Maubert-Fontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maubert-Fontaine
Maubert-Fontaine
Vue sur le village.
Blason de Maubert-Fontaine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Intercommunalité Communauté de communes Ardennes Thiérache
(siège)
Maire
Mandat
Christian Mougin
2020-2026
Code postal 08260
Code commune 08282
Démographie
Gentilé Maubériens, Maubériennes [1]
Population
municipale
1 033 hab. (2019 en diminution de 1,34 % par rapport à 2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 07″ nord, 4° 25′ 46″ est
Superficie 10,33 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Charleville-Mézières
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rocroi
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maubert-Fontaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maubert-Fontaine
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Maubert-Fontaine
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Maubert-Fontaine
Liens
Site web maubert-fontaine.com

Maubert-Fontaine est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maubert-Fontaine
Taillette
Éteignières Maubert-Fontaine Sévigny-la-Forêt
Flaignes-Havys Marby Étalle

Maubert-Fontaine est un village français peuplé de 1 052 habitants, situé dans les Ardennes. La commune fait partie de la Thiérache.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maubert-Fontaine est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charleville-Mézières, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (72,4 %), forêts (20,7 %), zones urbanisées (6,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village — fondé en 1215-1216 — fait partie de la terre des Potées, qui appartenait au chapitre de la cathédrale de Reims, et qui tient son nom de de Potestatibus (ou propriétés, avec la notion de souveraineté) où seront édifiés 17 villages soit Aubigny, Blombay, Cernion, Chilly, Ecle (sous Marby), Étalles, Flaignes-les-Oliviers, Justine, Laval-Morency, Lépron, Logny, Marby, Marlemont, Maubert-Fontaine, Prez, Sévigny-la-Forêt, Vaux-Villaines.

Les seigneurs de Rumigny en sont les avoués à qui le chapitre accorde, dès 1215, douze deniers blancs et une poule ou un chapon à recevoir annuellement de chaque famille des villages nouveaux. De son côté, l’avoué promet aux chanoines aide et assistance pour les constructions projetées et aux habitants son appui et protection.

Les chanoines de Reims accordent aux habitants une charte de liberté en .

Place de Maubert-FOntaine fin XVIe siècle par Claude Chastillon.

Par une charte de 1238, Jacques de Rumigny cède au chapitre de Reims une maison qu’il possède à Maubert-Fontaine, ainsi que tous les vassaux du village.

Nicolas VI enlève deux vassaux du chapitre de Reims, l’un de Maubert-Fontaine, l’autre de Marlemont, et les fait pendre, outrepassant ses droits. Le chapitre se plaint et par une charte d’, Nicolas V accepte que son fils répare cette injustice.

En 1242, Nicolas V de Rumigny reconnaît que les habitants de Maubert-Fontaine et Marlemont qui passent à Rumigny, à Aubenton et à Martigny et leurs dépendances, sont exempts du droit de winage (taxe sur les marchands et les marchandises).

Par le mariage d’Isabelle de Rumigny, avec Thibaut de Lorraine, fils du duc Ferry III, les biens des Rumigny-Florennes passent à la Maison de Lorraine.  En , Thibaut de Lorraine rend foi et hommage au chapitre de Reims pour le fief qu’il détient à Maubert-Fontaine[9].

En l'Ascension 1642 des troupes du sieur de Melo vinrent bruler les maisons, rançonnant des habitants. Les habitants ont déserté le village pour se réfugier en la forêt, le lieu-dit les Escarts fut entièrement détruit et déserté, seule trois maisons furent épargnées. L'église fut brulée, deux cloches emportées et la troisième fondue par l'incendie. La paix ne revenant qu'après la bataille de Rocroi[10].

Le 26 août 1914, l'armée impériale allemande exécute 11 civils lors des atrocités allemandes commises au début de l'invasion.L'unité mise en cause est le 18e RH Régiment de Hussards[11].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant la Drôle de guerre, le poste de commandement de la 1re division légère de cavalerie du général Jacques d'Arras est établi à Maubert-Fontaine[12].

En 1944, des postes de repérage, reliés par téléphone à la centrale de Florennes (centre de l’Entre-Sambre-et-Meuse, Belgique) où l’occupant a installé un aérodrome, sont destinés à guider les chasseurs de nuit.

On en compte neuf dont les principaux sont installés à Villers-deux-Églises, Forges-lez-Chimay (Abbaye de la Trappe, Belgique), Maubert-Fontaine et Reims. A noter que ces postes travaillent par couple, l'un étant le détecteur et l'autre l’émetteur.[13]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1876 M. Beaucourt[14]    
1877   M. Bucourt[15]    
    Dr Devos    
  1995 Georges Vaillant[16]    
mars 2008 mai 2020 Christian Mougin[17] DVG  
mai 2020[18] septembre 2020[19] Dany Bressy[20]   Mandat écourté par la démission d'une partie du conseil municipal
juillet 2020[21] En cours
(au 14 septembre 2020)
Christian Mougin    

Maubert-Fontaine a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en [22].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2019, la commune comptait 1 033 habitants[Note 3], en diminution de 1,34 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1866
1 0001 1101 1251 3121 3791 4261 4361 5061 479
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 4581 4521 4451 3631 3291 3801 3061 1851 184
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 2221 1431 1491 1451 0391 1621 1071 065970
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2019 -
1 0249169021 0561 0751 0331 0311 033-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

En 2017, le bourg compte un club de football et un club de pêche[réf. nécessaire].

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église catholique de Maubert-Fontaine, qui se trouve dans le centre du village, est dédiée à saint Nicolas[27] et dépend de la paroisse Saint-Remi en Thiérache[28].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de la commune dépendent de l'académie de Reims, qui fait partie de la zone B[Quoi ?].

La commune possède une école maternelle, une école élémentaire et un lycée professionnel privé (le lycée Notre-Dame)[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Maubert-Fontaine

Les armes de Maubert-Fontaine se blasonnent ainsi :

parti : au 1) d’azur à la croix d’argent cantonnée de quatre fleurs de lys d’or au 2) coupé au I de gueules au lion issant d’argent et au II d’or à la bordure de sinople.


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie.
  • Église paroissiale Saint-Nicolas.
  • Monument aux morts.
  • Tombes de guerre dans le cimetière.
  • Mémorial de la Forêt des Pothées
  • Coutellerie de Maubert-Fontaine.
  • Chapelle-oratoire, à la sortie du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

J.-B. Lépine, Histoire de Rocroi et de ses environs, Le livre d'histoire-Lorisse (Res Universis), coll. « Monographies des villes et villages de France », (1re éd. 1860), 464 p., 20cm (ISBN 2-87760-120-X, OCLC 165532948)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/ardennes-08
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la maison de Rumigny-Florennes, Annales de la Sté Archéologique de Namur, 1891, réédition de 1982, pp 185, 207, 218, 226, 238.
  10. Écrit de Philippes Ravyneau conseiller du Roi, président en l'élection de Reims, fait par Gobert Deuil notaire royal à Aubigny.
  11. John Horne et Alan Kramer, 1914 Les atrocités allemandes, Tallandier, , 640 p. (ISBN 2-84734-235-4), p. 483
  12. Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers, t. I, Heimdal, , p. 33
  13. Bulletin des Amis du Musée de Cerfontaine (Belgique), n° 28, septembre 1986.
  14. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1876, p206.
  15. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p238.
  16. http://www.lunion.presse.fr/article/autres-actus/maubert-fontaine-georges-vaillant-est-decede
  17. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Dans les autres communes... », Le Courrier La Gazette, no 2339,‎ , p. 37 (ISSN 0183-8415)
  18. « Dany Bressy devient maire à Maubert-Fontaine », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Dany Bressy qui a conduit l’unique liste aux élections municipales, a été élu sans surprise par 9 voix ».
  19. « Municipales 2020 : Dany Bressy, candidat à sa succession à Maubert-Fontaine », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Biographie », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Corentin Pinguet, « Municipales 2020 : à Maubert-Fontaine, un nouveau maire mais le tribunal administratif doit trancher : Ce vendredi, Dany Bressy devrait laisser sa place à Christian Mougin. Temporairement ou pas », L'Ardennais,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Création du PNR des Ardennes
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. « Église Saint-Nicolas », Les églises et édifices religieux recensés par l'OPR à Maubert-Fontaine, Observatoire du patrimoine religieux (consulté le ).
  28. « Paroisse St-Remi en Thiérache », sur Diocèse de Reims (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]