Jean-Baptiste Olive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olive.
Jean-Baptiste Olive
Jean-Baptiste Olive - Vue du port de Marseille.jpg
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean Baptiste Joseph Olive
Nationalité
Activité
Formation
Distinction
Œuvres réputées

Jean-Baptiste Olive, né le à Marseille[1], mort dans la même ville en 1936, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans un milieu modeste de marchand de vin du quartier Saint-Martin à Marseille, aujourd'hui détruit, Jean-Baptiste Olive est poussé par un ami décorateur, Étienne Cornellier, à s'inscrire à l'École des beaux-arts de Marseille, où il a pour professeur Johanny Rave (1827-1882). Son travail lui vaut des récompenses chaque année et un premier prix pour la classe du modèle vivant. Il apprend le métier de décorateur. Il peint abondamment Marseille, son Vieux-Port, ses îles et ses rivages. En 1874, il voyage en Italie, à Gênes et Venise. Il expose de manière ponctuelle aux divers Salons provençaux. Il s'installe à Paris en 1882. Olive n’est ni ingrat ni inconsidéré, mais tout simplement happé par le besoin de reconnaissance. Là où il pensait n’être qu’un parmi d’autres, il conçoit que peindre des ports de Marseille sur les bords de la Seine en font un artiste original et fier de ses origines. Il est doté d’une profonde humilité quant à son talent et n’a pas ressenti le désir de transmettre son savoir à aucun élève. Cependant, Jean-Baptiste Olive laissa perplexes autant de critiques et de galeristes que d’amis, fascinés par le contraste entre une peinture éblouissante de clarté et un peintre à la personnalité complexe et introvertie.

Il a su se faire une place d’honneur dans la vie et le cœur des personnes rencontrées au cours de sa carrière et de nombreux mécènes l’ont soutenu. En 1948, dix ans après sa disparition, le musée Cantini à Marseille lui consacre l’exposition du centenaire de sa naissance en présentant quatre-vingt-deux œuvres de sa vaste carrière artistique.

Olive s’est installé dans l’inconscient des patriotes marseillais[réf. nécessaire]. Sa présence domine ce courant paysagiste maritime, l’un des plus encouragés par l’engouement des générations successives d’amateurs. Les enfants de ceux qui ont bâti la cité phocéenne moderne tout en dispensant aux arts et aux artistes un peu de leur richesse perpétuent la mémoire de ce que Jean-Baptiste Olive pensait être l’âge d’or de la Provence. Il se liera avec Gustave Marius Jullien (1825-1881), Étienne Cornellier et Antoine Vollon. Il fréquente Robert Mols et se lie d'amitié avec Raymond Allègre et Théophile Henri Décanis.

À Paris, il participe à la décoration du Cirque d’hiver, de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et de quelques pavillons de l’Exposition universelle de 1889. Dès 1874, il participe au Salon de Paris et obtient plusieurs prix au cours des années suivantes. Il devient sociétaire du Salon des artistes français en 1881 et reçoit une médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1889. Le général Malesherbes lui achète des toiles. En 1900, il reçoit la commande[2] de deux toiles pour décorer la Salle dorée du restaurant Le Train bleu de la gare de Lyon à Paris.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1882 : Plage du Prado par un temps de mistral, mention honorable.
  • 1885 : médaille de 3e classe.
  • 1893 : Le soir, rade de Villefranche.
  • 1913 : Le Matin, Côte d'Azur.
  • 1914 : Rochers, Côte d'Azur, La Mer, Provence.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Paris, Exposition universelle de 1889 (médaille d'argent).
  • 1948, musée Cantini à Marseille, exposition du centenaire de la naissance de Jean-Baptiste Olive, 82 œuvres présentées.
  • 2008, Genève (Suisse), Galerie Bartha et Senarclens accueille la galerie Marc Stammegna du 6 juin au 31 juillet 2008, « Ces peintres de la Provence », exposition collective de 22 peintres dont Jean-Baptiste Olive, Frédéric Montenard, Louis Valtat et Félix Ziem.
  • Du 26 septembre 2008 au 25 janvier 2009, Palais des Arts à Marseille, « Jean-Baptiste Olive - Prisme de lumière »[3], organisée par la Fondation Regards de Provence.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives des Bouches-du-Rhône, commune de Marseille, registre 4, acte de naissance no 558, année 1880 (consulté le 13 décembre 2014).
  2. Par Stéphane Adolphe Dervillé, président du conseil d'administration de la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, sous la direction de l'architecte chargé de la décoration, Marius Toudoire, il est le seul à terminer en 1901 la dernière toile.
  3. museeregardsdeprovence.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Jean-Claude et Gérard Gamet, Jean-Baptiste Olive, sa vie, son œuvre, Éditions Frebert, 1977.
  • Collectif, Le Train Bleu, Éditions Presse Lois Unis Service, Paris, 1990 (ISBN 2908557010).
  • Magali Raynaud et Franck Baille, Jean-Baptiste Olive: Prisme de lumière, Éditions CRES, 2008 (ISBN 2914374178).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :