Principauté de Serbie (1371-1403)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Serbie moravienne
(sr) Моравска Србија

1371–1403

Description de cette image, également commentée ci-après
Les États serbes de 1373 à 1395 : principauté de Lazare en rose
Informations générales
Capitale Kruševac
Langue serbe
Histoire et événements
1371 Division de l'Empire serbe
1371-1389 Alliance des États serbes voisins
1389 Bataille de Kosovo Polje, vassalisé par les Ottomans

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Serbie moravienne, principauté de Serbie, était un état des Balkans, le plus puissant ayant émergé après la chute de l'empire serbe de Stefan Dušan et avant la formation du despotat de Serbie. Il est gouverné par les princes Lazare puis Lazarević.

Contexte historique : La dissolution de l'Empire serbe (à partir 1356)[modifier | modifier le code]

Le progressif éclatement de l'empire serbe gouverné par Stefan Uroš V, a abouti l'atomisation de la puissance serbe. Les seigneurs locaux gagnent en pouvoir et autonomie et les dissensions accélèrent la disparition de l'Empire depuis 1356 et la mort de l'empereur Dušan. La partie grecque de l'Empire, acquise en 1356 par Simeon le frère de Dušan, instable n'est plus sous l'autorité du royaume, et passe de l’autorité byzantine, aux autorités locales notamment celle serbe de Serres ou des Albanais d'Épire. En 1365, Vukašin Mrnjavčević acquiert à son compte la Macédoine du Vardar.

La chute définitive de l'Empire serbe en 1371 accompagnera l'éclatement des États serbes, et leur progressive vassalisation par l'Empire ottoman avançant dans les Balkans. Après la après la bataille de la Maritsa en 1371, gagnée par les Turcs, le royaume de Vukašin Mrnjavčević est soumis à l'autorité ottomane et divisé entre son fils Marko qui règne sur Prilep, et les Dragaš récupérant la partie orientale. En parallèle, le royaume de Zeta en actuel Monténégro est redevient véritablement indépendant, finalisant un processus amorcé depuis la mort de Dušan et conquiert les terres du duc Altomanović. De son côté, le ban et futur roi de Bosnie Tvrtko Ier intègre à son royaume en 1377 le sud de la Bosnie et l'Herzégovine, auparavant serbes. L'instabilité profitera également à Vuk Branković, qui acquiert la Métochie puis le Kosovo et Skopje sur le territoire de Zeta.
Mais parmi ces seigneurs c'est Lazar Hrebeljanović, seigneur local de Serbie moravienne sous l'Empire qui gagnera le plus d'ascendant sur les terres serbes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le roi Lazar Hrebeljanović, qui déplace sa capitale à Kruševac, devenu puissant dans la région face aux menaces des Ottomans, parvient à allier des territoires serbes autour de lui. Il se proclame seigneur des seigneurs serbes, sans parvenir pour autant à vassaliser les fiefs issus de l'ancien empire : certains appartenant déjà aux Ottomans (Marko Mrnjavčević et Constantine Dragaš y sont déjà soumis depuis 1371), aux Bosniens, d'autres étant désormais trop éloignés du pouvoir serbe (nord de la Grèce) et les autres étant attachés à leur souveraineté (Vuk Branković au Kosovo et les Balšić de Zeta. Toutefois, le pouvoir de Lazare se démontre face à la menace turque, par les alliances militaires avec Branković et Tvrtko de Bosnie.

Les batailles contre les Turcs se multiplient cependant et la Macédoine entière (grecque et slave) est conquise ainsi que la Bulgarie. En 1389, la défaite symbolique de Kosovo Polje ("le champ des merles") marque la progressive chute des principautés serbes, les forces serbes de Lazare (mort au combat) et de Vuk Branković ayant été défaites. Il est raconté qu'à la suite du retrait des troupes turques, dû à la mort subite du sultan, les observateurs aurait relayé une victoire serbe, pour laquelle les cloches de Paris aurait sonné, saluant la défaite de l'envahisseur ottoman qui menaçait l'Europe et la chrétienté.

À la suite de cet événement, et malgré une instabilité du pouvoir turc, les royaumes serbes de la Morava et du Kosovo seront vassalisés par les Ottomans. Toutefois, la Serbie perdure encore sous le successeur de Lazar, Stefan Lazarević, d'abord avec la régence de la princesse Milica, puis le règne du prince. En 1403, il est nommé symboliquement despote par Byzance, et profite d'une période d'instabilité politique pour reconquérir le Kosovo puis Zeta, tout en s'émancipant de la tutelle ottomane en jurant sa loyauté aux Hongrois, voisins septentrionaux.

L'église Lazarica de Kruševac construite sous le prince Lazar dans le style serbe moravien

Développement[modifier | modifier le code]

Le royaume et la Serbie entière prospère au XVIe siècle malgré les menaces turques. Un nouvel élan économique naît notamment avec les nombreuses mines d'argent ouvertes ainsi que l'immigration des Byzantins fuyant leurs contrées conquises par l'Empire ottoman, et la production de monnaie se démocratise. C'est à cette époque des années 1370 qu'apparaît l'école moravienne, dont les productions architecturales sont les dernières représentatives de la culture byzantine dans le Moyen-Âge serbe.