4e bataillon de volontaires de la Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4e bataillon de volontaires de la Marne
Création
Dissolution 6 germinal An II ()
Pays Drapeau de la France République française
Branche Infanterie
Fait partie de Armée du Centre
Armée de la Moselle
Armée des Ardennes
Guerres Guerres de la première Coalition
Batailles Combat de La Glisuelle
Siège de Valenciennes

Le 4e bataillon de volontaires nationaux de la Marne, également appelé plus simplement 4e bataillon de la Marne, était une unité militaire de l’armée française créé sous la Révolution française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 4e bataillon de volontaires de la Marne est formé à 8 compagnies et 1 compagnie de grenadiers du 4 au à Reims.

  • Compagnie de grenadiers
  • 1re compagnie
  • 2e compagnie
  • 3e compagnie
  • 4e compagnie
  • 5e compagnie
  • 6e compagnie
  • 7e compagnie
  • 8e compagnie

Commandants[modifier | modifier le code]

  • 1791-1793 : Jean Rémy Duvergé de Cuy
  • 1793-1794 : Louis Jacques Failly

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

1791[modifier | modifier le code]

L'unité est composée de 465 volontaires du district d'Epernay, rassemblés à Reims le , formés en compagnies le et organisés en bataillon le .
Par tirage au sort du le bataillon prend le no 4, puis est passé en revue le par le maréchal de camp de Carové, assisté du commissaire des guerres Chaudeau et de Jean Rémy Duvergé de Cuy et M Bruyant, commissaires du département.

Ce même , après la bénédiction du drapeau, affecté à l'armée du Centre sous le commandemement du général Lafayette, il part pour Rethel et Le Chesne-Populeux où il demeure en cantonnement environ trois semaines.

Il repart le , et passant par Charleville et Aubigny-les-Pothées, il gagne, le , Rozoy-sur-Serre et Montcornet ou il reçoit plus de 70 recrues pour se compléter et y passe l'hiver à faire de l'instruction.

1792[modifier | modifier le code]

Le il quitte ses cantonnements et, par Aubenton, vient tenir garnison à Rocroi à partir du et y reste jusqu'à la réception de l'ordre du qui l'envoie à Givet et, de là, au camp de Rancennes, laissant son dépôt sur place à Rocroi.

Le , il prend part à la marche de l'armée sur le camp retranché de Maubeuge mais ne prend pas part à l'affaire de La Glisuelle, mais figure à l'enterrement du général Jean-Baptiste Gouvion, le .

Le ler juillet, il repart avec l'armée, pour la Lorraine et célèbre la fête du 14 juillet à Maubert-Fontaine.
Le 1er août le bataillon cantonne à Chauvency-le-Château et à Chauvency-Saint-Hubert, puis est utilisé, le , pour renforcer la garnison de Montmédy. Bloqué dans cette place le , après la capitulation de Longwy, il y est maintenu après le déblocus du , et y reste tout l'hiver, en étant rattaché à l'armée de la Moselle.

1793[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier, le 4e de la Marne est à Montmédyavec un effectif de 586 hommes.
Le il est mis en route pour rejoindre l'armée des Ardennes, et, passant par Sedan et Mézières il arrive à Givet-Charlemont le avec 477 présents.
En cette garnison, il reçoit plus de 200 recrues pendant les mois d'avril et de mai, et ne la quitte plus que pour quelques petites opérations de guerre, mais détache à Bouchain quatre compagnies comptant 232 hommes, en juillet. Le lors d'escarmouches autour de Bouchain, mais aussi aux environs de Givet, le bataillon perd 2 officiers et plus de 180 sous-offîciers, caporaux et volontaires. Le , il reçoit en renfort, environ 360 réquisitionnaires, en majorité du district de Reims, et 525 autres le .

1794[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier, avec un effectif de 1228 hommes, le bataillon est encore en garnison à Givet, mais aussi avec de petits détachements à Fumay, Revin, Vireux et Montigny. Le , il passe la revue de nouvelle formation et n'a plus que 598 hommes présents.

Il est amalgamé le , à Givet, avec le 2e bataillon du 94e régiment (ci-devant Royal-Hesse-Darmstadt) et le 6e bataillon de volontaires de la Marne, pour former la 172e demi-brigade de première formation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G Dumont : Bataillon de volontaires nationauxDocument utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.