Hélène Paléologue de Morée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hélène Paléologue (1431 - 7 novembre 1473) est une princesse Byzantine de la dynastie des Paléologues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et famille[modifier | modifier le code]

Hélène nait dans le Despotat de Morée en 1431, elle est la fille ainée du Thomas Paléologue, Despote de Morée et de Catherine Zaccaria, héritière de la Principauté d'Achaïe. Elle a deux jeunes frères André Paléologue et Manuel Paléologue, et une sœur, Zoé, qui épousera Ivan III de Russie.Ses grands parents maternels sont Centurione II Zaccaria et Creusa Tocco. Sa cousine germaine et homonyme Hélène Paléologue, devient reine consort du royaume de Chypre. A al suire d'un conflit dynastique, son père s'est exilé auprès du pape Pie II. Après la mort de leur père, les enfants Paléologue sont pris en charge par le cardinal Bessarion et sont élevés dans l'esprit de l'Union des Églises. Il est lié à la Morée, qu'il connait bien pour avoir effectué une partie de ses études à Mistra.

Despote de Serbie de facto[modifier | modifier le code]

En octobre 1446 elle laisse Glarentza dans le Peloponnese pour Semendria en Serbie, où elle épouse en décembre Lazar Branković, le troisième fils du despote de Serbie Đurađ Branković.[1] Son baeau-père Đurađ Branković, s'était reconnu vassal des Ottomans, il n'a participé ni à la bataille de Varna en 1444 ni à la seconde bataille de Kosovo en 1448 et Lazare ne conserve son despotat que deux ans, de 1456 à 1458.

Lorsque son époux meurt après une année de règne, Mihailo Anđelović est choisi comme chef du conseil devenant de de facto souverain de Serbie. Helena Palaiologina, et son beau-frère, Stefan Branković, s'entendent pour saisir le pouvoir. En mars 1458, lorsque les Ottomans attaquent Smederevo, et les rebelles locaux serbes il font Anđelović prisonier et Helène Palaiologina et Branković prennent le controle conjointement de la Serbie.[2] Afin de conforter sa position ils recherchent un allié en la personne Étienne-Thomas de Bosnie, avec lequel Hélène arrange l'union du fils ainé, Étienne Tomašević, avec l'ainée de ses filles Marie de Serbie, qui intervient le 1 avril 1459[3]

Le 20 juin 1459, les Ottomans lancent un assault contre Smederevo et s'emparent de la cité, mettant effectivement fin au Despotat de Serbie. Palaiologina réussit à s'échapper et en avril 1462, elle parvient à Dubrovnik dans la république de Raguse , où elle réside un an. Pendant ce temps elle négocie le mariage de sa fille Milica. En juin 1463 elle se rend à Corfou, où elle rejoint sa mère et ses frères qui y avaient trouvé refuge. Ensuite elle se fixe sur l'île grecque de Leucade, où elle meurt le 7 novembre 1473, où elle devient none et prend le nom de Hypomone.[4]

Famille[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Lazar Branković elle a eu trois filles :

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Helena Palaiologina of the Morea » (voir la liste des auteurs).

  1. Sphrantzes, 28.1; translated in Marios Phillipides, The Fall of the Byzantine Empire: A Chronicle by George Sphrantzes, 1401-1477 (Amherst: University of Massachusetts, 1980), p. 56; Donald M. Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos (Cantacuzenus) ca. 1100-1460: a Genealogical and Prosopographical Study (Washington, DC: Dumbarton Oaks, 1968), pp. 221f
  2. Medieval Lands Lazar Brankovic'
  3. Medieval Lands Op.it
  4. Nicol, Byzantine Family, pp. 223; Sphrantzes, 47.3; translated in Phillipides, The Fall of the Byzantine Empire, p. 94

Articles connexes[modifier | modifier le code]