Renée Falconetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombe de Renée Falconetti au cimetière du Montmartre.

Renée Jeanne Falconetti[1], née à Pantin[2]le et morte à Buenos Aires le , est une actrice française de théâtre et de cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Renée Falconetti est la fille de Paul Pierre Falconetti (né à Sermano, en Corse) et d'Emilie Lucie Rose Antoinette Lacoste (née à Cahors dans le Lot).

Entrée à l'Odéon en 1916, elle fait ses débuts dans L'Arlésienne (1916), et incarne les héroïnes de Saint-Georges de Bouhélier (La Vie d'une femme, 1919). Elle fait un court passage à la Comédie-Française (1924-1925) où elle joue entre autres Rosine dans Le Barbier de Séville et Bettine de Musset. Durant sa carrière, elle incarna notamment Monique Lerbier dans La Garçonne habillée par Martial et Armand[3], Lorenzo dans Lorenzaccio, Nina dans La Rouille[4], Juliette dans Juliette ou la clé des songes, Phèdre de Racine, Marguerite dans La Dame aux camélias. Son dernier rôle avant un long séjour en Italie, en Suisse et en Amérique du Sud sera celui d'Andromaque dans La guerre de Troie n'aura pas lieu, de Jean Giraudoux.

Pensionnaire de la Comédie-Française en 1924-1925, elle dirige sa propre compagnie théâtrale (installée au Théâtre de l'Avenue, 1929-1930).

Elle reste dans les mémoires cinéphiliques pour avoir été la bouleversante interprète de Jeanne dans le film La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer (1927).

Au début de la Seconde Guerre mondiale, elle s'installe définitivement en Argentine (1943) où elle meurt en 1946 à Buenos Aires.

Elle repose au cimetière Montmartre à Paris.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Connue sous le nom de Mlle Falconetti, elle est appelée aussi Maria Falconetti, Marie Falconetti ou encore Renée Maria Falconetti.
  2. Selon son acte de décès, et l'ouvrage que sa fille Hélène a consacré à sa mère (Falconetti, par Hélène Falconetti, Les éditions du Cerf, 1987, page 15).
  3. «Les Robes de la Garçonne», numéro hors série du « Très Parisien », 1926; Mlle falconetti obtient actuellement un succès retentissant dans 'la garçonne', au Théâtre de Paris, où elle porte ce ravissant déshabillé brodé, créé pour elle par Martial et Armand // L'Officiel de la couture et de la mode de Paris. 1926. №61. Р.1.
  4. La Rouille, pièce inédite en 11 tableaux, de A. <V.> Kirchow <Kirchon> et V. <A.> Ouspensky. Version française de F. Nozière et J.W. Bienstock. [Paris, théâtre de l'Avenue, 22 novembre 1929.].

Sources partielles[modifier | modifier le code]

  • Grand Larousse Universel, Larousse Editions 14 volumes 1989.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531-1390-7)
  • Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France, éd. de Fallois, 2011, 909 p. (ISBN 978-2-87706-747-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]