Combat de La Glisuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le combat de La Glisuelle est un combat qui eut lieu le à quelques kilomètres au nord de Maubeuge entre l'avant-garde de l'armée de La Fayette et un corps d'Autrichiens, venus de Mons. Les Français furent durement touchés par les Autrichiens, beaucoup plus nombreux. Le commandant de l'avant-garde française, le maréchal de camp Jean-Baptiste Gouvion, fut tué d'un coup de canon et de nombreux volontaires du bataillon de la Côte-d'Or y périrent.

Situation[modifier | modifier le code]

Le combat eut lieu à proximité de la route de Mons au nord du village de La Glisuelle (aujourd'hui La Grisoëlle, dépendant de la commune de Mairieux).

Déroulement[modifier | modifier le code]

La Fayette s'était positionné dans le camp retranché de Maubeuge et avait envoyé son avant-garde, commandée par Jean-Baptiste Gouvion, à quelques kilomètres au nord en direction de Mons, où se trouvaient les Autrichiens. Cette avant-garde était forte d'environ trois mille hommes (quatre bataillons et quatre escadrons de cavalerie).

Les Français furent surpris de nuit par les Autrichiens, dont le nombre était plus de dix fois supérieur. Ils résistèrent vaillamment, mais Gouvion, ne voyant pas venir de secours de Maubeuge, décida la retraite. C'est à ce moment qu'il fut atteint mortellement.

Le 2e bataillon des volontaires de la Côte-d'Or, qui se trouvait en première ligne, fut décimé et ses deux lieutenants-colonels, Cazotte et Fondard, furent tués ainsi que plusieurs autres officiers. Parmi les survivants, il y avait deux autres bourguignons qui devinrent célèbres : le futur général Junot, qui fut grièvement blessé d'un coup de sabre à la tête, et le futur général Delaborde.

Monument commémoratif[modifier | modifier le code]

Un monument commémoratif fut élevé le long de la RN 2[1] (route de Mons) par la Société nationale du Souvenir français et inauguré le 1er juin 1913[2]. Le monument a été conçu par l'architecte Jules Cattelain et porte un médaillon en bronze de Jean-Baptiste Gouvion par le sculpteur maubeugeois René Bertrand-Boutée. Une inscription rappelle le sacrifice des « héroïques volontaires de la Côte-d'Or » et de leurs chefs les lieutenants-colonels Cazotte et Fondard[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le monument est situé à l'est de la route, légèrement au nord du carrefour avec la D136, au lieu-dit les Trois Entêtés.
  2. Monument du combat de La Glisuelle.
  3. Claude Joseph Cazotte de La Chassagne (né à Dijon le 29 juillet 1729), élu le 3 septembre 1791 lieutenant-colonel du 2e bataillon des volontaires de la Côte-d'Or, et Jean Baptiste Fondard (né à Arnay-le-Duc le 31 octobre 1733), élu le même jour lieutenant-colonel en second.

Bibliographie[modifier | modifier le code]