Annoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Annoux (homonymie).
Annoux
L'église Saint-Jean-Baptiste.
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Chablis
Intercommunalité CC du Serein
Maire
Mandat
Jacques Piault
2014-2020
Code postal 89440
Code commune 89012
Démographie
Population
municipale
87 hab. (2014)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 38″ nord, 4° 03′ 05″ est
Altitude Min. 250 m – Max. 332 m
Superficie 8,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte administrative de l'Yonne
City locator 14.svg
Annoux

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Annoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Annoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Annoux

Annoux est une petite commune française rurale située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté, au sommet d'un plateau, entourée de champs, eux-mêmes entourés de forêts. Annoux fait partie de la communauté de communes du Serein[1].

Si par le passé, l'agriculture et les bois furent les principales sources de revenus des habitants, il leur faut désormais, pour la majorité, aller travailler dans les villes avoisinantes. Il ne reste que le Vieux Château du XIIIe siècle comme trace du passé médiéval du village, la majorité des habitations actuelles (en pierre de taille) datant des XVIIIe et XIXe siècles. La base Mérimée du ministère de la Culture recense 17[2] constructions ou monuments intéressants, même si ces derniers ne sont pas inscrits au titre des monuments historiques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne d'Annoux.

Annoux est située sur les confins, à peu près sud, du Grand Plateau du Tonnerrois. Il se trouve en position nettement dominante de ce même plateau secondaire. L'agglomération est à l'écart de la vallée du Serein et aussi d'une « fausse vallée » qui passe entre Annoux et Châtel-Gérard, partant de Marmeaux sinon de plus loin .

Le territoire communal, d'une étendue de 897 hectares[3] environ, est compris dans une ceinture de bois (dont 234 hectares se trouvent sur son sol).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sarry Rose des vents
villages de Tormancy et Civry de la commune de Massangis N Châtel-Gérard
O    Annoux    E
S
L'Isle-sur-Serein Blacy,Thizy

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Château d'eau.

Le territoire communal est constitué d'un plateau sec et relativement maigre, reposant sur un massif calcaire jurassique de la « Grande Colithe », formation empâtant une quantité innombrable de petits globules blancs sphériques[4]. Ce banc calcaire fait au moins 80 à 115 m d'épaisseur (constatée lors de forage pour la recherche d'eau potable).

Le plateau est en pente dégradante légère de toutes parts, à la sortie du village qui domine la plaine, allant de l'altitude 332 mètres environ et au point le plus bas à 250 mètres[3].

Il n’existe plus aucune source à Annoux, même s'il en existait une petite par le passé (un état daté de 1785 en atteste). Les habitants n'avaient que des citernes pour leur usage, lesquelles entretenues avec soin, recevaient l'eau de pluie tombant des toitures. Des travaux d'adduction d'eau menés par le syndicat intercommunal furent conduits en 1966. L'eau venue des sources de Grimault est amenée au château d'eau construit près du cimetière[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Départementale 12.

L'axe principal traversant Annoux est la départementale 12 conduisant d'une part à L'Isle-sur-Serein et d'autre part à Sarry. Le second axe en termes de densité de circulation est l'axe Tormancy (village de la commune de Massangis) (D 312) à Châtel-Gérard (D 68). Les routes menant à Thizy, Blacy et Civry (village de la commune de Massangis) sont des routes nettement moins fréquentées et propices aux balades à vélo. Aucun transport en commun ne dessert Annoux, à l'exception des cars de ramassage scolaire.

L'entrée d'autoroute A6 la plus proche se trouve à Nitry à 16 km d'Annoux mettant Paris à 213 km. La gare SNCF la plus proche se trouve à 21 km à Avallon et la gare TGV la plus proche se trouve à 28 km à Montbard, à environ une heure de TGV de Paris.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le cœur du village se situe autour de la mairie et de sa place. L'église, également, est près du centre. Le vieux château et le château de la Garenne sont excentrés. La Maison Davout occupe une importante superficie au centre du village. Le cimetière et le château d'eau se situent à l'écart, sur le point culminant d'Annoux.

En 2012[5], il y avait 78 logements dont 58,6 % de résidences principales, 32,6 % de résidences secondaires, 8,8 % de logements vacants. 86,4 % des ménages étaient propriétaires de leurs résidences principales. L'immense majorité des maisons est réalisée en pierre de taille extraite des carrières familiales des habitants d'Annoux. En 2016, moins de dix nouvelles habitations ont été construites depuis 1946.

La commune dispose d'un gîte communal dénommé Halte Saint-Jean[6]. Elle loue également trois habitations dont l'ancienne maison de l'instituteur et l'ancien presbytère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Annoux (= Annotum au XVIe siècle) : peut dériver des termes du bas latin Annatia - Annacia - Annotinus... qui avaient le sens de « prestation annuelle » pour les serfs ou « droits de percevoir » sur les animaux d'un an. Au cours des âges, diverses orthographes se présentent comme Anot, Anaut, Annoult, Annault, et enfin la forme actuelle et définitive Annoux[4]. Les habitants d'Annoux sont les Annouxois[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

André-François Durand, chanoine honoraire, curé d'Annoux (1900-1985) a réalisé en 1974 un dossier sur les « faits d'histoire du village depuis 1300 à nos jours »[4]. Ces travaux restent à ce jour les plus complets et le lecteur intéressé par une connaissance approfondie de l'histoire d'Annoux (avec de très nombreuses dates de mentionnées et de la généalogie des propriétaires du Vieux Château) pourra s'y référer. André-François Durand a trouvé la mention d'un seigneur à Annoux en 1219.

Le vieux château d'allure féodale est une construction qui remonte fin XIIe siècle début XIIe siècle, relevant du donjon de Châtel-Gérard. De cette époque, il ne reste que le château. Les noms des différents châtelains depuis (XIIe siècle) sont mentionnés dans les travaux d'André-François Durand. Ces derniers exercent la justice dans toute l'étendue de la Châtellenie. Cependant, au Moyen-Âge, Annoux dépendant du château de Châtel-Gérard, les habitants s'y retiraient en cas d'éminent péril et donc devaient participer aux corvées.

Les descendants de ce château médiéval le quittèrent au XIXe siècle pour s’installer au château moderne de La Garenne.

La maison d'Annoux, supposée la plus ancienne, est datée en fronton de fenêtre, de 1693, correspondant à la même année que celle mentionnée su la pierre de fondation de l'église[2].

Écorçoirs retrouvés à Annoux.

L'exploitation des carrières, pour la pierre de taille, commença début XVIIIe siècle. Un grand nombre de petites carrières étaient ouvertes à faible profondeur, servant à alimenter les fours à chaux mais également la construction des habitations. Des vestiges de ces carrières sont encore visibles route de Thizy.

Au XVIIIe siècle, la principale ressource des habitants est l'exploitation des bois, et en particulier l'écorce des arbres pour la livrer ensuite à l'industrie de la tannerie. Des habitants conservent de cette époque les écorçoirs réalisés en façonnant des tibias de chevaux.

La première mention sur les registres d'un recteur des écoles date de 1660 et l'enseignement populaire s'est poursuivi à Annoux jusqu'en 1973.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes du Serein et du canton de Chablis (avant le redécoupage départemental de 2014, Annoux faisait partie de l'ex-canton de L'Isle-sur-Serein, ainsi que de l'ex -communauté de communes de la haute vallée du Serein).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1925 1959 Charles-Arsène Piault    
1959 1989 Gabriel Plain    
1989 2001 Pierre Piault    
2001 2010 Denys Royer    
février 2010 en cours Jacques Piault    

Source : Site du conseil général de l'Yonne [8]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune n'est jumelée à aucun village d'après l'association française du conseil des communes et régions d'Europe[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 87 habitants, en diminution de -8,42 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238 279 309 281 344 349 358 339 360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356 353 344 355 331 303 285 286 267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
275 291 260 204 214 184 193 167 174
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
153 156 118 99 87 82 96 87 87
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Annoux dépend de l'académie de Dijon[14]. L'école communale située au rez-de-chaussée de la mairie a été définitivement fermée en 1973. Les enfants du village allèrent alors dans les écoles de Sarry et Châtel-Gérard. Désormais, les écoles maternelle et primaire les plus proches se situent à L'Isle-sur-Serein. Le collège et le lycée le plus proches se situent respectivement à Noyers-sur-Serein et Avallon.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Vide-grenier et exposition devant la mairie, 2016.

Le Comité d'Animation Loisirs et Culture d'Annoux (C.A.L.C.) créé en 2002 est une association qui a pour but de proposer et promouvoir toute action culturelle ou de loisirs visant à dynamiser la vie associative du village, dont le feu de la Saint-Jean fin juin (saint patron du village), feu d'artifice le 13 juillet, fête d'Halloween, repas, vide-greniers, etc.


L'association "Les Amis de la Tour de Télégraphe Chappe d'Annoux"[15] organise des visites de cette tour (voir paragraphe Lieux et monuments).

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de professionnel de santé à Annoux. Les plus proches (cabinets médical et paramédical, pharmacie) se situent à l'Isle-sur-Serein. Les urgences les plus proches se trouvent à l’hôpital de Semur-en-Auxois. Un défibrillateur automatique a été installé sur la façade de la mairie (sur la droite) début 2016.

Culte[modifier | modifier le code]

La messe est célébrée à l'église Saint Jean-Baptiste d'Annoux par roulement, Annoux étant rattachée à la paroisse chrétienne Notre-Dame[16] de Montréal.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun commerce à Annoux. Les plus proches (boulangerie, boucherie, supérette...) se situent à L'Isle-sur-Serein. La ville la plus proches avec tout commerces (dont grandes surfaces) est située à une vingtaine de kilomètres (Avallon). Trois exploitations agricoles ont leur commune de résidence à Annoux[17]. Une assistante maternelle exerce à Annoux[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le village d'Annoux [Note 2] possède, outre la maison natale[2] du maréchal Davout, un ensemble médiéval appelé « Le Vieux Château »[2], composé d'une tour datant du XIIIe siècle et d'une grange, de la même époque, non inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques (I.S.M.H), l'église Saint Jean-Baptiste[2], le château de la Garenne[2], la maison d'Avout[Note 3] et une tour Chappe. La maison supposée la plus ancienne est datée en fronton de fenêtre de 1693.
  • La mairie, construite vers 1830[2], a été rehaussée ultérieurement.
  • Le Vieux Château est une construction remontant sans doute au XIIIe siècle, et relevait alors du donjon de Châtel-Gérard[2],[4].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste remonte au XIIIe siècle et a été refaite au XVIIe siècle (clocher carré assez élevé surmonté d'une fine aiguille, nef plein cintre et chœur néogothique)[2],[4],[19]. Début 2016, le zinc recouvrant le clocher a été remplacé par un toit en ardoise.


  • Le Château de la Garenne a été construit vers 1830. Il est formé d'un corps de logis de plan rectangulaire flanqué de deux tours carrées, aux angles de la façade nord, sur la cour[2],[4].
  • La Maison d'Avout tire son nom du village d'Avot du canton de Grange-le-Château (Côte-d'Or) où les seigneurs du nom tenaient Maison-Forte[4].
  • La tour du télégraphe Chappe est la seule station qui subsiste[20], sur les 14 que comptait l'Yonne. Elle fut construite en 1809 dans le bois de la Reppe[Note 6]. Cette tour carrée bâtie en pierre, d'une douzaine de mètres de hauteur, a été en partie restaurée en 1994, le mécanisme (dit système de Milan) inventé par Claude Chappe en 1794 a été reproduit à l'identique par les élèves de l'E.N.S.A.M. (École Nationale Supérieure des Arts et Métiers) de Cluny en 1999. Les restes d'une autre tour se trouve sur la commune de Blacy, une autre en partie restaurée, se trouve à Auxerre. L'association "Les Amis de la Tour de Télégraphe Chappe d'Annoux"[15], qui a pour objectif la préservation de cette tour, organise le premier dimanche de chaque mois, de mai à septembre, de 14 à 18 h et pendant les Journées Européennes du Patrimoine des visites guidées avec mise en œuvre du mécanisme. Des visites peuvent être organisées également sur réservation pour les groupes constitués.
  • Aucune source n'existe à Annoux ; les habitants n'avaient donc que des citernes pour leur usage. La mare derrière la mairie-école fut comblée en 1938[4]. Les mares successives servirent en particulier d'abreuvoir au bétail[Note 7]. La mare actuelle sert désormais de réserve d'eau en cas d'incendie et a fait l'objet d'un aménagement paysager (plantations d'arbre et arbustes, tables de pique-nique).
  • Annoux conserve des croix monumentales[2] en pierre sur l'ensemble des routes à la sortie du village. Ces croix servaient à la station terminale des processions aux rogations. La croix dite Croix Verte, début XIXe siècle est située route de L'Isle-sur-Serein à proximité du parc du château de la Garenne. Une autre, début XIXe siècle est adossée au mur du château de la Garenne, vers le boulin (ou mare) ; elle correspond aux routes de Châtel-Gérard et de Thizy. La croix dite croix du Mariolet, début XIXe siècle, est située le chemin du Mariolet. Une autre, datée de 1825 est au croisement des routes de Sarry et Tormancy, dans le village, et porte l'inscription "cette croix a été érigée à la gloire de Dieu, par dévotion de Delle Alix d'Avout le 9 octobre 1823". La croix dite croix de Saint-Jean est située à 200 mètres sur la route de Tormancy, en contrebas du village, et porte l'inscription "Cette croix a été érigée par F. Mercier et Jean Bresson l'an 1805". Une croix du XVIIe siècle est située proche de la mairie ; un puits[Note 9] aujourd'hui disparu était à proximité. La croix de l'ancien cimetière, datant de 1724, a été placée, rue de l'Église près du clocher, sur la face sud.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Commune de naissance du maréchal Davout[2]. L'un des plus fameux officiers généraux de l'histoire de France. Seul maréchal napoléonien à être resté invaincu. Une rue d'Annoux porte son nom.
  • André-François Durand, chanoine honoraire, curé d'Annoux (1900 - 1985) : nommé prêtre à Annoux le 15/09/1925, il y resta durant 60 ans jusqu'à sa mort (à l'exception des périodes de mobilisation durant la Seconde Guerre mondiale) ; conseiller municipal de son village de 1945 à 1974, grand résistant, médaille des blessés, Croix de guerre avec quatre citations, médaille de la résistance, chevalier de la Légion d'honneur (20 décembre 1950), féru d'histoire locale[4], créateur de nombreux vitraux dans la région dont ceux d'Annoux[21]. Une plaque a sa mémoire a été placée dans le chœur de l'église d'Annoux. La rue du presbytère où il vécut 60 ans a été renommée rue du Chanoine-Durand.
  • Alberte Cunault née Bonnetat : médaillée militaire de la guerre 1939 – 1945 comme résistante de l’Yonne (Médaille du combattant volontaire de la résistance, Croix du combattant, Médaille de la reconnaissance de la Nation[22].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

André-François Durand, chanoine honoraire, curé d'Annoux (1900 - 1985) a réalisé en 1974 un dossier sur les "faits d'histoire du village depuis 1300 à nos jours"[4].
B. Charmet, habitant de la commune a réalisé un site internet regroupant les écrits de l'abbé Durand ainsi qu'un certain nombre de coupures de presse liées à Annoux et des informations sur la commune[22].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. http://brcharmet.free.fr/index.htm informations sur Annoux et son environnement, site réalisé B. Charmet, habitant d'Annoux
  3. À noter que cette maison n'est pas la maison natale du maréchal Davout
  4. Emplacement d'origine de l'abreuvoir.
  5. La légende de la carte est erronée. En fait, ce château appartenait à l'époque à la famille de Laistre
  6. Cette tour est désormais accessible par un chemin en sous-bois d'environ 1 250 m, chemin à partir de la route de Thizy juste après le mur d'enceinte du Château de la Garenne.
  7. . Plusieurs cartes postales anciennes (cf. recherche "Annoux image" sur internet) attestent de la fonction abreuvoir de la mare
  8. A noter qu'à l'origine, l'abreuvoir se situait derrière la mairie
  9. En fait de puits comme il était dénommé, Annoux ne possédant aucune source, il s'agissait davantage d'une citerne alimentée par les eaux de ruissellement. Sur les cartes postales début XXe siècle, on peut observer ce puits

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communauté de Communes du Serein », Communauté de Communes du Serein
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Base Mérimée sur Annoux », Ministère de la Culture
  3. a, b et c « Annoux », Conseil-General.com, le portail des départements
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Faits d'histoire du village de 1300 à nos jours », Annoux
  5. « Chiffres INSEE d'Annoux », INSEE
  6. « Hébergements de la Haute Vallée du Serein », Communauté de Communes de la Haute Vallé du Serein
  7. Robert Weinland, Maries d’Annoux, FranceGenWeb, 2011, consulté le 14 décembre 2013.
  8. Site du Conseil Général de l'Yonne, consulté le 9 février 2012
  9. « Annuaire des villes jumelées | AFCCRE », sur www.afccre.org (consulté le 11 décembre 2015)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Ecoles, collèges et lycées près d'Annoux (89440, Yonne) », sur www.journaldesfemmes.com (consulté le 11 décembre 2015)
  15. a et b « Les Amis de la Tour de Télégraphe Chappe d'Annoux », Annoux
  16. « Paroisse Notre Dame de Montréal », diocèse de Sens-Auxerre
  17. « Téléservices des aides de la Pac », Ministère de l'Agriculture
  18. « site des assistantes maternelles de l'Yonne », Conseil Général de l'Yonne
  19. « Eglise dAnnoux », Parvis de l'Yonne
  20. « Les Tours Chappe », Annoux
  21. « Les vitraux de l'église Saint Clément de [[Saint-Euphrône]]... », Les amis de Saint Clément
  22. a et b « Annoux, terre de caractère en Bourgogne », B. Charmet