Union REMPART

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rempart (homonymie).


Union REMPART
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901, reconnue d'utilité publique
But Sauvegarde du patrimoine
Zone d’influence France
Fondation
Fondation
Identité
Siège 1 rue des Guillemites 75004 Paris
Président Henri de Lépinay
Vice-président Marie-Georges Pagel-Brousse et Annie Regond
Secrétaire général Bruno Landri
Secrétaire Christophe Robert
Trésorier Claude Purpan
Affiliation Cotravaux ; Cnajep
Site web www.rempart.com

L'Union REMPART est une union d'associations de sauvegarde du patrimoine et d'éducation populaire, dont le but est la restauration de monuments. Fondée le par le Touring club de France, elle a été reconnue comme organisme d'utilité publique en 1982.

REMPART est l'acronyme de Réhabilitation et Entretien des Monuments et du Patrimoine ARTistique.

Les 170 associations membres de l'Union ont toutes en commun la volonté de restaurer et sauvegarder un élément du patrimoine et de lui redonner vie, agissant en faveur du développement local et de l'aménagement du territoire, en particulier en milieu rural. La plupart d'entre elles organisent des chantiers de bénévoles qui permettent à des milliers d'entre eux chaque année de participer à des projets associatifs de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine. Les chantiers REMPART constituent non seulement des lieux de découverte du patrimoine et des techniques de restauration, mais aussi des lieux d'apprentissage de la vie en collectivité et d'exercice de la citoyenneté. REMPART est membre du réseau Cotravaux.

L’Union REMPART est, par ailleurs, membre du « Groupe des 8 »[1].

Le patrimoine[modifier | modifier le code]

Les associations membres de REMPART interviennent sur un patrimoine très varié : chapelles, forts, prieurés, châteaux, moulin, four à chaux, chemin de fer, jardins, forges, terrasses, que ces édifices soient protégés au titre des Monuments historiques ou simples petits patrimoines. Ces éléments peuvent être issus de toutes époques, de la préhistoire à nos jours, sans qu'aucune ne soit particulièrement privilégiée. L'objectif du mouvement REMPART est à la fois de restaurer le patrimoine mais aussi de faire en sorte que les édifices une fois restaurés soient réutilisés et trouvent une place dans la société contemporaine. Projet de restauration et projet de réutilisation sont indissociables.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Chaque projet est le fruit d'une collaboration entre d'une part l'association locale membre de REMPART et, d'autre part, des partenaires locaux (population, pouvoirs publics). Il prend en compte l'environnement social, économique et culturel local, ainsi que les moyens humains, financiers et techniques dont l'association locale peut disposer et, bien évidemment, les potentialités et l'identité de l'édifice pris en charge. Les projets bénéficient du soutien de l'État, des régions, des départements et de locales, ainsi que de divers partenariats privés, par exemple la Fondation du patrimoine[2], la Fondation pour les monuments historiques (sous l'égide de la Fondation de France)[3] Fondation Hermès, Fondation Total, etc. REMPART est également le diffuseur de la plaque "Monument historique".

Plaque MH.JPG

Chacun des sites pris en charge par les associations membres est donc non seulement sauvegardé ou restauré mais également réutilisé et animé dans le cadre d'un projet de développement local à long terme, c’est-à-dire d'au moins quinze ans. Exemples : une ruine médiévale devient un lieu de spectacle, une maison rurale, un gîte d'étape, un musée, etc.

Pour faire connaître ses actions, REMPART édite annuellement des catalogues présentant les chantiers de bénévoles et les stages de formation proposés par ses associations membres.

Son congrès annuel se déroule sous l'égide d'associations régionales dans des lieux à chaque fois différents. Par exemple en 2014 dans l'Aveyron[4], en 2015 dans la Meuse[5]. L'union REMPART fêtera cette années ses cinquante ans d'existence[6].

Partenariats internationaux[modifier | modifier le code]

L'Union REMPART et ses associations agissent principalement en France, en lien avec les services de l'État concernés, mais elles peuvent aussi mener des actions à l'étranger en collaboration avec des partenaires du pays hôte, en général associatifs, par exemple en Chine[7].

En plus des efforts de sauvegarde et de restauration, l'association vise à réutiliser et animer les lieux où elle travaille, partant du constat qu'un bâtiment, site naturel ou archéologique retournera plus vite à l'état antérieur de dégradation si une utilisation justifiée et un accord avec les communautés locales ne sont pas trouvés.

Éducation et formation[modifier | modifier le code]

Si la restauration du patrimoine est un objectif du Mouvement REMPART, elle est également un outil d'éducation et de formation de l'individu, ainsi qu'un vecteur d'insertion sociale voire professionnelle. Le chantier est utilisé comme lieu de prise de responsabilité, l'autonomie de chaque bénévole étant favorisée, et aussi d'apprentissage technique (taille de la pierre, fabrication de vitraux, maçonnerie, etc.), avec une emphase particulière sur la redécouverte et la transmission de techniques anciennes et des savoir-faire locaux (notamment par le biais de stages de formation approfondie).

Pause des bénévoles. Château de Picqigny (Somme), juillet 2009

Les associations membres de REMPART réalisent également des travaux d'études, des relevés du bâti, des recherches en archives ou encore des travaux archéologiques pour assurer une sauvegarde et une restauration durables des édifices dont elles ont la charge.

Enfin, de nombreuses autres actions sont menées au sein de l'Union pour contribuer à une meilleure éducation du grand public : organisation de conférences et de spectacles, visites guidées des sites, publication de livres, de brochures, de guides, de travaux de recherche, etc.

Édition[modifier | modifier le code]

REMPART est également éditeur.

Les cahiers techniques[modifier | modifier le code]

REMPART a édité cinq cahiers techniques destinés aux bénévoles et aux stagiaires :

Patrimoine vivant[modifier | modifier le code]

Au départ, la collection Patrimoine vivant a été créée pour répondre aux questions des bénévoles qui travaillent sur les chantiers de restauration. Le premier titre, Châteaux forts, écrit par André Châtelain, est paru en 1983.

Au fil des ans, le public s'est considérablement élargi, et aujourd'hui, les lecteurs sont tout simplement des gens curieux et passionnés par le patrimoine. Pour dynamiser la promotion de ces ouvrages, REMPART s'est associé à l'éditeur Desclée de Brouwer qui diffuse les livres en librairie.

Ces livres se veulent didactiques et s'adressent à un vaste public ; largement illustrés, ils sont très appréciés pour la richesse et la variété de l'iconographie. Au travers de cette collection, REMPART souhaite proposer une vision large du patrimoine. Les thèmes de Patrimoine vivant sont très variés. Outre des sujets plutôt traditionnels sur le patrimoine bâti - "Châteaux forts", "Places fortes", "Demeures médiévales" - la collection aborde aussi le patrimoine culturel, transmis par le biais d'un savoir-faire - "Costumes", "Chants et instruments" - ou encore des sujets plus rares tels que "Quartier cathédral", "Manoirs" ou "Canons" (dernier titre paru).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Rempart Les associations membres, l'édition, les stages et chantiers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le groupe national sur le patrimoine 8 associations reconnues d'utilité publique constituent, avec l'aide de l'association "Les journées juridiques du patrimoine", le "G8 du patrimoine" : Fédération nationale des associations de sauvegarde des sites et ensembles monumentaux ; La Demeure historique ; Ligue urbaine et rurale ; Maisons paysannes de France ; Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France ; Union REMPART ; Vieilles maisons françaises ; La Sauvegarde de l'Art Français
  2. Fondation du patrimoine : [1]
  3. Voir : [2]
  4. La Dépêche, 13 juin 2014 : [3]
  5. Château de Gombervaux, L'Est républicain, 24 mars 2015.
  6. Voir le détail sur le site "J'M mon patrimoine" (entretien avec le délégué national) : [4]
  7. Voir le site de l'ambassade de France en Chine : [5]