Mušhuššu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un mušhuššu, détail de la Porte d'Ishtar, Babylone, VIIe s. av. J.-C.

Le mušhuššu est un animal mythologique mésopotamien. Son nom vient du sumérien MUŠ.HUŠ, littéralement « serpent/dragon rouge », c'est-à-dire, le rouge représentant la grande colère, « dragon furieux », .

Cette créature était réputée posséder un corps de serpent surmonté d'une tête cornue, ses membres antérieurs étant ceux d'un lion et postérieurs ceux d'un rapace.

C'est l'animal-symbole personnifiant plusieurs divinités. Il semble qu'il soit à l'origine associé à Ninazu, dieu vénéré à Eshnunna, puis à Tishpak, qui devient le dieu principal de cette même ville au début du IIe millénaire av. J.‑C.. Après la prise de ce royaume par Babylone, le concept du dragon-serpent est réattribué à Marduk, alors dieu tutélaire de la cité, qui deviendra ensuite la principale divinité de la Mésopotamie.

Le mušhuššu est également un génie protecteur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J. Black & A. Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia, 1992 ;
  • (en) W. G. Lambert, « The history of the MUŠ.HUŠ in Ancient Mesopotamia », dans P. Borgeaud, Y. Christe, I. Urio, L’animal, l’homme et le dieu dans le Proche-Orient ancien, Louvain, 1984, p. 87-94.