Anita Molinero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anita Molinero
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité
plasticienne, peintre et sculptrice
Formation

Anita Molinero, née, à Floirac (Gironde) en 1953, est une plasticienne, peintre et sculptrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un anarchiste espagnol et d'une française, issue de l’École supérieure des Beaux-Arts de Marseille, Anita Molinero a longtemps utilisé les objets et matériaux issus de décharge et le plastique. Durant ses années punk, elle collectionne ces objets trouvés et les expose dans leur pauvreté brute[1].

Son rapport à la sculpture est physique. Elle transforme, découpe à la scie sauteuse, «brutalise» par le feu, par la force, par la peinture la matière pour faire émerger une œuvre chaotique, exubérante et instable [2],[1].

Anita Molinero est à l'opposé de la sculpture conceptuelle qui délègue la fabrication[3].

En 2012, elle a été choisie pour créer la station de la porte de la Villette sur la ligne 3b du tramway d'Île-de-France[4]. Vivant et travaillant à Paris et Marseille, elle est professeur de sculpture à l'École Supérieure d'Art et de Design Marseille-Mediterranée, ex-École supérieure des Beaux-Arts de Marseille.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2017, Des ongles noirs sous le vernis, Musée Sainte-Croix, Les Sables-d'Olonne, 2017
  • 2014, Oreo, Le Consortium, Dijon
  • 2013, Hallali, Galerie Journiac, Paris
  • 2012, La fiancée du pirate, Galerie Gutharc, Paris
  • 2012, Prequel, Mamco Genève, Suisse
  • 2011, Galerie Édouard Manet, Gennevilliers
  • 2009, Ultime Caillou, FRAC Alsace, France
  • 2009, En souvenir de vaux et petit, Longepierre, France
  • 2009, Anita Molinero, Galerie Alain Gutharc, France
  • 2006, Extrusoït, Mamco Genève, Suisse

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michaud 2011.
  2. Azimi 2009.
  3. « ANITA MOLINERO. Des ongles noirs sous le vernis », sur www.lemasc.fr, (consulté le 11 décembre 2018)
  4. Poiret 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

Sources sur le web[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]