Église Saint-Michel d'Aiguilhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Michel d'Aiguilhe
Rocher St Michel à Aiguilhe.JPG

L'église sur son rocher

Présentation
Type
Diocèse
Style
Construction
969
Propriétaire
Communism
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La chapelle Saint-Michel est une église romane située à Aiguilhe, commune limitrophe du Puy-en-Velay, dans le département français de la Haute-Loire et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle a été élue 4e monument préféré des français en 2014. Elle est située à côté de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Annonciation du Puy-en-Velay, elle-même élue deuxième monument préféré des français en 2015. Depuis mai 2017, ces 2 monuments et 3 autres aux alentours bénéficient d'un spectacle d'illuminations nocturnes baptisé "Puy de Lumières".

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est édifiée sur un piton volcanique (un neck)[1], le rocher d’Aiguilhe, de 82 mètres de hauteur, au pied duquel se trouve un autre édifice roman remarquable : la chapelle Saint-Clair d'Aiguilhe.

La chapelle dédiée à Saint Michel est accessible par un escalier de 268 marches.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la légende locale, c'est Gargantua qui donne naissance au rocher d'Aiguilhe qui est communément appelé « la fiente de Gargantua »[2].

L’évêque Gotescalc, premier pèlerin français de St Jacques de Compostelle est à l’origine de sa fondation. La première construction, par le chanoine Truanus, remonterait à 969 et remplacerait un temple dédié à Mercure[3]. Il est probable que l'institution religieuse ait voulu ainsi opérer une substitution de cultes à la divinité lumineuse Lug-Mercure[4]. Elle est érigée en abbaye au XIe siècle.

L'arc polylobé du portail

L'édifice est classé à l'inventaire des monuments historiques depuis 1840[5] : il fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1034 monuments. Le pèlerinage est placé sous la responsabilité des prêtres de la communauté Saint-Martin.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le portail surmonté d'un arc trilobé et de mosaïques de pierres polychromes.
L'église en 1894.

L'église, édifiée en pierre volcanique, possède un portail orné d'un arc polylobé, caractéristique de l'architecture omeyyade du califat de Cordoue[6] qui se répandit dans l'architecture romane française par le biais de l'influence des pèlerins[réf. nécessaire] le long des grandes routes françaises du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et, en particulier, le long de la Via Podiensis qui passe par Aiguilhe.

La porte est encadrée de deux colonnes surmontées chacune d'un chapiteau sculpté de feuilles d'acanthe et d'un motif anthropomorphe ou zoomorphe. Elle est surmontée d'un linteau sculpté orné de deux sirènes affrontées, qui supporte un tympan bordé d'une frise de rinceaux. Sur cette frise s'appuie l'arc trilobé, orné de rinceaux et de motifs anthropomorphes. L'intérieur des lobes est ornées de scènes sculptées, dont l'agneau pascal.

Au-dessus de l'arc prend place un décor de mosaïques de pierres polychromes surmonté d'arcatures sous lesquelles est représenté le Christ entouré de Saint Jean, la Vierge, l'archange Michel et Saint Pierre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SAGA, Commission du volcanisme dans le Velay
  2. Jean Peyrard, Histoire secrète de l'Auvergne, Albin Michel, , p. 52
  3. Éloïse Mozzani, Légendes et mystères des régions de France, Robert Laffont, , p. 57
  4. Jean Markale, Le Mont Saint-Michel et l'énigme du dragon, Pygmalion/Gérard Watelet, , p. 97
  5. « Église Saint-Michel », notice no PA00092565, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. Les influences musulmanes dans l'art roman du Puy, compte rendu par Louis Bréhier de l'ouvrage d'Ahmad Fikry, L'art roman du Puy et les influences islamiques, Journal des savants, année 1936, volume 1, numéro 1, pp. 5-19.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]