Richard Casey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard Casey
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casey.

Richard Gardiner Casey (29 août 189017 juin 1976, KG, PC, GCMG, CH, DSO, MC, KStJ), baron Casey, est un homme politique et diplomate australien. il fut le seizième gouverneur général d'Australie

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Casey est né à Brisbane, au Queensland. Son père, appelé aussi Richard Gardiner Casey, était un riche éleveur et homme politique du Queensland d'origine irlandaise. Sa mère, Evelyn, était la fille de George Harris, un autre riche éleveur et homme politique du Queensland. Sa famille alla s'installer à Melbourne en 1893 où son père devint un riche directeur de société.

Il obtint son diplôme de lettres au Trinity College à Cambridge en 1913 puis sa maitrise en 1918[1].

Diplômé en géologie des universités de Melbourne et de Cambridge, il travailla comme géologue et ingénieur des mines jusqu'à son engagement volontaire dans les forces armées australiennes le 14 septembre 1914, au tout début de la Première Guerre mondiale.

Casey participa à la bataille des Dardanelles comme aide de camp du général William Throsby Bridges. Casey se tenait à côté de lui quand Bridges fut tué par un tireur isolé. Plus tard il fut affecté au front Ouest, en France où, au sein de la 1re Division australienne, il gagna la Military Cross le 1er janvier 1917. Promu commandant, il reçut l'Ordre du Service distingué (ou Distinguished Service Order) le 1er janvier 1918. Il démissionna de l'armée en juin 1919 et fut affecté au corps de réserve et il travailla à temps partiel au service du renseignement à Melbourne[1].

Son père mourut en 1919 et il s'installa à Melbourne où il prit sa succession dans des sociétés de construction et minières jusqu'en 1924 où le Premier Ministre Stanley Bruce le nomma officier de liaison à Londres, un poste qu'il occupa jusqu'en 1931, envoyant en Australie des rapports secrets aussi bien économiques que politiques destinés d'abord à Bruce puis à son successeur travailliste James Scullin. En 1926, il épousa Ethel Marian Sumner (Maie) Ryan, avec qui il eut deux enfants[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1931 Casey retourna en Australie et fut élu député de Geelong pour le parti de l'Australie Unie. Le Premier Ministre Joseph Lyons le nomma secrétaire d'État en 1933 avant de le nommer Ministre des Finances en 1935[1].

En 1939 Robert Menzies devint Premier Ministre pour la première fois et voyant en Casey un rival potentiel, il le rétrograda au poste de Ministre du Crédit et du Développement. En 1940 Menzies le nomma ambassadeur aux États-Unis. C'était un poste capital en temps de guerre mais cela permettait aussi d'éloigner Casey du gouvernement. Casey était à Washington quand les États-Unis entrèrent en guerre et il joua un rôle important dans les accords d'alliance entre l'Australie et les États-Unis.

Quand John Curtin devint Premier Ministre, il quitta ses fonctions et alla s'installer en Grande-Bretagne. En mars 1942, il entra au cabinet de guerre de Winston Churchill comme ministre-résident au Caire, pour les questions touchant au Moyen-Orient. À ce titre il intervient dans la grave querelle franco-britannique sur la Syrie et le Liban, tentant de calmer le trop bouillant général Edward Spears ; il fut nommé Compagnon d’Honneur (CH) le 1er janvier 1944. En 1944, quand le Moyen-Orient cessa d'être une zone d'affrontements, le gouvernement britannique le nomma gouverneur du Bengale en Inde. Casey occupa ce poste jusqu'en 1946[1].

Casey rentra alors en Australie avec l'espoir d'être élu député aux élections fédérales de cette année-là et de devenir le leader du nouveau parti libéral créé par Menzies en 1944. Casey avait refusé l'offre d'être nommé pair du royaume britannique pour préserver ses chances politiques. Cependant, il arriva trop tard pour pouvoir être présélectionné sur un siège.

Les libéraux remportèrent les élections de 1949 et Casey retrouva son siège de député pour la circonscription de La Trobe. Menzies le nomma à nouveau Ministre du Crédit et du Développement. En 1951, quand le ministre des Affaires Étrangères, Percy Spender (un autre rival pour Menzies), fut nommé ambassadeur à Washington, Casey le remplaça. Casey occupa le poste pendant huit ans, à la période de la guerre froide, de la crise du canal de Suez, de la guerre d'Indochine et de nombreux autres événements majeurs. Il sut établir de bonnes relations avec Anthony Eden, John Foster Dulles et d'autres chefs politiques. Casey fut aussi le ministre chargé du Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) de mars 1950 jusqu'à sa retraite.

Casey démissionna en 1960 et alla occuper son poste à la chambre des Lords britannique. Il fut nommé à la direction du CSIRO en 1960.

Il fut anobli Baron de Berwick, Victoria (Australie), le 17 mai 1960.

Gouverneur général[modifier | modifier le code]

En 1965 Menzies nomma Casey gouverneur général de l'Australie. C'était la première qu'un Premier Ministre Conservateur nommait un australien à ce poste. Un des arguments qui jouaient dans ce genre de choix était qu'un gouverneur général australien était considéré comme trop intriqué dans la vie politique australienne pour pouvoir jouer son rôle avec impartialité. Ce fut particulièrement vrai pour Casey en décembre 1967, quand le Premier Ministre Harold Holt mourut[2],[3].

Casey aurait dû nommer le leader en second du parti libéral, William McMahon, Premier Ministre mais en fait il nomma le leader de l'autre parti de la majorité John McEwen, leader du Country Party. Il suivit en cela le précédent de 1939, quand Earle Page fut nommé Premier Ministre après la mort de Joseph Lyons. Mais on prétendit plus tard que Casey avait choisi McEwen pour empêcher McMahon de tirer avantage de sa position dans le choix du nouveau leader du parti libéral car il partageait le point de vue d'un certain nombre de membres du parti qui considéraient que McMahon n'était pas un Premier Ministre convenable. Ce point de vue a été défendu dans un livre du journaliste politique Alan Reid paru en 1969, The Power Struggle. Le biographe de Casey, W.J. Hudson explique pour sa part qu'il avait voulu préserver la coalition Parti libéral-Country Party et qu'il savait que le country Party n'accepterait jamais McMahon comme Premier Ministre[2],[3].

Il fut promu Chevalier Grand’Croix de l’Ordre de Saint-Michel et Saint-George (GCMG) le 1/09/1965. Le 10 février 1969, il fut le premier Australien décoré de l’Ordre de la Jarretière (KG).

Casey quitta ses fonctions en 1969 et se retira avec son épouse dans sa ferme de Berwick au Victoria. Casey fut victime d'un accident de voiture en 1974 dont il ne se remit jamais complètement et il mourut en juin 1976[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f W. J. Hudson: Richard Gavin Gardiner, Baron Casey (1890 - 1976); date de parution: 1993
  2. a et b (en) Alan Reid, The Power Struggle, Sydney, Tartan Press,‎ 1972 (ISBN 978-0-7264-0005-6, OCLC 27554847), p. 195
  3. a et b (en) W J Hudson, Casey, Melbourne, Oxford University Press,‎ 1986, 1e éd. (ISBN 978-0-19-554730-6, LCCN 87100710), p. 361