Château de Rivoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Rivoli
Image illustrative de l'article Château de Rivoli
La façade de Filippo Juvarra
Nom local Castello di Rivoli
Début construction IXe siècle
Destination actuelle Musée d'art contemporain
Site web www.comune.torino.it/torinoplus/francais/artetmusee/musee-d-art-contemporain-du-chateau-de-rivoli.html
Coordonnées 45° 04′ 12″ N 7° 30′ 37″ E / 45.070028, 7.5102545° 04′ 12″ Nord 7° 30′ 37″ Est / 45.070028, 7.51025  
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Piémont Piémont
Ville Rivoli

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Château de Rivoli

Le château de Rivoli, en italien Castello di Rivoli, le plus important de la ville de Rivoli en Piémont, se trouve place Mafalda de Savoie et abrite, depuis 1984, un des plus importants musées italiens d'art contemporain.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction initiale remonte aux IXe et Xe siècles, et elle est attestée en 1159, par un document de l'empereur Barberousse qui reçoit le territoire avec l'archidiocèse de Turin. Déjà en possession de l'évêché turinois, le château de Rivoli devint, en 1280, propriété de la famille de Savoie qui l'utilisa en fonction de son importance stratégique.

Utilisé au XVe siècle et durant la première moitié du XVIe siècle comme avant-poste militaire, après une période de déclin, avec le traité de Cateau-Cambrésis de 1559, le duc Emmanuel-Philibert ne pouvant s'établir dans la ville de Turin, car il n'avait pu avoir d'héritier mâle, il doit fixer sa résidence au Château de Rivoli, lequel est restauré et modifié par son architecte Ascanio Vittozzi. Le 12 janvier 1562 naît enfin Charles-Emmanuel et le duc Emmanuel-Philibert peut s'installer à Turin.

Le projet vittozziano, cependant, est repris par les architectes Carlo et Amedeo di Castellamonte et les travaux sont terminés en 1644. C'est dans cette période que fut réalisée la dite « Manica Lunga », destinée à être la pinacothèque des Savoie et quil est, à aujourd'hui, l'unique édifice seicentesco visible.

Le château est détruit et pillé en partie par les troupes françaises à la fin du XVIIe siècle. Le château est de nouveau modifié après 1706, par les travaux confiés à l'architecte Michelangelo Garove.

À son retour de son séjour en Sicile Victor-Amédée II de Savoie commande à l'architecte Filippo Juvarra un projet grandiose qui reprend les lignes architecturales de Garove tout en agrandissant les espaces et les ouvertures, reste cependant incomplet, même si l'idée centrale de Victor-Emmanuel II de Savoie, qui consistait à créer un symbole de la grandeur de la Maison de Savoie et à contrôler les vues et les liens symboliques, semble partiellement réalisé grâce à l'axe Rivoli-Superga et à la nouvelle construction de Corso Francia qui reliait la ville de Turin au palais. À la mort du souverain, le château est abandonné par les Savoie.

En 1863 il est loué à l'administration communale rivolese, qui en fit une caserne. En 1883 il est vendu à la commune de Rivoli, pour 100 000 lires ; la bibliothèque civique y est transférée et quelques meubles ayant appartenu à la famille de Savoie y sont conservés ; le reste de l'édifice conserve sa fonction de caserne.

La Seconde Guerre mondiale détruit une bonne partie des édifices et les premières interventions architecturales suivantes servent à consolider la structure. Laissé à l'abandon, le chantier est rouvert en 1979, confié à l'architecte Andrea Bruno, avec le but de donner une nouvelle vie au château et à la ville.

Le musée d'art contemporain[modifier | modifier le code]

En 1984 le musée d'art contemporain est inauguré avec la première exposition Ouverture. La collection s'enrichit au cours des ans, en le faisant devenir un des musées les plus connus en Italie, avec la continuation des travaux de réhabilitation de la structure et des intérieurs du château.

En 1998 est inauguré Manica Lungara (l'Aile longue), la partie la plus ancienne du palais, autrefois utilisée comme pinacothèque ; elle a une longueur de 140 mètres et elle abrite :

Les œuvres sont exposées dans les salles du château qui conservent leur décoration initiale, restaurées (ou en cours de restauration), créant un contraste fort entre modernité et les traces de l'ancien faste royal.


Sur les autres projets Wikimedia :

Quelques œuvres exposées dans les collections permanentes[modifier | modifier le code]

  • Rebecca Horn :
    • Cutting Through the Past, 1992-1993
    • Warlock's Memorial, 1995
    • Miroir du Lac, 2004
  • Maurizio Cattelan :
    • Novecento (Twentieth Century) , 1997
    • Charlie don't surf, 1997
    • Il Bel Paese (The Beautiful Country), 1994
    • A Perfect Day, 1999

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste exhaustive des artistes et monographies

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]