Les Contamines-Montjoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Contamine et Montjoi.
Les Contamines-Montjoie
Le village des Contamines-Montjoie depuis les pistes.
Le village des Contamines-Montjoie depuis les pistes.
Blason de Les Contamines-Montjoie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Saint-Gervais-les-Bains
Intercommunalité SIVOM Pays du Mont-Blanc
Maire
Mandat
Étienne Jacquet
2014-2020
Code postal 74170
Code commune 74085
Démographie
Gentilé Contaminards
Population
municipale
1 192 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 21″ N 6° 43′ 48″ E / 45.8225, 6.73 ()45° 49′ 21″ Nord 6° 43′ 48″ Est / 45.8225, 6.73 ()  
Altitude Min. 990 m – Max. 3 880 m
Superficie 43,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie
Liens
Site web mairie-lescontamines.com
Le village des Contamines-Montjoie.

Les Contamines-Montjoie (prononcé [lɛ kɔ̃.ta.min mɔ̃.ʒwa ]) est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Contaminards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Val Montjoie constitue la bordure sud-ouest du massif du Mont-Blanc. On accède par Saint-Gervais-les-Bains à cette petite vallée orientée nord-sud qui abrite le village des Contamines-Montjoie, au pied du Col du Joly. Les communes limitrophes des Contamines-Montjoie sont Saint-Gervais-les-Bains et Megève en Haute-Savoie, Hauteluce, Beaufort et Bourg-Saint-Maurice en Savoie, puis Courmayeur dans la Vallée d'Aoste en Italie.

Panorama de la vallée des Contamines-Montjoie
La vallée des Contamines-Montjoie vue depuis le Cey

Le village des Contamines-Montjoie est à une altitude de 1 164 mètres. Le territoire de la commune est dominé par de nombreux sommets :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Contamine » vient du nom latin condominium signifiant « domaine commun »[1], ou « terre faisant partie du domaine seigneurial et exempte de charges », ou « terre indivise entre deux propriétés nobles »[2]. Les anciens prononçaient « Contam'na »[3]. Un « montjoie »[4] désigne un pilier en pierre érigé pour baliser un chemin. Le nom pourrait aurait provenir du nom Latin Valmonsjovis (Valmonjoie)[5].

La commune se nommait jusqu'au décret du 26 septembre 1949 « Les Contamines », puis elle prit le nom de « Les Contamines-Montjoie »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Antiquité[modifier | modifier le code]

Le Val Montjoie a probablement été habité depuis 3000 av. J.-C. On a en effet trouvé des outils de silex au-dessus du Truc[réf. nécessaire], qui doivent dater du Néolithique récent (2000 à 3000 ans av. J.-C.). L'analyse des pollens atteste la présence d'une agriculture céréalière entre 2700 et 2300 ans av. J.-C.[réf. nécessaire]. Les premières traces du village des Contamines pourraient remonter au VIIIe siècle av. J.-C./VIIe siècle av. J.-C., à l'époque des Ceutrons[7].

La voie romaine[modifier | modifier le code]

À l'époque antique, une voie romaine reliait Genava à Augusta Pretoria en remontant la vallée de l'Arve. L'Arve était naviguée par des bateaux à faible tirants d'eau jusqu'à hauteur de Thyez. Là se trouvait un vicus pourvu d'un embarcadère sur l'Arve[8]. Une voie de passage (ancien chemin romain de Notre-Dame-de-la-Gorge[9]) entre Aime et Martigny (Octodurus)[10], aurait pu être aménagée au Ier siècle[11]. À partir du IIIe siècle les deux provinces romaines des Alpes grées (la Tarentaise), de capitale Aime, et des Alpes pennines (de capitale Martigny) sont fusionnées[12]. La voie[13],[14] aurait traversé Passy, Servoz et le col de la Forclaz du Prarion (Borne romaine). Elle franchissait ensuite le chemin romain de Notre-Dame-de-la-Gorge, le col du Bonhomme, atteignait le refuge du col de la Croix du Bonhomme[15] puis rejoignait via Bourg-Saint-Maurice, l'Alpis Graia (col du petit Saint Bernard ou Aime)[16],[17].

L'époque médiévale[modifier | modifier le code]

Édifié au XIIe siècle, le château des Contamines (Château de Montjoie) est mentionné en 1277 en tant que castrum[18]. Il appartenait à la Maison de Faucigny et constituait l'une des neuf châtellenies du Faucigny. La princesse Béatrice de Faucigny y demeura. Ses albergements (de 1287 à 1307) permettront aux paysans des Contamines d’acquérir certaines montagnes. On lui doit cette devise : « Montjoie est ma joie »[19]. Le châtelain résidait aux Contamines. Les armes de « Montjoie » portent le lion d’or en champ d’azur[20]. En 1355 le Val Montjoie cesse d'être le bastion avancé du Faucigny et rejoint le comté de Savoie. La disparition de la frontière laisse à l'abandon le château des Contamines. Le pouvoir, qui devient essentiellement économique, se déplace vers Saint-Gervais (château de la Comtesse). À cette date le Faucigny, par le Traité de Paris (1355) est rattaché, à la principauté savoyarde.

L'époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1758 sur les ruines du château une nouvelle église est construite. L'une des tours du château a été utilisée pour la construction du clocher.

Le Traité de Turin officialise en 1860 l'annexion de la Savoie à la France. Cependant la commune des Contamines fera partie d'une zone franche[21] jusqu'au traité de Versailles de 1919.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1760 : naissance d'une paroisse indépendante de Saint-Nicolas de Véroce.
  • 1850 : création de la compagnie des guides.
  • 1900 : création des premiers hôtels.
  • 1911 : création du ski club.
  • 1937 : création du premier remonte-pente.
  • 1952 : création du site récréatif de « L'Étape », au lieu-dit « Les Tappes ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes de montagne, le village des Contamines-Montjoie regroupe de nombreux hameaux et notamment :

  • Le Chef-Lieu
  • Le Baptieu
  • La Berfière
  • La Chovettaz
  • Le Cugnon
  • Le Champelet
  • La Favière
  • La Frasse
  • Les Hoches
  • Les Loyers
  • Le Nivorin
  • Le Molliex
  • La Revenaz
  • La Vy
  • Le Lay
  • Les Échenaz
  • Le Quy
  • La Chapelle
  • Tresse
  • La Favière

Du fait du mitage, il devient difficile de discerner les limites de certains hameaux, notamment Les Loyers, La Frasse, le Chef-Lieu…

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1983 Serge Sautelli    
1983 2001 Bernard Chevallier   ancien président de la FFS, ancien directeur du Syndicat national des moniteurs du ski français
2001 2008 Valérie Horellou ... ...
2008 2014 Jean-Louis Mollard   Agriculteur
2014 en cours Étienne Jacquet    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 192 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
879 879 892 865 856 840 716 684 670
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
672 670 700 651 630 641 651 635 605
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
572 569 574 570 615 726 753 909 853
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
1 027 994 1 129 1 125 1 182 1 189 1 192 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2004[23].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Évasion Mont-Blanc.
Le télésiège des Tierces, et le massif du Mont Blanc.
Les tremplins d'été.

Le domaine skiable comporte 48 pistes entre 1 200 mètres proche du village et 2 500 mètres d'altitude à l'Aiguille Croche.

Ce domaine est partagé en cinq secteurs : Village, Montjoie, Roselette, Tierces et Hauteluce, ce dernier étant situé sur la commune de Hauteluce[24]. Plusieurs lieux sont des passages principaux qui permettent de desservir tous les secteurs : L'Étape, Le Signal, Jonction, et La Ruelle.

L'accès se fait par quatre télécabines :

  • les télécabines du Lay et du Pontet pour rejoindre L'Étape depuis le Val-Montjoie ;
  • puis le télécabine du Signal ;
  • le télécabine de Belleville pour monter du hameau de Belleville, commune d'Hauteluce.

Le domaine skiable est également desservi par huit télésièges et douze téléskis.

Des épreuves de skicross de la Coupe du monde de ski acrobatique ont régulièrement lieu aux Contamines depuis 2002, ainsi que des épreuves de Coupe du monde de télémark en mars 2012 et décembre 2013.

Pour ce qui est du domaine nordique, les pistes de ski de fond représentent jusqu'à trente six kilomètres en fonction de l'enneigement, à une altitude d'environ 1 200 mètres.

Il y a aux Contamines deux tremplins de saut à ski, l'un équipé pour la pratique estivale à la base de loisir du Pontet, l'autre pour la pratique sur neige au Nivorin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Maison de la Réserve naturelle.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Les Contamines-Montjoie bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[26].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le plat traditionnel des Contaminards est le farcement, servi exclusivement le dimanche, composé de pomme de terre et de lard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason des Contamines-Montjoie

Les armes des Contamines-Montjoie se blasonnent ainsi :
D'azur au lion d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire des ballades tire d'ailes
  2. TOPONYMIE PERS-JUSSIENNE
  3. Histoire des Contamines-sur-Arve
  4. Comment construire un Montjoie
  5. Société Savoisienne d'Histoire et d'Archeologie, volume2, page 20.
  6. Fiche « Les Contamines » sur www.sabaudia.org
  7. Figure 33, p. 198
  8. La Savoie à l'époque romaine.2.3 : les voies secondaires, la voie de l'Arve
  9. Histoire des ballades à tire d'ailes : la voie Romaine
  10. Video, visite guidée de Notre Dame de la Gorge
  11. LES STATIONS DU QUARANTIEME DES GAULES ET L'INFRASTRUCTURE ROUTIERE, p. 220.
  12. Un nouveau procurateur à Aime en Tarentaise, p. 358.
  13. L'EXPLOITATION ROMAINE DE LA MONTAGNE : Figure 32, p. 196.
  14. Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, volume2, page 21.
  15. Quelques randonnées en Savoie, site internet
  16. Les routes dans la vallée de l'Isère à l'époque romaine,fig 26, page 137
  17. LES STATIONS DU QUARANTIEME DES GAULES ET L'INFRASTRUCTURE ROUTIERE, fig 34, p. 209.
  18. Hubert Bessat et Claudette Germi, Les noms du patrimoine alpin : Atlas toponymique II, Savoie, Vallée d'Aoste, Dauphiné, Provence, vol. 2, Ellug,‎ 2004, 464 p. (ISBN 978-2-8431-0052-9), p. 122.
  19. Maurice besson, la vallée du Val Montjoie, p. 20
  20. Histoire de balades à tire d'ailes : le chef-lieu des Contamines-Montjoie
  21. Ville de Genève : zones franches établies par le traité de Turin
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  24. Les secteurs, pistes et remontées, sur le site de la SECMH.
  25. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2008, 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4), p. 188.
  26. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  27. Site de la Mairie : Association Mémoire et Patrimoine
  28. Samivel, par Pierre Cousnon, Historien des TAAF.
  29. Allusion à François Bonlieu aux Contamines sur un site personnel
  30. Inauguration du Stade de slalom François Bonlieu
  31. Présentation du club sur le site touristique des Contamines
  32. Le livre d'or du patinage d'Alain Billouin, édition Solar, 1999
  33. Résultat de l'élection municipale, 2e tour
  34. a et b CR conseil municipal 01/04/08
  35. Christinne Barbier, « Christophe Barbier sur scène avec l’Archicube », Le Dauphiné libéré,‎ 21 mars 2013 (lire en ligne), ainsi que « Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L'Express, Contaminard de cœur et d’esprit », Le Journal des Propriétaires du Pays du mont Blanc,‎ Octobre/Novembre 2007 (lire en ligne).
  36. Résultat de l'élection municipale, 1er tour
  37. a, b et c CR conseil municipal 19/09/05 : 1.3 - Contrat Sportifs de Haut Niveau
  38. Ludovic Roux sur le site de la FIS
  39. Magda Mattel sur le site de la FIS
  40. Marie Marchand-Arvier sur le site de la FIS
  41. Compte rendu de conseil municipal, 12 février 2008
  42. Antoine Bouvier sur le site de la FIS
  43. Nicolas Martin sur le site de la FIS
  44. Coline Mattel, blog de son sponsor « Les Contamines-Montjoie »