Stefan Konstantin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stefan Konstantin
Illustration.
Fresque du monastère de Gračanica
Titre
roi de Serbie
Prédécesseur Stefan Milutin
Successeur Stefan Uroš III Dečanski
Biographie
Dynastie Nemanjić
Père Stefan Milutin
Mère Élisabeth de Hongrie

Stefan Konstantin (serbe|Стефан Константин); (vers 12821322) fut le roi Serbie vers 1321 à 1322. Fils de Stefan Milutin, il reçoit d'abord en apanage la Zeta avec Zachlumie et Travounie, et il devient l'héritier présomptif du trône de Serbie après que son père soit exilé par son frère révolté Stefan Dečanski. Après la mort de son père, la lutte pour le trône éclate entre Konstantin, Dečanski et leur cousin Vladislav II. Il est tué par son jeune frère vers 1322, qui vient de battre Vladislav et obtient ainsi le trône serbe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Konstantin est le fils de Stefan Uroš II Milutin[1]. et de sa seconde épouse Élisabeth, fille d'Étienne V de Hongrie. Comme prince, il contrôle le župa (c'est-à-dire: comté) de Nevesinje entre 1303 et 1306[2],[3].

Prince de Zeta[modifier | modifier le code]

Après l'échec de la rébellion de son jeune frère Stefan Uroš III Dečanski en 1314, et la mort de son oncle Stefan Dragutin en 1316, Konstantin reçoit le titre de Jeune Roi, et règne sur la Zeta comme héritier présomptif de facto, bien que son père n'ait pas officialisé sa situation par une assemblée d'État. Stefan Uroš III qui avait été exilé à Constantinople, obtient l'autorisation de revenir en 1321 après une entrevue entre Archevêque et le roi Milutin. Son père offre à la cathédrale de Bari un autel en argent avec le nom de Konstantin gravé[4].

Roi[modifier | modifier le code]

Quand son père meurt le , Konstantin est proclamé Roi en Zeta, et commence à émettre des monnaies à Skadar, sur lesquelles il est représenté assis sur un trône, avec une inscription en latin[5]. Les chroniques vénitiennes le mentionnent comme « roi » (latin rex); si Konstantin émet son monnayage avec ce titre de Skadar cela démontre qu'il avait préparé sa proclamation[6]. À la même époque son frère Stefan Uroš III et son cousin Stefan Vladislav II, le fils de Stefan Dragutin, émettent également des prétentions au trône.

Les détails du conflit de succession ne sont pas connus, bien que l'on sache qu'il débouche sur une guerre civile. L'Église appuie Uroš III, et le , le couronne Roi de Serbie, après cela selon le récit hagiographique de Grigorije Camblak, il demande à Konstantin accepter une autre dignité d'Empire comme second fils. ce dernier décline la proposition car il fait confiance dans sa force armée, qui comprend aussi des mercenaires étrangers. L'armée de Konstantin est défaite car une partie de ses troupes l'abandonne pour rejoindre le camp d'Uroš III. Konstantin est très certainement capturé ou tué pendant sa retraite. Uroš III défait ensuite Vladislav II le souverain du royaume de Syrmie à la fin 1324; et il unifie ainsi la couronne serbe. Selon A. Ivić, Konstantin est encore antiroi quelque temps entre 1321 et 1333, époque où il est tué[7].

D'après la poésie épique serbe, Konstantin est soutenu par les Bulgares; Vladislav est le candidat au trône des Hongrois et Stefan Uroš III bénéficie de l'appui des Byzantins. Uroš III aurait soudoyé l'armée de Konstantin qui l'aurait crucifié. Sauvé il est ensuite jeté dans une rivière[8]...

Quelques chroniques gardent le souvenir de sa soi-disant exécution brutale avec un Dominican Brocard en 1332: Uroš III aurait ordonné qu'il soit cloué à un arbre, après quoi il aurait été coupé en deux alors que Mavro Orbin en 1601 rapporte que c'est le fait de Vladislav, qui l'aurait capturé. Il existe également une légende que son crane vidé était utilisé comme coupe à boire le vin par Uroš III.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dejan Nikolić, Svi vladari Srbije, Narodna biblioteka "Resavska škola", (lire en ligne), p. 76
  2. (en) Ljubo Mihić, Ljubinje sa okolinom, Dragan Srnic, (lire en ligne), p. 117
  3. (en) Obrad Mićov Samardžić, Mirjana Samardžić, Saša Samardžić et Aleksandra Samardžić, Svadbe i pogrebni običaji pravoslavnih u Nevesinju, Čigoja štampa, (lire en ligne), p. 11 :

    « први познати господар жупе Невесиње спомиње се Константин Немањић (1303-1306) »

  4. (en) Branislav Todić, Serbian medieval painting: the age of King Milutin, Draganić, (lire en ligne), p. 49
  5. (en) Dejan Nikolić, Svi vladari Srbije, Narodna biblioteka "Resavska škola", (lire en ligne), p. 98
  6. (en) Ivan Božić, Nemirno Pomorje XV veka, Srpska književna zadruga, (lire en ligne), p. 205
  7. (en) Aleksa Ivić, Rodoslovne tablice srpskih dinastija i vlastele, (lire en ligne)
  8. (en) Vuk Stefanović Karadžić, Milne Holton et Vasa D. Mihailovich, Songs of the Serbian people: from the collections of Vuk Karadžić, University of Pittsburgh Press, (ISBN 978-0-8229-3952-8, lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]