres de noblesse aux arts contemporains que sont la bande dessinée, le jeu vidéo et l’animation[7]. Cette vision prend forme à travers plusieurs expositions temporaires par an, rassemblant les artistes figuratifs narratifs influents et les artistes contemporains de la bande dessinée, du manga, du cinéma, de l’animation et du jeu vidéo à travers le monde, autour d'un concept commun : l'art ludique[8],[9],[10].

Le Musée a été inauguré avec l’exposition « Pixar, 25 ans d’animation », créée en 2006 par les Studios Pixar et le MoMA, avant d'accueillir des expositions consacrées aux super-héros Marvel et aux productions du studio Ghibli[11]. Emmanuel Forsans, directeur de l'Agence française pour le jeu vidéo, indique que « le nouveau musée parisien a accueilli, dès sa première année, plus de 400 000 visiteurs »[12]. Selon Télérama, les deux premières expositions d'Art Ludique - Le Musée se placent parmi les quinze expositions parisiennes les plus vues en 2014 : « après un début réussi avec Pixar, 25 ans d'animation, L'art des super-héros Marvel a attiré bien des adultes et enfants »[13].

Expositions[modifier | modifier le code]

Paris[modifier | modifier le code]

Pixar, 25 ans d’animation[modifier | modifier le code]

Art ludique – Le Musée a été inauguré avec l’exposition Pixar, 25 ans d’animation. Créée conjointement par les studios Pixar et le Museum of Modern Art de New York en 2006, l’exposition arrive à Paris le , après avoir été visible à Londres, Tokyo, Helsinki ou Mexico. L’exposition regroupe plus de cinq cents œuvres, dessins, sculptures ou story-boards, ainsi que deux attractions : le zootrope de Toy Story, créé pour l’exposition et donnant l’illusion du mouvement, et Artscape, film d’animation panoramique et immersif[14]. L'exposition accueille plus de 180 000 visiteurs[15]. Comme le souligne Justine Souque de la Revue web Theoria, « le Musée Art Ludique nous fait entrer dans les coulisses des studios Pixar, au cœur même du processus de création »[16].

L'art des Super-héros Marvel[modifier | modifier le code]

Cette exposition créée pour et par le musée a ouvert ses portes le , et regroupe plus de 300 planches originales des plus grands super-héros de l'univers Marvel, ainsi que des dessins d'études, story-boards et objets issus des films Marvel, tels que Mjöllnir, le marteau de Thor, les casques d'Iron Man ou le bouclier de Captain America mais aussi la couverture originale du premier Surfer d'argent, ainsi que des peintures numériques de Ryan Meinerding, superviseur artistique pour la plupart des films du studio[17],[18],[19],[20],[21].

Dessins du Studio Ghibli, les secrets du layout pour comprendre l'animation de Takahata et Miyazaki[modifier | modifier le code]

L'exposition, annoncée début juin, a ouvert ses portes le [22]. Elle comprend plus de 1300 dessins préparatoires originaux des plus grands films du Studio Ghibli, à qui on doit notamment les films d'animation Mon voisin Totoro, Le Voyage de Chihiro ou Le Tombeau des lucioles[23],[24]. Joséphine Bindé, pour Télérama, met en parallèle cette exposition avec celle consacrée à Hokusai, au Grand Palais, affirmant notamment qu'une « approche poétique et symbolique du monde : semble lier l'œuvre des deux hommes. Chez l'un ou chez l'autre, les images et leur composition dégagent une puissance poétique comparable à celle des haïkus, ces petits poèmes tenant en quelques mots »[25].

Aardman, l'Art qui prend forme[modifier | modifier le code]

L'exposition des Studios Aardman, créateurs des personnages de Morph, Wallace et Gromit, Shaun le mouton ou les films d'animation en pâte à modeler Chicken Run ou Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout, a lieu du jusqu'au , présente des décors originaux issus des films et séries, 350 dessins, des sculptures, des story-boards et enfin des extraits de films, clips et publicités[26].

L'Art dans le Jeu vidéo : L'inspiration française[modifier | modifier le code]

Cette exposition a ouvert ses portes le . Elle met en valeur le travail des artistes des studios de jeux vidéo français tels Ubisoft, Spiders, Arkane ou encore OSome, Swing Swing Submarine, en regroupant plus de huit cents œuvres : dessins et croquis préparatoires, aquarelles, sculptures ou encore peintures numériques appelées "artworks"[27]. Emmanuel Ethis, dans sa contribution du Nouvel Observateur, indique que « le jeu vidéo est bien un art total, car s’il est ludique par nature, il porte aussi l’ambition souveraine de s’inscrire dans une histoire connotée, diaprée de correspondances et de références à tous les arts qui l’ont précédé comme nous permet de le découvrir Jean-Jacques Launier, commissaire de l’exposition consacrée à l’inspiration française de l’Art dans le jeu vidéo »[28].

L'Art de Blue Sky Studios[modifier | modifier le code]

L'exposition du au montre les travaux des films : Robots, Epic, Horton, Rio ou Snoopy et les Peanuts, le film, L'Âge de glace, ou Bunny, Oscar du meilleur court métrage d'animation, en 1999 ; et No Time for Nuts[29],[30],[31].

L'Art des studios d'animation Walt Disney - Le Mouvement par nature[modifier | modifier le code]

Ouverte du au , l'exposition montre à quel point la dynamique à l'origine des chefs-d'œuvre du studio Disney fut novatrice et visionnaire, en s'appuyant à la fois sur l'étude de la vie en mouvement et des mouvements artistiques successifs[32],[33],[34].

L'Art de DC : l'Aube des Super-Héros[modifier | modifier le code]

L’exposition, initialement présentée du au , dévoile plus de 250 planches originales historiques autour des personnages les plus célèbres de l’écurie DC Comics tel que Batman, Superman ou encore Wonder Woman, et permet ainsi au public de découvrir le travail d’artistes de renom parmi lesquels Bob Kane, Neal Adams, Frank Miller, Jim Lee, Alex Ross et de nombreux autres[35],[36],[37]. Aux côtés de ces nombreuses planches de comics, sont exposés les costumes authentiques des films et séries DC, tels que le costume mythique porté par Christopher Reeve dans Superman ou la fameuse tenue portée par Lynda Carter dans Wonder Woman dans les années 1970. Sont également présentés les costumes et accessoires créés pour les films de Zack Snyder, Tim Burton, Joel Schumacher et Christopher Nolan ainsi que le costume de Wonder Woman au cinéma. Dans la section consacrée à l’univers de Batman, est placée l’une des pièces centrales de l’exposition: la Batpod utilisée dans le film Batman : The Dark Knight[38],[39].

Suite à son succès, l'exposition DC Comics est prolongée jusqu'au et s’enrichit de nouvelles œuvres, dont certains concepts art du film Justice League[40],[39].

L’Épopée artistique de la Trilogie Dragons[modifier | modifier le code]

Art Ludique présente une exposition Hors Les Murs sur la Trilogie Dragons à l’hôtel de la Salle du au . En collaboration avec le studio DreamWorks Animation et Universal Pictures International France, le Musée expose le travail des équipes artistiques des films à travers 200 œuvres traditionnelles ou numériques allant des premiers crayonnés de recherches de créatures, de personnages et de décors, jusqu’aux peintures numériques finalisées. Cette production hors du commun, qui aura nécessité 12 années de travail, est restituée tout au long des quatre salles de l’exposition. En filigrane des œuvres, sont projetés les témoignages du réalisateur Dean DeBlois, de l’autrice des livres Cressida Cowell, du producteur Brad Lewis, ou encore du directeur artistique Pierre-Olivier Vincent, mettant en lumière l’importance de la représentation de l’animation dans l’art[41],[42].

International[modifier | modifier le code]

Les expositions du Musée Art Ludique sont présentées dans de nombreux musées à travers le monde.

Aardman, L’Art qui prend forme[modifier | modifier le code]

  1. Allemagne / Francfort – Deutsches Filmmuseum (DFM) : du au [43].
  2. Australie / Melbourne - Australian Centre for the Moving Image (ACMI) : du au [44].
  3. Corée du Sud / Séoul – Dongdaemun Design Plaza (DDP) : du au [45].
  4. Corée du Sud / Séoul – Seoul Museum : du au .
  5. Corée du Sud / Daegu – Munhwa Broadcasting Corporation (MBC) : du au .

L'Art des studios d'animation Walt Disney - Le Mouvement par nature[modifier | modifier le code]

Japon / Tokyo - Miraikan (The National Museum of Emerging Science and Innovation) : du au [46].

L’Art de DC – L’Aube des Super-Héros[modifier | modifier le code]

  1. Royaume-Uni / Londres – The O2 : du au [47].
  2. Émirats arabes unis / Abou Dabi – The Yas Mall : du au [48].

Réception[modifier | modifier le code]

Critiques positives[modifier | modifier le code]

  • Le Parisien Magazine : « En créant le musée Art Ludique, à Paris, ils ont réussi une prouesse: anoblir les comics et leurs créateurs »[49].
  • Télérama ressent une « nostalgie et virtuosité à tous les étages » à propos de l’exposition Marvel « qui met en majesté les célèbres personnages et l'inventivité de leurs créateurs. »[50],[51].
  • Le Monde : « Avec cette institution, il fait reconnaître comme relevant de l'art des œuvres jusque-là invisibles, conçues pendant les phases préparatoires du cinéma d'animation, des jeux vidéo, des mangas. Beau geste »[52].
  • Le Figaro : « De la première planche du premier numéro de Marvel, qui mettait en scène Namor, le prince des mers, aux super-héros ultra réalistes d'Alex Ross, Art Ludique dévoile la richesse graphique et les évolutions successives de la maison. Plus de trois cents planches originales, glanées partout dans le monde, qui raviront les amateurs »[53].
  • Télérama : « Hokusai-Miyasaki : deux expositions qui se font écho »[54].
  • Le Figaro : « Cette exposition inédite a de quoi combler enfants comme adultes »[55].
  • Les Inrocks : « L’exposition présente toute l’étendue créative des animateurs d’Aardman en mettant l’accent sur l’expression pure du travail et de l’ouvrage »[56].
  • Revue web Theoria : « La bande dessinée, le manga, le jeu vidéo, le cinéma et le film d’animation ont désormais leur temple au bord de la Seine »[57].
  • Télérama : « Avec sa présentation didactique, l'exposition L'Art dans le jeu vidéo, l'inspiration française réussit le tour de force de casser les stéréotypes qui collent à la peau de ce média depuis bien longtemps, tout en dévoilant l'envers du décor »[58].
  • 20 minutes : « L’art dans le jeu vidéo : Le travail insoupçonné des artistes dans l'ombre »[59].
  • Culturebox : « Une revue époustouflante du savoir-faire artistique des créateurs de jeux français »[60].
  • Konbini : « Dans une très belle exposition, le musée Art Ludique de Paris sublime l’évolution de l’art de Disney »[61].
  • Télérama : « L’éditeur américain DC Comics voit son histoire retracée de manière spectaculaire au Musée Art Ludique »[62].
  • 20 minutes : « Les dernières images de Dragons 3 [...] donnent envie de se précipiter à la superbe exposition gratuite que le musée Art Ludique consacre à la trilogie, histoire prolonger la magie »[63].

Critique négative[modifier | modifier le code]

  • Libération voit dans l'exposition Marvel, la présentation de « quelques planches originales perdues au milieu de mannequins et images criardes à la gloire des films »[64].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], Evene, Le Figaro
  2. « Le musée Art Ludique a trouvé son nouveau cadre », sur Le Film Français (consulté le 25 novembre 2019)
  3. « Le musée Art Ludique trouve refuge à la Gare Saint-Lazare », sur www.20minutes.fr (consulté le 25 novembre 2019)
  4. Paris : fin de partie pour le musée Art ludique, Le Parisien
  5. « Le naufrage de la Cité de la mode et du design », sur FIGARO, (consulté le 5 avril 2019)
  6. « Bras de fer entre la Cité de la mode et le musée Art ludique », sur FIGARO, (consulté le 5 avril 2019)
  7. « Jean-Jacques Launier : « Il faut rendre ses lettres de noblesse à l’art ludique » | CNC », sur www.cnc.fr (consulté le 5 avril 2019)
  8. [2], AFJV
  9. [3], RFI
  10. Art ludique, co-écrit par Jean-Jacques Launier, Sonatine Éditions, 2011.
  11. « Pixar fête ses 25 ans à Paris, au nouveau musée Art Ludique », Le Monde, (consulté le 12 novembre 2020).
  12. « Art ludique - Le Musée : 1 ans, 3 expositions, 400 000 expositions », sur www.afjv.com, (consulté le 20 novembre 2014)
  13. Joséphine Bindé, « Bilan : les 30 expos parisiennes qui ont déplacé les foules en 2014 », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  14. [4], TF1
  15. L'exposition Pixar, Le Figaro
  16. Justine Souque, « Pixar au Musée « Art ludique », synthèse en images d’un art numérique » (consulté le 13 mai 2015)
  17. [5], Le Figaro
  18. [6], Artludique
  19. [7], TF1
  20. Un autre jour est possible, exposition Marvel, les super-héros a l'epreuve de temps, France Culture
  21. Marvel par la grande porte, Les Inrockuptibles
  22. Olivier Couvreur, « Le studio Ghibli va avoir son exposition au musée Art Ludique ! », sur france3.fr, France 3 Paris Ile-de-France, (consulté le 3 septembre 2020).
  23. Aurélia Vertaldi, « Totoro, la princesse Mononoké et les Yamada au musée Art ludique », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  24. http://www.artludique.com/ghibli.html
  25. Joséphine Bindé, « Hokusai-Miyazaki : deux expos qui se font écho », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  26. Chicken Run, Wallace et Gromit à Paris : le studio Aardman s’expose à l’Art ludique, Les Inrockuptibles
  27. [8]
  28. « Le jeu vidéo, un art total ? Oui, il nous permet de façonner un monde à notre image », sur leplus.nouvelobs.com (consulté le 7 octobre 2015)
  29. Phalène de La Valette, Essia Lakhoua, « Expo Blue Sky : tout l'art des studios de L'Âge de glace », sur Le Point (consulté le 6 avril 2016)
  30. « Les créateurs de « L’Âge de glace » en interview au musée Art ludique », sur madmoiZelle.com (consulté le 6 avril 2016)
  31. L'Âge de Glace, Snoopy, Rio... Les Studios Blue Sky au Musée Art ludique !, allocine
  32. « Exposition : l'histoire de Disney, magique ! », sur Le Parisien
  33. « Les studios Disney dévoilent leurs perles rares au musée Art ludique », sur 20 minutes
  34. « En images : le mouvement chez Disney à l'honneur au musée Art ludique », sur Telerama
  35. « A Paris, Batman et Wonder Woman dévoilent leurs trésors », sur Telerama
  36. « Batman et Superman montrent leurs muscles au musée Art ludique », sur Le Point
  37. « Batman, Superman... Les secrets des super-héros de DC Comics exposés au musée Art ludique », sur BFM TV
  38. « Art Ludique - Le Musée - EXPOSITION », sur artludique.com (consulté le 5 avril 2019)
  39. a et b « L’Art de DC : prolongation de l'expo à l’Art Ludique de Paris », sur www.warnerbros.fr (consulté le 5 avril 2019)
  40. « DC Comics au Musée Art Ludique, prolongations avec de nouvelles oeuvres - Sortiraparis.com », sur www.sortiraparis.com (consulté le 5 avril 2019)
  41. « “Dragons” : une exposition parisienne raconte les coulisses de cette grande saga créative », sur Télérama.fr, Télérama (consulté le 5 avril 2019)
  42. « [Exposition] Dragons s’expose avec le musée Art Ludique hors les murs », sur Culturellement Vôtre, (consulté le 5 avril 2019)
  43. (en-US) « Art of Aardman exhibition opens at the German Filmmuseum in Frankfurt », sur Aardman.com (consulté le 5 avril 2019)
  44. (en) « Wallace & Gromit and Friends: The Magic of Aardman Exhibition », sur ACMI (consulté le 5 avril 2019)
  45. 서울디자인재단, « 서울디자인재단 », sur www.seouldesign.or.kr (consulté le 5 avril 2019)
  46. « Special Exhibition "The Art of Disney - The Magic of Animation" | Miraikan – The National Museum of Emerging Science and Innovation », sur www.miraikan.jst.go.jp (consulté le 5 avril 2019)
  47. (en) The O2, « DC Exhibition: Dawn Of Super Heroes | The O2 », sur www.theo2.co.uk (consulté le 5 avril 2019)
  48. « Yas Mall | The Art of DC Exhibition », sur www.yasmall.ae (consulté le 5 avril 2019)
  49. Musée Art Ludique : super-héros de l’expo geek, Le Parisien Magazine.
  50. Critique, Télérama.
  51. « “L’Art des super-héros Marvel” : l’exposition décortiquée », sur Télérama.fr (consulté le 20 mai 2019)
  52. Pixar fête ses 25 ans à Paris, au nouveau musée Art ludique, Le Monde.
  53. Pauline Le Gall et Maxime Cuny, « Les super-héros Marvel envahissent Paris au musée Art Ludique », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  54. « Hokusai-Miyazaki : deux expos qui se font écho » (consulté le 7 avril 2015)
  55. « De Wallace et Gromit à Shaun le Mouton, les studios Aardman exposent leur folie créatrice », sur Le Figaro (consulté le 8 avril 2015)
  56. « Les Inrocks - Wallace & Gromit débarquent à Paris »
  57. « Theoria art ludique »
  58. « Jeux vidéo : la créativité française fait tilt au musée Art ludique », sur www.telerama.fr (consulté le 7 octobre 2015)
  59. « « L’art dans le jeu vidéo » : Le travail insoupçonné des artistes dans l'ombre », sur 20minutes.fr (consulté le 7 octobre 2015)
  60. « Quand le jeu vidéo devient œuvre d'art », sur Culturebox (consulté le 7 octobre 2015)
  61. « Le musée Art ludique nous fait voyager dans l’histoire des dessins animés Disney », sur Konbini
  62. « A Paris, Batman et Wonder Woman dévoilent leurs trésors », sur Télérama.fr (consulté le 20 mai 2019)
  63. « VIDEO. «Dragons 3», l'amour avec des écailles », sur www.20minutes.fr (consulté le 20 mai 2019)
  64. Super promo pour super héros, Libération

Liens externes[modifier | modifier le code]