Mušhuššu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un mušhuššu, détail de la Porte d'Ishtar, Babylone, VIIe s. av. J.-C.

Le mušhuššu est un animal mythologique mésopotamien. Son nom vient du sumérien MUŠ.HUŠ, littéralement « serpent/dragon rouge », c'est-à-dire, le rouge représentant la grande colère, « dragon furieux », .

Cet être était réputé posséder un corps de serpent surmonté d'une tête cornue était représenté avec les membres antérieurs d'un lion et postérieurs d'un rapace.

C'est l'animal-symbole personnifiant plusieurs divinités. Il semble qu'il soit à l'origine associé à Ninazu, dieu vénéré à Eshnunna, puis de Tishpak, qui devient le dieu principal de cette même ville au début du IIe millénaire av. J.‑C.. Après la prise de ce royaume par Babylone, le concept du dragon-serpent est réattribué à Marduk, alors dieu tutélaire de la cité, avant de devenir la principale divinité de la Mésopotamie.

Le mušhuššu est également un génie protecteur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J. Black & A. Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia, 1992 ;
  • (en) W. G. Lambert, « The history of the MUŠ.HUŠ in Ancient Mesopotamia », dans P. Borgeaud, Y. Christe, I. Urio, L’animal, l’homme et le dieu dans le Proche-Orient ancien, Louvain, 1984, p. 87-94.