Gaudensi Allar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allar.

Gaudensi Allar
Image illustrative de l’article Gaudensi Allar
Buste de Gaudensi Allar par André-Joseph Allar,
musée d'art de Toulon.
Présentation
Naissance
Toulon
Décès
Marseille
Nationalité Drapeau de la France France
Formation École des beaux-arts de Marseille
Œuvre
Réalisations Musée d'art de Toulon,
École supérieure de commerce de Marseille,
Fontaine de la Fédération à Toulon,
Fontaine de la place Estrangin-Pastré à Marseille.

Stanislas Gaudensi Allar, né à Toulon le et mort à Marseille le , est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stanislas Gaudensi Allar né le à Toulon est le fils d'un ouvrier de l'arsenal maritime où il entre comme apprenti. Il est le frère aîné du sculpteur André-Joseph Allar. En 1854 il s'embarque sur un navire comme mousse et à son retour travaille chez un imprimeur comme typographe. Un de ses oncles maternels, François Tallon, inspecteur des travaux de construction de la nouvelle cathédrale de la Major à Marseille l'appelle auprès de lui. Gaudensi et son frère André rentrent à l’École des beaux-arts de Marseille.

Gaudensi devient un des proches collaborateurs de l'architecte Henri-Jacques Espérandieu. Sous la direction de ce dernier, il est conducteur de travaux du palais Longchamp à Marseille. En 1869 il obtient le premier prix au concours public ouvert par la société académique du Var pour la rédaction de projets de villas pour le midi de la France. En 1881 il obtient la grande médaille de l'architecture privée décernée par la Société Centrale des Architectes Français. Enfin en 1884 il reçoit une mention honorable au concours des bâtiments scolaires organisée par l'État sous la présidence de Jules Ferry.

Gaudensi Allar aura trois fils : Paul sera architecte, Fernand (1871-1927) entrepreneur et Édouard ingénieur. Fernand aura une fille, Marguerite Allar (1899-1974) qui sera peintre et professeur de dessin et d'histoire de l'art[1].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Chélini (dir.), Félix Reynaud (dir.) et Madeleine Villard (dir.), Dictionnaire des marseillais, Marseille, Académie de Marseille - Édisud, , 368 p., 24 × 17 cm (ISBN 2-7449-0254-3, OCLC 52159149, notice BnF no FRBNF37715787), p. 16.
  • Paul Masson sous la direction de, Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, Archives départementales, Marseille, 17 volumes, 1913 à 1937, tome VI p. 490, 492 et 810.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Renée Dray-Bensousan, Hélène Echinard, Régine Goutalier, Catherine Maran-Fouquet, Éliane Richard et Huguette Vidalou-Latreille, Marseillaises, vingt-six siècles d’histoire, Edisud, Aix-en-Provence, 1999 (ISBN 2-7449-0079-6), p. 35
  2. Notice no IA13000802, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Notice no PM13001623, base Palissy, ministère français de la Culture