Moresnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une localité de Belgique
Cet article est une ébauche concernant une localité de Belgique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Moresnet
(de) Alt Moresnet
La place du village
La place du village
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Verviers
Commune Plombières
Section Moresnet
Géographie
Coordonnées 50° 43′ 16″ nord, 5° 59′ 20″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Moresnet

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Moresnet

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Moresnet

Moresnet (en francique ripuaire Moresent, en allemand Alt Moresnet) est un village sur la Gueule, là où les trois frontières des Pays-Bas, de la Belgique et de l'Allemagne se rencontrent. Administrativement il fait partie de la commune de Plombières, dans la province de Liège, en Région wallonne de Belgique. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

On y parle l'allemand et le français, car Moresnet est situé dans la communauté française de Belgique, bien qu'il soit frontalier de la communauté germanophone.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La première mention de Moresnet en 1041 est Morismanil, puis Mormanil en 1172.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est issue de la répartition en 1815 en trois parties de la municipalité de Moresnet créée sous l'occupation française: Moresnet, Moresnet neutre et Neu-Moresnet.

Article détaillé : Moresnet neutre.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Calvaire de Moresnet-Chapelle.
  • L'église Saint-Remi, datant de 1673.
  • Le château d'Alensberg, datant du XVIIe siècle.
  • Le château d'Uilenberg, datant du XIXe siècle.
  • Le château de Bempt, de style baroque.
  • Les ruines du château de Schimper, comportant les vestiges d'une tour du XIIe siècle.
  • Le viaduc ferroviaire constitué de tabliers métalliques sur piles en béton armé, fut construit en 1915-1916 et rénové en 2002-2005[1]. D'une longueur totale de 1 107 mètres, il culmine à près de soixante mètres au-dessus de la vallée de la Gueule[2]. Le viaduc est l'un des ouvrages d'art de la ligne ferroviaire reliant la ville d'Aix-la-Chapelle au port d'Anvers.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Politis, grand diplomate et professeur de droit, mort en 1942 a consacré en 1904 une étude Le territoire de Moresnet et la question des jeux, éditions Pedone, faisant suite à l'interdiction des maisons de jeux en Belgique en 1903 (des heurts se produisirent car d'aucuns avaient installé des maisons de jeux au prétexte de "société de La Calamine", récupérant le matériel des maisons de jeux et casinos d'Ostende).
  • René Dollot, Le territoire de Morenest, dans Revue universelle du .
  • René Dollot, Un condominium de l'Europe centrale. Morenest, dans Annales des Sciences politiques, T XVI 1901 p 620 ss.
  • Pandecetes belges v° Morenest -territoire neutre T LXVI 1900 p 399.[réf. nécessaire]
  • Moresnet - territoire neutre, (Les Pandectes belges), tome LXVI, 1900, p. 399.
  • Schuermans, Une nouvelle Andorre dans La Belgique judiciaire, 1852 p 348ss.

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :