Vieux-Moulin (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vieux-Moulin.
Vieux-Moulin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Arrondissement de Compiègne
Canton Canton de Compiègne-Sud-Est
Intercommunalité Agglomération de la région de Compiègne
Maire
Mandat
Béatrice Martin
2014-2020
Code postal 60350
Code commune 60674
Démographie
Gentilé Vieux-Moulinois
Population
municipale
600 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 35″ N 2° 55′ 57″ E / 49.3931, 2.9325 ()49° 23′ 35″ Nord 2° 55′ 57″ Est / 49.3931, 2.9325 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 130 m
Superficie 17,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieux-Moulin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vieux-Moulin

Vieux-Moulin est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie. Le hameau du Vivier-Frère-Robert y est rattaché.

Ses habitants sont appelés les Vieux-Moulinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, dominé par le mont Saint-Mard, s’étire dans le vallon du ru de Berne, affluent de la rive gauche de l’Aisne. Désigné au XIIIe siècle sous le toponyme rivus Hortice, « ce ruisseau des orties » a permis l’implantation humaine dans une forêt où les ressources aquatiques pérennes sont rares. Il est alimenté par le ru de la Fontaine-aux-Porchers augmenté par le ru des Prés-la-Ville et le ru du Pré-Tortu. Son débit, bien que modeste, permit d’installer un moulin au IXe siècle au lieu-dit le Château Vert. Les marais qu’il traverse avaient été drainés et aménagés en prairie. Ils sont redevenus des zones humides menacées aujourd’hui par l’urbanisation.

Son cours, long de 13 818 m, est entretenu par le Syndicat intercommunal pour l’entretien et l’aménagement des rus de Berne et des Planchettes créé en 2003. Il alimente les étangs de Saint-Pierre creusés par les moines célestins de Saint-Pierre-en-Chastres au XVIe siècle. Ils étaient au nombre de six, réduits à trois aujourd’hui : étangs de Saint-Pierre, de la Rouillie et de l'Etot. Ils servaient à fournir du poisson pour les moines et à rouir le chanvre. Le ru de Berne traverse ensuite les étangs du Vivier-Frère-Robert et de l'Ortille avant de rejoindre l'Aisne après le pont de Berne.

Les sols sablonneux et peu fertiles n'ont pas permis le développement de l'agriculture et les habitants s'employaient en forêt : ils étaient bûcherons ou brioleurs (transporteurs de bois).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vetus Molendinum (1144), Vetus Molinum, Vieil Moslin (1564), Vieil Moulin (1690), Vieux Moulin (1700).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Sur la pente du mont Saint-Mard face à Rethondes se trouve la Pierre Torniche ou Pierre tournante. Ce rocher, détaché du sommet du plateau calcaire a été utilisé comme sépulture collective à la fin du Néolithique. Des fouilles entreprises en 1865 ont révélé dix-huit squelettes et une trentaine d'objets en silex qui permettent une datation entre 2500 et 1700 av. J.-C. La légende rapporte que cette pierre tournerait sur elle-même à minuit le jour de Noël.

La Pierre Torniche

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Unique paroisse fondée dans la forêt de Compiègne, il y eut d'abord une chapelle dédiée à saint Mellon de Cardiff qui fut le premier évêque de Rouen.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1956 2001 Mme. Colette Pittard    
2001 2014 M. Patrick Lesne    
mars 2014 en cours Mme. Béatrice Martin[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 600 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300 322 355 333 386 387 417 436 390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
378 401 372 361 329 400 399 374 436
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
459 462 456 518 515 423 424 390 469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
505 426 409 418 495 579 619 628 598
2011 - - - - - - - -
600 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,7 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 21,5 %, 45 à 59 ans = 27,3 %, plus de 60 ans = 14,3 %) ;
  • 52,7 % de femmes (0 à 14 ans = 25,5 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 15,9 %).
Pyramide des âges à Vieux-Moulin en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,8 
75 à 89 ans
6,4 
9,2 
60 à 74 ans
8,6 
27,3 
45 à 59 ans
23,6 
21,5 
30 à 44 ans
23,6 
14,7 
15 à 29 ans
11,4 
22,2 
0 à 14 ans
25,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pavillon de l'impératrice Eugénie
    Oeuvre de l'architecte Victor Grisart, 1857
  • Prieuré des Célestins de Saint-Pierre-en-Chastres

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mesrine (1936-1979), criminel, a tenu l'auberge du Mont-Saint-Mard de 1967 à 1969.
  • Maurice Pillet-Will (1870-1952), comte et banquier habitant La Chaumine, il créa l'école des Samuels
  • Aimée-Marie Roger-Miclos (1860-1950), pianiste, a fait construire le Paradou en 1898.
  • Eugène Lefèvre-Pontalis, (1862-1923), professeur à l'École des Chartes et directeur de la Société française d'archéologie, il habitait le Paradou.
  • Bohuslav Martinů, (1890-1959), compositeur tchèque, il habitait la Brèche-au-Bois.
  • Charles Paul, (1879-1960), médecin légiste, il avait installé un élevage de cockers dans sa résidence secondaire "Les Terres Fraîches". Une place porte son nom.
  • Pierre Dreyfus, (1907-1994) ancien PDG des Automobiles Renault passa ses vacances au Manoir que son père, banquier qui fit fortune en Amérique centrale construisit à la fin du XIXe siècle.
  • Jacques Riboud, (1908-2001) ancien PDG d'Antar, urbaniste et économiste monétaire racheta le Manoir peu après la Seconde Guerre mondiale et il fut restauré dans les années 2000 par son petit-fils Gregory Lacombe d'Aroz
  • L'écrivain Gérard Nicaisse (1924-2007) y a possédé une maison, au n°1 de l'impasse Saint-Jean, de 1966 à sa mort en 2007.
  • Constance, (1985-), comédienne et humoriste, arrière-petite-fille du docteur Paul Charles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier de sinople à la roue de moulin d'or accompagnée, aux cantons, de deux fleurs de lys du même, au second d'argent aux trois fasces ondées d'azur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bonnet-Laborderie et François Callais, Entre rivière et forêts, la communauté compiégnoise : Vieux-Moulin, Beauvais, G.E.M.O.B., coll. « Villes d'art de l'Oise et de la Picardie »,‎ 2005, 192 p. (ISSN 1255-0078), p. 98-106
  • A. R. Verbrugge, Naissance & vie d'un petit village de l'Oise : Vieux-Moulin, Paris, AGEIP Éditeurs,‎ 1989, 169 p.
  • A. R. Verbrugge, Vieux-Moulin, Paris, Éditions de la RPP,‎ 1981, 67 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]