Aide à la conduite automobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une aide à la conduite automobile (en anglais Advanced driver-assistance systems ou ADAS) est un système de sécurité active d'information ou d'assistance du conducteur pour :

  • éviter l'apparition d'une situation dangereuse risquant d'aboutir à un accident ;
  • libérer le conducteur d'un certain nombre de tâches qui pourraient atténuer sa vigilance ;
  • assister le conducteur dans sa perception de l’environnement (détecteurs de dépassement, de risque de gel, de piéton, etc.) ;
  • permettre au véhicule de percevoir le risque et de réagir de manière anticipée par rapport aux réflexes du conducteur.

Tout système allégeant et facilitant la tâche du conducteur peut être considéré comme une aide à la conduite automobile.

Au stade ultime de l'évolution des aides à la conduite, on arrive au véhicule autonome.

Exemples de systèmes d'aide à la conduite[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Systèmes de contrôle longitudinal[modifier | modifier le code]

  • Aide au freinage d'urgence : système qui détecte les freinages d'urgence et amplifie la force du freinage exercée par le conducteur. Il est couplé à un allumage automatique des feux de détresse pour avertir les véhicules qui suivent de la décélération forte du véhicule.
  • Anti-blocage des roues (ABS) : système qui évite le blocage complet des roues en cas de freinage fort.
  • Freinage automatique d'urgence (AEB) : un radar mesure la distance qui sépare le véhicule du véhicule suivi permettant de conserver les distances de sécurité sans effort du conducteur et lorsque le véhicule détecte un risque de collision.
  • Limiteur de vitesse évitant de dépasser la vitesse programmée par le conducteur tout en conduisant "pieds au plancher" sans risquer de dépasser la vitesse programmée.
  • Régulateur de vitesse permettant de conduire posément sans se préoccuper de contrôler le compteur de vitesse en permanence.
  • Régulateur de vitesse adaptatif (ACC) : à l'aide d'un radar qui mesure la distance par rapport au véhicule suivi, le système adapte la vitesse de consigne du régulateur de vitesse pour maintenir la distance de sécurité.
  • Système anti-collision

Systèmes de contrôle latéral[modifier | modifier le code]

Systèmes d'alerte[modifier | modifier le code]

  • Détection de piétons
  • Détecteur de fatigue, d'inattentions et de vigilance du conducteur. Deux technologies coexistent :
    • L'analyse du visage du conducteur grâce à une caméra.
    • L'analyse des mouvements du volant corrélée avec d'autres données (heure, durée du trajet...)[2].
  • Alerte de franchissement involontaire de ligne (AFIL, LDW) : le système avertit le conducteur du franchissement d'une ligne blanche alors que le clignotant n'a pas été enclenché.
  • Avertisseur d'angle mort (BLIS, BSW) : le système alerte le conducteur de la présence d'un véhicule dans la zone d'angle mort.
  • Alerte de Distance de Sécurité (ADS, DW) : le système mesure la distance qui sépare le véhicule du véhicule suivi, et avertit le conducteur en cas de non respect des distances de sécurité.
  • Lecture de panneaux de signalisation (TSR) : une caméra positionnée à l'avant du véhicule lit les panneaux de signalisation et génère des avertissements variés à destination du conducteur.

Aides au stationnement[modifier | modifier le code]

  • Radar de recul : lorsque le véhicule avance à faible vitesse, le système détecte les obstacles aux alentours et en informe le conducteur.
  • Caméra de recul : caméra positionnée à l'arrière du véhicule, qui montre la zone arrière au conducteur quand la marche arrière est enclenchée.
  • Caméra 360° : système combinant les images de plusieurs caméras positionnées autour du véhicule pour offrir au conducteur une vue à 360° de l'environnement.
  • Mesure de place disponible : lorsque le véhicule est en mouvement, le système scanne les environs à la recherche de places de stationnement adaptées au gabarit du véhicule, et signale quand la place libre est correcte ;
  • Stationnement automatique : à la demande du conducteur, le véhicule recherche une place de stationnement adaptée à son gabarit, puis automatise une partie de la manœuvre en fonction de son niveau[3] :
    • Stationnement mains libres : prend le contrôle de la direction assistée, laissant le contrôle longitudinal (accélération, freinage) au conducteur
      • Stationnement mains libres freineur : prend le contrôle de la direction assistée et du freinage, laissant l'accélération au conducteur.
    • Stationnement automatique : prend le contrôle de la direction assistée, de l'accélération et du freinage.

Confort[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (août 2019)

Le confort du conducteur permet de maintenir sa vigilance et sa réactivité. Différents systèmes sont utilisés dans ce but :

Automatisation[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (août 2019)

Certaines tâches peuvent être automatisées par l'adjonction de capteurs :

  • Arrêt/redémarrage automatique du moteur en cas d’arrêt « prolongé » du véhicule limitant sa pollution ;
  • Allumage automatique des feux de croisement couplé à un capteur de luminosité permettant d'améliorer la sécurité routière ;
  • Commutation feux de croisement à feux de route automatique réduisant la nuisance en cas de croisement avec un autre véhicule ;
  • Essuie-vitre automatique couplé à un capteur d'eau de pluie permettant au conducteur de se focaliser sur sa conduite ;
  • Aide au démarrage en côte évitant le stress du conducteur et la sécurité du véhicule situé juste derrière ;

Prévalence[modifier | modifier le code]

En France, en 2018,

  • L'ABS est présent sur 61 % des véhicules dont le conducteur parcourt moins de 4 000 kilomètres annuels, et 95% des véhicules dont le conducteur parcourt plus de 20 000 kilomètres annuels[5] ;
  • Un système d'assistance de vitesse est présent sur 38 % des véhicules dont le conducteur parcourt moins de 4 000 kilomètres annuels, et 71 % des véhicules dont le conducteur parcourt plus de 20 000 kilomètres annuels[5] ;
  • Un système de navigation par satellite est présent sur 38 % des véhicules dont le conducteur parcourt moins de 4 000 kilomètres annuels, et 61 % des véhicules dont le conducteur parcourt plus de 20 000 kilomètres annuels[5] ;
  • Un système d'aide au stationnement est présent sur 21 % des véhicules dont le conducteur parcourt moins de 4 000 kilomètres annuels, et 58 % des véhicules dont le conducteur parcourt plus de Modèle:20000 annuels[5] ;
  • Un système d'aide au maintien dans la voie est présent sur 4 % des véhicules dont le conducteur parcourt mois de 4 000 kilomètres annuels, et 17 % des véhicules dont le conducteur parcourt plus de 20 000 kilomètres annuels[5].

Risques associés[modifier | modifier le code]

Si certains systèmes augmentent l'efficacité de la conduite normale, ils peuvent aussi être source de risques et contraires à la sécurité si :

  • leur fiabilité n'est pas toujours suffisante (par exemple, certains systèmes utilisant les signaux GPS peuvent se trouver induit en erreur par les échos générés par les façades (par exemple en ville) et les falaises (par exemple dans les vallées profondes des montagnes) ;
  • si leur usage est détourné par le conducteur qui serait tenté (consciemment ou non) d'augmenter sa prise de risques au volant (homéostasie du risque)[6].

Une étude de Vinci autoroutes et de la MAIF suggère que le régulateur de vitesse adaptatif et l'assistance au franchissement de ligne peuvent faire perdre de la vigilance sur autoroute en augmentant le temps de réaction du conducteur[7]. De même les États-Unis et le Canada font des constats similaires[8].

Formation[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le National Safety Council, l’équivalent du Conseil National de la Sécurité Routière a lancé la plateforme My Car Does What. destinée à éduquer les conducteurs sur l’utilisation des nouvelles technologies pour assurer une conduite plus sûre[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Lane keeping support », sur www.bosch-mobility-solutions.com (consulté le 19 août 2019)
  2. (en) « Driver drowsiness detection », sur www.bosch-mobility-solutions.com (consulté le 19 août 2019)
  3. (en) « Park4U® Automated Parking », sur Valeo (consulté le 19 août 2019)
  4. L'avertisseur radar change de nom mais finalement pas de fonction, sur le site cnetfrance.fr - consulté le 25 octobre 2012
  5. a b c d et e [PDF]Anticiper et réduire les risques d’accidents routiers, attitude-prevention.fr, consulté le 30 juillet 2019
  6. (en) Wilde, G.J.S. (1988), « Risk homeostasis theory and traffic accidents: propositions, deductions and discussion of dissension in recent reactions. » Ergonomics, 31:4, Pp. 441-468.
  7. Régulateur de vitesse, assistance à la trajectoire : la conduite semi-assistée allonge le temps de réaction, sur dossierfamilial.com du 5 février 2018, consulté le 6 février 2018
  8. a et b [PDF]Impliquer les constructeurs dans l’information et la formation à la bonne utilisation des aides à la conduite, conseilnational-securiteroutiere.fr du 9 juillet 2019, consulté le 30 juillet 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]