Adolphe Blanqui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanqui.

Jérôme-Adolphe Blanqui, né le à Nice (département des Alpes-Maritimes sous la 1re République) et mort le à Paris, est un économiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné de Jean Dominique Blanqui, membre de la Convention et député au Conseil des Cinq-Cents, et frère ainé du révolutionnaire Auguste Blanqui, dont il suit les études et reste proche malgré son engagement pour le socialisme[1].

Partisan du libre-échange, il s'attache de bonne heure à Jean-Baptiste Say, auquel il succède à la chaire d'économie politique au Conservatoire national des arts et métiers en 1833. Il est rédacteur au Journal du commerce, au Courrier français et au Siècle. Il collabore au Producteur, journal saint-simonien, au Figaro, au Courrier français. Il fonde le Journal des Économistes. Il devient directeur de l'École Supérieure de Commerce de Paris en 1830 et le reste jusqu'à la fin de sa vie. Il est membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1838 et professeur au Conservatoire des Arts et Métiers. Il est l'auteur de nombreuses publications, ayant toutes pour objet les progrès de l'industrie et du commerce.

Le , Adolphe Blanqui est élu député dans le 1er collège électoral de la Gironde (Bordeaux), par 352 voix sur 709 votants et 888 inscrits, contre 348 à M. Larrieu, candidat de l'opposition démocratique. Conservateur en politique, il soutient la monarchie de Louis-Philippe.

Son beau-frère était l'économiste Joseph Garnier et son gendre Hippolyte Maze, agrégé d'histoire, préfet.

Citation[modifier | modifier le code]

« C'est l'ignorance sociale qui fait la fortune du socialisme. »

  • Séances et travaux de l'Académie des sciences morales et politiques, comte-rendu des séances (1849), p. 258

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Histoire de l'économie politique en Europe, 1837.
  • Voyage d'un jeune Français en Angleterre (1824)
  • Histoire de la civilisation industrielle des nations européennes (1825)
  • Voyage à Madrid (1826)
  • Résumé de l'histoire du commerce et de l'industrie (1826)
  • Précis élémentaire d'économie politique (1826)
  • Histoire de l'Exposition de l'industrie (1827)
  • Histoire de l'économie politique en Europe depuis les Anciens jusqu'à nos jours (1837-1842) 5 vol.
  • Rapport sur l'état économique et moral de la Corse (1838)
  • Rapport sur la situation économique de nos possessions dans le Nord de l'Afrique (1840)
  • Considérations sur l'état social des populations de la Turquie d'Europe (1841)
  • Principes et leçons d’agriculture et d’économie rurale, Paris, Librairie agricole et administrative, 1843, 372 p.
  • Voyage en Bulgarie 1841 (1843)
  • Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848 (1849)
  • Rapport sur l'exposition de Londres (1851)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francis Démier, « BLANQUI, Adolphe (1798-1854). Professeur d'Économie industrielle (1834-1854) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 19, no 1,‎ , p. 185–194 (lire en ligne, consulté le 6 août 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Démier, « BLANQUI, Adolphe (1798-1854). Professeur d'Économie industrielle (1834-1854) [note biographique] », numéro thématique : Les professeurs du Conservatoire National des Arts et Métiers. Dictionnaire biographique 1794-1955. Tome 1 : A - K, publications de l'Institut national de recherche pédagogique,‎ 1994 19, p. 185-194 (lire en ligne)
  • « Adolphe Blanqui », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]