Pavillon d'Anne de Beaujeu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pavillon d'Anne de Beaujeu
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Destination actuelle
Style
Construction
Propriétaire
Ville de Moulins
Patrimonialité
Site web
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Place du Colonel-LaussedatVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Auvergne
voir sur la carte d’Auvergne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Allier
voir sur la carte de l’Allier
Red pog.svg

Le pavillon Anne-de-Beaujeu est une aile du château des ducs de Bourbon, situé à Moulins dans le département français de l'Allier et la région Auvergne.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le pavillon Anne-de-Beaujeu est situé à Moulins, 5 place Colonel-Laussedat.

Historique[modifier | modifier le code]

Le duc Louis II de Bourbon décide en 1378 d'installer la cour des comptes ducale à Moulins faisant de la ville la capitale du duché de Bourbon ; elle va le rester jusqu'en 1532, date du rattachement du duché à la Couronne.

Après les ravages du début de la guerre de Cent Ans, le duc Louis II fait reconstruire le château de Moulins entre 1366 et 1375.

Le roi Charles VIII veut faire valoir ses droits sur le royaume de Naples et entame la première guerre d'Italie, entre 1497 et 1499.

Pendant ce temps, Charles VIII a confié à sa sœur, Anne de Beaujeu et à son mari Pierre II de Bourbon la régence du royaume qui va s'exercer à partir de Moulins. Les Français découvrent l'art de la Renaissance italienne au cours de cette guerre. À la suite de cette découverte, vers 1500, Anne de Beaujeu et Pierre II de Bourbon font construire pour fermer la cour du château le premier bâtiment français d'architecture renaissance par l'architecte Marceau Rodier. La présence du monogramme de Pierre de Beaujeu sur le pavillon laisse penser qu'il est terminé avant sa mort, en 1503[2].

Après le rattachement du duché à la Couronne, le château n'est plus occupé qu'épisodiquement et est mal entretenu. En 1755, un incendie ravage l'aile du pavillon d'Anne de Beaujeu. En 1774, l'état du château le fait classer comme ruine.

En 1839, le pavillon Anne-de-Beaujon devient une gendarmerie. Il est sauvé par son classement au titre des monuments historiques en 1840[1].

L'ensemble du pavillon est restauré, complété de bâtiments annexes, en 1907, pour recevoir un musée à la suite de la donation de Louis Mantin.

Le pavillon Anne-de-Beaujeu abrite à partir de 1910, avec la maison Mantin, le musée d'art et d'archéologie de Moulins.

Architecture[modifier | modifier le code]

C'est un monument longiligne s'ouvrant sur une galerie à arcades au décor raffiné constitué de pilastres cannelés, d'oves, de perles, de feuilles d'acanthe et de cornes d'abondance. Cette construction comprenait une chapelle voûtée d'une coupole, détruite aujourd'hui.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Pavillon d'Anne de Beaujeu, actuellement musée Anne de Beaujeu », notice no PA00093228, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Anne Adrian, Anne de Beaujeu et le mécénat féminin en France à l'aube de la Renaissance Lire en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]