Plaimpied-Givaudins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaimpied-Givaudins
Blason de Plaimpied-Givaudins
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Levet
Intercommunalité Bourges Plus
Maire
Mandat
Patrick Barnier
2014 - e.c.
Code postal 18340
Code commune 18180
Démographie
Gentilé plaimpiedois
Population
municipale
1 783 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 57″ N 2° 27′ 18″ E / 46.9991666667, 2.455 ()46° 59′ 57″ Nord 2° 27′ 18″ Est / 46.9991666667, 2.455 ()  
Altitude Min. 128 m – Max. 177 m
Superficie 40,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plaimpied-Givaudins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plaimpied-Givaudins

Plaimpied-Givaudins est une commune française située dans le département du Cher en Région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plaimpied-Givaudins se situe à vingt-cinq kilomètres de Bruère-Allichamps (centre de la France). Village du Cher dans la région du Centre, Plaimpied-Givaudins fait partie du canton de Levet. Située à 153 mètres d'altitude et voisine des communes de Soye-en-Septaine et de Saint-Just, la commune comptait, en 2009, 1 732 habitants appelés les Plaimpiédois et les Plaimpiédoises ; avec une superficie de 40,5 km2, Plaimpied-Givaudins a une densité de 42,8 hab/km². La plus grande ville à proximité de Plaimpied-Givaudins est Bourges, située au Nord-Ouest de la commune à 10 km. Plaimpied-Givaudins est traversée par le canal de Berry.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Plaimpied-Givaudins remonte à deux composantes latines :

  • Planum, qui signifie « plat », a phonétiquement évolué vers plaim ;
  • Podium qui signifie en latin, à basse époque, « petite éminence, colline arrondie », a fini par donner pied.

L'origine du nom de Givaudins est plus obscure.

Richard II, archevêque de Bourges, fonda à Plaimpied une importante abbaye de chanoines réguliers soumis à la règle de saint Augustin. Commencée à la fin du XIe siècle, l'église abbatiale dédiée à saint Martin ne fut terminée que plus de cent ans après.

Les deux communautés d'habitants de Plaimpied et de Givaudins ont été réunies en une seule commune par ordonnance royale du 24 février 1842 alors qu'auparavant, Givaudins dépendait étroitement de Bourges et des communautés religieuses qui y étaient installées.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Cher.
Blason de Plaimpied-Givaudins

Les armes de Plaimpied-Givaudins se blasonnent ainsi :

De sinople aux deux fasces ondées abaissées d'argent, à la crosse d'or brochante, le tout surmonté d'un agneau aussi d'argent accosté de deux gerbes de blé aussi d'or[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2010 Michel Ducamp PS  
avril 2010 mars 2014 Patrick Barnier DVD  
mars 2014 en cours Patrick Barnier SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 783 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
487 436 503 396 424 429 477 708 782
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
855 851 922 882 900 938 902 869 791
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
761 792 763 670 695 648 651 664 685
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
673 693 853 1 100 1 388 1 643 1 672 1 684 1 783
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Urbanisme[modifier | modifier le code]

À l'ouest de la ville est en train d'être construit un nouveau quartier, qui devrait bientôt être terminé.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Union Sportive de Plaimpied-Givaudins (USPG) 3e Division
  • Tennis Club de Plaimpied-Givaudins (TCPG)

Les infrastructure majeures sont :

  • Le stade municipal
  • Le terrain de tennis municipal
  • Le City-Stade
  • Le terrain de basket municipal

Culture et enseignement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vallée de l'Auron.
  • Plan d'eau du Val d'Auron (82 hectares)
  • Parc municipal

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

À Plaimpied se trouve le Centre Artistique et Culturel de Plaimpied-Givaudins où l'on peut apprendre différentes activités telles que le théâtre et la danse, ainsi qu'une école de musique.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et primaire La clé des champs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Sautivet, fabricant et joueur de musettes dans le Berry (1796-1867)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : février 2009.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :