Saint-Antoine-du-Rocher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Antoine.
Saint-Antoine du-Rocher
Saint-Antoine-du-Rocher, Dolmen de la Grotte aux Fées
Saint-Antoine-du-Rocher, Dolmen de la Grotte aux Fées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Neuillé-Pont-Pierre
Intercommunalité C.C. de Gâtine et Choisilles
Maire
Mandat
André Meulot
2014-2020
Code postal 37360
Code commune 37206
Démographie
Gentilé Rocantoniens
Population
municipale
1 481 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 49″ N 0° 37′ 52″ E / 47.4969444444, 0.63111111111147° 29′ 49″ Nord 0° 37′ 52″ Est / 47.4969444444, 0.631111111111  
Altitude Min. 60 m – Max. 127 m
Superficie 24,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Antoine du-Rocher

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Antoine du-Rocher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Antoine du-Rocher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Antoine du-Rocher

Saint-Antoine-du-Rocher est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre.

Ses habitants sont appelés les Rocantoniens, Rocantoniennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Saint-Antoine-du-Rocher : Pierre des Croix, mort après 1535 marié avec N... N... Leur fils : Jean des Croix, marié avec Anne de La Trémoïlle Leur fille : Bénigne des Croix, mariée avec René de Coutances, mort en 1602 seigneur de Baillou.

Une autre branche non rattachée à la première. Nicolas des Croix, fils d'Antoine des Croix et de N... N... marié avec Antoinette Bouju, fille d'Antoine Bouju, seigneur des Pastis et Guyonne Goyet, dame de La Brèche.

La paroisse très tôt attestée, se nommait Saint Pierre de Belle-Vallée. C'est la présence d'un ermite, Antoine, retiré dans une grotte située au milieu des bois, qui a fait préférer le nom du saint. Selon la légende, le saint Antoine de Touraine serait venu en Gaule vers 543.

Une source, se trouve à proximité de la grotte dédiée à saint Antoine de Touraine ; elle a la réputation de guérir les problèmes de peau. Selon la légende, cette fontaine serait interdite aux femmes car saint Antoine de Touraine n'ayant jamais connu les désirs de la chair, avait interdit l'accès de la fontaine aux femmes sous prétexte d'en troubler la pureté.

Les mégalithes de l'extrême sud de la commune, représentent les vestiges les plus anciens de Saint-Antoine. Le plus important, dit "la grotte aux Fées", est composé de trois tables d'environ 6 m sur 5 m. Le nom de ce dolmen indique qu'une légende s'attache à son origine. Trois créatures féminines auraient bâti l'édifice en une nuit ; si l'on s'avisait de déplacer les pierres, celles-ci reprendraient leur place en une nuit. Une autre tradition veut que les fées aient élu domicile à l'intérieur du dolmen.

Au chevet de l'église paroissiale est une grande verrerie du XVIe siècle représentant la fontaine de vie. La croix est dressée au milieu d'un pressoir où tombe en jets le sang du Christ. Ce sang vermeil s'échappe de la cuve par quatre mascarons qui figurent les attributs des quatre évangélistes. Les apôtres, la Vierge et sainte Madeleine contemplent une scène qui trouve toute sa résonance dans un pays de vignoble.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Le Rocher[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Saint-Antoine-du-Rocher
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1884 1893 Orsel Léon    
1893 1904 Berruer François    
1904 1906 Sevault Louis    
1906 1919 Dufresne Louis    
1919 1921 Lesourd Louis    
1921 1925 Coutard Louis    
1925 1935 Niepceron Armand    
1935 1943 Huvet Julien    
1943 1944 Holstein Gaston    
1944 1948 Vassor Jacques    
1948 mai 1953 Constantin Georges    
mai 1953 1978 Vassor Jacques    
1978 1980 Picard Gabriel    
1980 1981 Muller Gérard    
1981 mars 1989 Blanot Raymond    
mars 1989 juin 1995 Marseau André    
juin 1995 mars 2001 Dhénin Daniel    
mars 2001 mars 2008 Jack Lissandre PCF  
mars 2008 mars 2014 Suzel Rouméas PCF  
mars 2014 en cours André Meulot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 481 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 610 598 539 676 670 671 691 770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
719 715 666 693 691 728 778 794 762
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
751 720 651 669 671 631 609 620 671
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
719 660 679 818 924 1 096 1 246 1 252 1 485
2011 - - - - - - - -
1 481 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1929 O'Neill déménage en vallée de la Loire, où il vit dans le Château du Plessis à Saint-Antoine-du-Rocher, Indre-et-Loire. Il a été prix Nobel de Littérature en 1936.

Jean-Pierre Barillet-Deschamps, né en 1824 à Saint-Antoine du-Rocher, a fait en partie les plans du Jardin du Luxembourg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Cass.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]