Siège de Sagonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Sagonte
Castillo02 Sagunto.JPG
Informations générales
Date 218 av. J.-C.
Lieu Sagonte (Saguntum), Hispanie
Issue Victoire carthaginoise
Belligérants
Carthage Habitants de Sagonte
Commandants
Hannibal Barca
Forces en présence
Nettement supérieures à celles de Sagonte Nettement inférieures à celles de Carthage
Pertes
Assez faibles Population dispersée et pour une grande partie tuée ou réduite en esclavage
Deuxième guerre punique
Batailles
219 av. J.-C.: Sagonte,
218 av. J.-C.: Cissa, Tessin, La Trébie,
217 av. J.-C.: Ebre, Lac Trasimène,
216 av. J.-C.: Cannes, Selva Litana, Nola (1re),
215 av. J.-C.: Cornus, Dertosa, Nola (2e),
214 av. J.-C.: Nola (3e),
212 av. J.-C.: Capoue (1re), Silarus, Herdonia(1re), Syracuse,
211 av. J.-C.: Bétis, Capoue (2e),
210 av. J.-C.: Herdonia (2e), Numistro,
209 av. J.-C.: Asculum, Carthagène,
208 av. J.-C.: Baecula,
207 av. J.-C.: Grumentum, Métaure,
206 av. J.-C.: Ilipa,
204 av. J.-C.: Crotone,
203 av. J.-C.: Utique, Grandes Plaines,
202 av. J.-C.: Zama
Coordonnées 39° 40′ 37″ N 0° 16′ 48″ O / 39.677, -0.2839° 40′ 37″ Nord 0° 16′ 48″ Ouest / 39.677, -0.28  

Géolocalisation sur la carte : Communauté valencienne

(Voir situation sur carte : Communauté valencienne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Sagonte.

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Sagonte.

Le siège de Sagonte est un long siège mené par les forces d'Hannibal, qui a déclenché la deuxième guerre punique. Le siège dure huit mois, jusqu'en 218 av. J.-C., date à laquelle les troupes d'Hannibal s'emparent de Sagonte.

Plan d'Hannibal[modifier | modifier le code]

Après qu'Hannibal Barca a été fait gouverneur de l'Hispanie carthaginoise en 221 av. J.-C., à l'âge de seulement 26 ans, il prépare pendant deux ans des plans d'invasion contre l'autre grande puissance méditerranéenne, la République romaine. Les Romains, bien qu'informés des mouvements du chef carthaginois, n'ont aucunement réagi. À cette époque, ils ne connaissent pas le caractère d'Hannibal et portent leur attention sur les Illyriens qui ont commencé à se révolter. Ils ne réagissent guère plus à l'annonce du siège de Sagonte et se contentent de critiquer Hannibal pour avoir rompu le traité de paix faisant suite à la Première guerre punique. Rome avait cependant annexé la Sardaigne et la Corse alors que le même traité l'interdisait. La ville de Sagonte (Saguntum) est essentielle pour Hannibal en tant que l'une des plus puissantes forteresses de la région. Il cherche aussi à faire bénéficier ses soldats d’un pillage fructueux qui permettrait d’emporter leur adhésion, en particulier chez les mercenaires originaires de Gaule, d'Afrique du Nord et d’Hispanie. L'argent de la cité peut d'ailleurs améliorer les finances de Carthage.

Le siège[modifier | modifier le code]

Durant le siège de la cité, Hannibal subit des difficultés face aux fortifications et à la ténacité de la défense des habitants de Sagonte. Ses troupes réduisent néanmoins une à une les défenses de la ville. Les habitants de Sagonte se tournent alors vers Rome, espérant en vain une aide qui n'arrive pas. En 218, après 8 mois de siège, les dernières défenses de la ville sont submergées. La Deuxième Guerre Punique a débuté. La prise de la ville permet à Hannibal de disposer d'une base arrière lui permettant d'y apporter le ravitaillement nécessaire à sa future campagne. Cette bataille est la première erreur commise par les Romains au cours de cette guerre.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après le siège, Hannibal tente d'obtenir le soutien du Sénat carthaginois (alors dirigé par un homme aux tendances pro-romaines, Hannon le Grand). Ce dernier s'oppose d'ailleurs, dans un premier temps, aux projets belliqueux de Hannibal. Hannibal réunit sa troupe à Carthagène et l'informe de ses projets. Après un court pèlerinage religieux, il entreprend la traversée des Pyrénées puis des Alpes et enfin affronte les Romains qui ne cèderont jamais malgré de multiples défaites (notamment la bataille de Cannes).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Polybe, Histoire: livre III
  • Tite-Live, Histoire romaine: livre XXI

Articles connexes[modifier | modifier le code]