Château de Polignac (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Polignac
Image illustrative de l’article Château de Polignac (Haute-Loire)
Le château et le village de Polignac,
vus depuis le nord
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Destination initiale baronnie de Lardeyrol
Destination actuelle ruines
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Coordonnées 45° 04′ 09″ nord, 3° 51′ 37″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Commune Polignac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Polignac
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Château de Polignac
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Château de Polignac
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
(Voir situation sur carte : Haute-Loire)
Château de Polignac

Le château de Polignac est un château fort se dressant dans la commune de Polignac près du Puy-en-Velay, dans le département français de la Haute-Loire en France.

Situation[modifier | modifier le code]

Gravure représentant le château de Polignac, vers le milieu du XIXe siècle.
Le château de Polignac au XVIe siècle d'après Gaston de Jourda de Vaux.

Situé à 5 km au nord-ouest du Puy, le château fort de Polignac (on dit aussi la forteresse de Polignac) occupe une butte ou plate-forme basaltique, fragment d'une ancienne coulée volcanique. Le sommet de la butte, à peu près plat, mesure environ 120 m sur 90 m et sa grande longueur est orientée plus ou moins nord-ouest/sud-est[1]. Elle est à 806 m d'altitude[2],[1]) et domine la vallée de Polignac et le bassin du Puy par des falaises abruptes hautes de environ 100 m, sauf vers le nord où une triple ligne de remparts a été aménagée.

S'Agostino et al (2008) voient la position stratégique du château, entre Anicium (Le Puy-en-Velay, futur siège épiscopal au Moyen Âge) et Ruessium (Saint-Paulien, chef-lieu de la cité vellave durant l'Antiquité), comme un indice d'une occupation antique[3].

Historique et construction[modifier | modifier le code]

La première mention du château date d'environ 929-935 : un acte est passé dans le « castrum quod vocatur Podianacus » ; les vicomtes de Polignac sont quant à eux déjà mentionnés dès la fin du IXe siècle[3].

Propriétaires du château depuis au moins le XIe siècle, les vicomtes héréditaires du Velay en prirent le nom et en firent leur résidence ordinaire jusqu'au début du XVIIe siècle[4].

La forteresse, qui occupait un emplacement stratégique commandant les routes à l'ouest et au nord de la ville du Puy, pouvait abriter 800 soldats en plus de la famille et de ses domestiques.

Bien à l'abri dans leur forteresse, les seigneurs de Polignac purent devenir les maîtres du pays.

Alliés des rois de France mais de caractère indépendant, il n'hésitèrent à se rebeller contre l'autorité royale de Louis VI le Gros (1080-1137) puis de Louis XI (1423-1483)[4].

La chapelle seigneuriale Saint-Andéol[5] est attestée dès 1075[3]. Elle est incluse dans l'enceinte du château et rattachée au prieuré de Pébrac (près de Langeac en Auvergne), ce dernier fondé vers 1062. En 1128 l'église Saint-Martin est rattachée au prieuré Saint-Andéol[6] (et donc par filiation elle est rattachée au prieuré de Pébrac). Une autre source ajoute qu'en 1142, l'évêque du Puy Humbert d'Albon († 1147) donne la chapelle Saint-Andéol[3] en même temps que l'église Saint-Martin au prieuré de prieuré de Pébrac, qui possèdent ces biens jusqu'à la Révolution[5].

Le logis seigneurial fut sans doute reconstruit en dur au XIIe siècle, époque où une lutte sans merci opposait les Polignac aux évêques du Puy pour la perception des péages[7] sur la route du pèlerinage à Notre-Dame du Puy-en-Velay. Il fut restauré et agrandi à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle.

Côté nord-ouest de la forteresse de Polignac,
vers 1900.

Le donjon, désigné comme la « grosse tour » dans les sources anciennes, fut édifié par Randon Armand X, vicomte de 1385 à 1421[4], comme l'indique une inscription latine gravée sur une pierre blanche encastrée à l'angle nord-ouest. Son voûtement fut réparé de 1565 à 1566 par Philiberte de Clermont, vicomtesse et douairière de Polignac, qui l'enchappa dans un glacis[4].

Le , le château reçut la visite de François Ier et sa suite : il fut reçu par le vicomte François-Armand qui, au devant d'une centaine de gentilshommes, était allé à sa rencontre à Brioude. Le roi et les princes furent logés dans les bâtiments en dur et les courtisans dans un grand corps de logis en charpente dressé sur l'esplanade à cet effet[8]. À cette occasion, le roi gratifia les Polignac du surnom « rois des montagnes ».

Lors des guerres de religion, les Polignac prirent le parti d'Henri III puis de son successeur, Henri IV, faisant du château le bastion des Royalistes face au Puy ligueur. La forteresse contribua au triomphe de la cause royaliste.

Une chapelle voûtée et peinte fut édifiée dans l'enceinte au XVIIe siècle.

Abandonnée au cours du XVIIe siècle par les vicomtes de Polignac, qui lui préfèrent leur château de La Voûte-Polignac, la forteresse était déjà en ruines au moment de la Révolution. Celle-ci voit les Polignac émigrer et la forteresse, vendue comme bien national, servir de carrière de pierres.

En 1830, à son retour d'émigration, le deuxième duc de Polignac racheta les ruines[9]. Sa famille fit restaurer une partie du château durant le XIXe siècle : le chemin de ronde, des portes, le donjon. Prosper Mérimée, premier inspecteur des monuments historiques, classa le site en 1840[10].

Côté oriental de la forteresse de Polignac,
vers 1900.

Le donjon voit son couronnement (voûte et mâchicoulis) rétabli de 1893 à 1897, d'après des gravures anciennes.

Cette résurrection du château vient démentir la sombre prédiction du photographe Lacan[11] au milieu du XIXe siècle : « le précieux monument, comme tant d'autres, tombe pierre à pierre; bientôt il disparaîtra comme les générations qui l'ont habité mais, grâce à la photographie, il restera tel qu'il est encore, dans ce dessin tracé par la lumière ».

Les restaurations se poursuivent aujourd'hui sous l'égide de la Fondation Forteresse de Polignac.

Physionomie actuelle[modifier | modifier le code]

La plateforme est dotée sur son pourtour d'une enceinte crénelée, avec tours et courtines, se déroulant sur 806 m.

Il n'y a qu'un seul chemin d'accès, montant en spirale depuis l'est. Il était défendu par six portes, dont les trois premières ont disparu[4]. La 4e porte, bien conservée (elle garde les rainures de la herse primitive), remonterait au XIIIe siècle.

En dehors de la muraille d'enceinte et de la grosse tour carrée, les bâtiments (seigneurie, vicomté, maison des archives) sont en ruine. Les traces d'un corps de garde et d'un moulin à vent sont encore visibles.

Accompagné d'une tourelle faisant corps avec lui et abritant un escalier à vis de 144 marches, le donjon est un édifice de plan rectangulaire (16 m sur 13) qui surplombe l'abîme du haut de ses 32 m. Il présente à sa base, sur ses quatre faces, un glacis construit pour dissuader les velléités d'assaut[4].

Sa porte d'entrée, basse et étroite, couverte par un arc brisé, s'ouvre à l'est, au rez-de-chaussée. On y accédait par un passage étroit et facile à défendre, pratiqué le long du rempart[4].

L'entrée donne dans une salle basse, couverte d'une voûte en berceau neuve restituée d'après les éléments subsistants de l'ancienne. C'est là qu'est conservé aujourd'hui le masque sculpté, dit « masque d'Apollon », sans doute un masque de fontaine.

La partie supérieure du donjon est divisée en trois étages par des planchers, aujourd'hui disparus. Chaque étage est éclairé par des fenêtres de dimensions variables et possède une cheminée en pierre[4].

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Embrasure intérieure de fenêtre avec arc de décharge en plein cintre (XIe siècle), dessinée pour le Dictionnaire de Viollet-le-Duc, 1856.

Fouilles anciennes[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle vit la fouille du puits du château, surnommé « l'abîme », par Auguste Aymard[12].

Fouilles actuelles[modifier | modifier le code]

Lors d'une campagne de fouilles conduite par l'association « Études et chantiers », des pièces d'un jeu d'échecs en ivoire, une arquebuse, des éléments de ceinture avec ornements en cuivre, ont été retrouvés dans le logis médiéval de la Seigneurie[13].

Mise en valeur touristique[modifier | modifier le code]

La valorisation et la restauration du château de Polignac ont fait l'objet d'un engagement du Conseil de la Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay à hauteur de 60 000 euros par an au maximum, sur 6 ans à compter de 2008[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études architecturales ou historiques[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Agostino et al. 2008] Laurent d'Agostino, Mélinda Bizri, Mathilde Tissot, Geneviève Gascuel et Marie-Caroline Kurzaj, « Forteresse de Polignac (Polignac, Haute-Loire). La Seigneurie, étude de bâti et sondages », Rapport de fouille archéologique programmée, Fondations Polignac,‎ (résumé).
  • [Bizri 2011] Mélinda Bizri, « Polignac en Velay, relecture de l'origine et de l'évolution du site. Entre tradition, célébrité et réalité archéologique », dans Anne-Marie Cocula & Michel Combet, Château, naissance et métamorphoses (Actes des Rencontres d'Archéologie et d'Histoire en Périgord, 24-26 septembre 2010), Ausonius Éditions, coll. « Scripta Mediævalia » (no 19), (ISSN 1962-1744, résumé, lire en ligne [PDF] sur hal-univ-bourgogne.archives-ouvertes.fr), p. 93-107. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Bizri 2017] Melinda Bizri, Construction et pratique sociale de l'espace fortifié en Velay (XIIIe – XVe siècles) (thèse de doctorat en histoire de l'art et archéologie), université Clermont Auvergne, , 282 p. (lire en ligne [PDF] sur tel.archives-ouvertes.fr). Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Voir notamment : chap. 2 (« L'espace fortifié des communautés au bas Moyen Âge (XIIIe – XVe siècle)  »), sous-section 2.2 : « L'exemple du castrum de Polignac et de la cité du Puy-en-Velay » (p. 54-65)
  • [Dumalle 2006] Bérangère Dumalle, Les châteaux de l'orbite des Polignac en Velay (XIIIe – XVIe siècles) (thèse), École des Chartes, (présentation en ligne).
  • [Jourda de Vaux 1911] Gaston de Jourda de Vaux, Les châteaux historiques de la Haute-Loire (castels, maisons-fortes, manoirs), Le Puy-en-Velay, Éditions de la Société Académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, .
  • [Jourda de Vaux 1911] Gaston de Jourda de Vaux, Polignac. Monographie et dessins, Éd. Rouchon et Gamon, , 31 p..
  • [Pau 2007] Alexandre Pau, Polignac, la légende du temple d'Apollon, Éditions du Roure, , 255 p..
  • [Soudière-Niault 2007] Judicaël de la Soudière-Niault, « Château de Polignac : découverte d'un premier palais civil roman », Cahiers de la Haute-Loire,‎ , p. 119-134 (présentation en ligne).
  • [Thomas & Barrot 1993] Régis Thomas et Jacques Barrot, Châteaux de Haute-Loire, Brioude, éd. Watel, , 467 p., sur xxx.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château de Polignac, carte interactive » sur Géoportail.Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. Bizri 2017, p. 57.
  3. a b c et d Agostino et al. 2008, résumé.
  4. a b c d e f g et h « Château de Polignac », sur chateau-fort-manoir-chateau.eu, Châteaux de France (consulté en ).
  5. a et b « L'église Saint-Martin de Polignac : un joyau du patrimoine », sur mairiedepolignac.fr, dans le site de la mairie de Polignac : onglet « Découvrir » > « Histoire et Patrimoine » > « L'Église », (consulté en ).
  6. Bizri 2011, p. 96.
  7. Bizri 2017, p. 58.
  8. Hector du Lac de la Tour d'Aurec, Histoire du département de la Haute-Loire, (Vélai), Canton du Puy, Le Puy, Imprimerie J.B. de la Combe, , 183 p., sur books.google.fr (lire en ligne), p. 168.
  9. Duc de Polignac, La Maison de Polignac, Étude d'une évolution sociale de la Noblesse, Le Puy, éds. Jeanne d'Arc, , 521 p., p. 37
  10. « Ruines du château fort (Polignac) », notice no PA00092727, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. Lacan, Esquisses photographiques, p. 29.
  12. [Aymard 1856] Auguste Aymard, Recherches archéologiques dans la Haute-Loire, Le Puy, impr. de Vve Guilhaume, , 45 p. (présentation en ligne).
  13. Cf L'éveil du 17 septembre 2007.
  14. Réunion du 23-12-2007.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]