Dumuzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dumuzi (« Fils légitime » en sumérien[1]), ou Tammuz en babylonien, est un dieu mésopotamien. Il est le dieu-pasteur et dieu de la Fertilité dans la religion babylonienne. C'est un berger-roi uni à Ishtar dans un très ancien rite de mariage sacré[2].

Un récit mythologique l'oppose d'ailleurs à Enkimdu, dieu des Agriculteurs, auquel il dispute les faveurs de la déesse Inanna, qui finit par le choisir. Cela reprend les conflits entre agriculteurs et pasteurs.

Dans une autre légende, la Descente d'Inanna aux Enfers, il est choisi par sa parèdre pour la remplacer aux Enfers. Il est donc mort, et est alors considéré comme une divinité infernale. Il se fait cependant remplacer une moitié de l'année par sa sœur Geshtinanna. Le thème de la mort de Dumuzi a donné naissance à des textes de lamentation.

Le retour de Dumuzi sur terre est vu comme le début du renouveau de la nature. Cela est notamment marqué dans les rituels mésopotamiens par le Mariage sacré (Hiérogamie), dans lequel les rois sumériens interprétant Dumuzi s'unissaient rituellement à la déesse Inanna, pour marquer le retour du printemps.

Sous un autre de ses aspects, que l'on retrouve notamment dans le Mythe d'Adapa, Dumuzi est l'un des deux gardiens du palais céleste d'Anu, avec Ningishzida.

Dumuzi est vénéré dans divers temples. On le retrouve à Bad-Tibira, dont il est considéré comme un ancien souverain (antédiluvien) par la Liste royale sumérienne. Il dispose de son sanctuaire dans celui de sa parèdre Inanna à Uruk.

Dumuzi avait donné son nom au sixième mois de l'année à Lagash sous les Dynasties archaïques. Le calendrier mésopotamien des époques postérieures comprend un mois nommé Dumuzi/Tammuz, le quatrième. Tammuz est encore aujourd'hui le nom du mois du calendrier chrétien correspondant à juillet en Irak et d'autres pays du Proche-Orient.

Dans le calendrier juif, Tammuz (habituellement transcrit Tammouz en français) est le mois lunaire qui correspond en général à la deuxième moitié du mois de juillet est la première moitié d'août.

Le nom de Tammuz apparaît dans la Bible, dans le Livre d'Ézéchiel (8:14), où le prophète proteste contre l'usage des femmes d'Israël, qui « pleurent pour Tammuz » selon le rituel païen.

Tammuz se retrouve dans la mythologie grecque sous la forme d'Adonis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bottéro, L'Epopée de Gilgameš : Le grand homme qui ne voulait pas mourir, Gallimard,‎ 1992, 295 p. (ISBN 2-07-072583-9), p. 23
  2. référence, Le Petit Robert des noms propres édition 2004