Élections générales sud-africaines de 1938

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1933 Drapeau de l'Afrique du Sud 1943 Suivant
Élections générales sud-africaines de 1938
18 mai 1938
Postes à élire  150 sièges de la chambre de l'assemblée
Électorat et résultats
Inscrits  1 052 652
Votants 835 378
Votes valables 828 897
Votes nuls 6 481
Gen--J-B-M--Hertzog.jpg
Parti uni – J.B.M. Hertzog
Voix 446 032
  
53,81 %
Sièges obtenus 111 Red Arrow Down.svg 25
DFMalanPortret.jpg
Parti national purifié – Daniel François Malan
Voix 259 543
  
31,31 %
Sièges obtenus 27
Charles Stallard.jpg
Parti du Dominion (en) – Charles Stallard
Voix 52 356
  
6,32 %
Sièges obtenus 8
Walter Madeley.jpg
Parti travailliste – W.B. Madeley
Voix 48 641
  
5,87 %
Sièges obtenus 3 Green Arrow Up.svg 1
No flag.svg
Parti socialiste
Voix 4 963
  
0,60 %
Sièges obtenus 1
No flag.svg
Indépendants
Voix 17 362
  
2,09 %
Sièges obtenus 0 Red Arrow Down.svg 10
Premier ministre
Sortant
Élu
J.B.M. Hertzog
Parti uni
J.B.M. Hertzog
Parti uni

Les élections générales sud-africaines du 18 mai 1938 sont les premières élections législatives remportées par le parti uni du premier ministre James Barry Hertzog, issu de la fusion du parti sud-africain de Jan Smuts et du parti national de Hertzog.

Face au parti uni triomphant s'oppose le Parti national purifié, une branche dissidente du parti national, dirigé par Daniel François Malan et principalement implanté dans la province du Cap.

Il s'agit des premières élections intervenues après la retrait de la franchise électorale des électeurs noirs de la province du Cap.

Franchise électorale[modifier | modifier le code]

En application du South Africa Act de 1910, modifié par un amendement en 1931, tous les hommes blancs et toutes les femmes blanches résidant en Afrique du Sud sont électeurs à partir du moment où ils sont âgés de plus de 21 ans. Dans la province du Cap, un système de franchise électorale non raciale, hérité de la colonie du Cap et basé sur l'instruction, le salaire et la propriété, permet aux hommes de couleurs (coloured) de bénéficier du droit de vote et d'émarger sur les mêmes listes électorales que les blancs. Un système similaire plus restrictif existe aussi au Natal.

Listes électorales en 1935 par province et par catégorie de population
Province Blancs Autochtones
(Noirs)
Coloured Asiatiques
(Indiens)
Cap 382 103 10 628 21 596 1 401
Natal 91 762 1 343 10
Transvaal 349 400 - - -
Orange FS 101 089 - - -

Suite à l'adoption du Representation of Natives Act en 1936, les électeurs noirs de la province du Cap, qui avaient jusqu'alors les mêmes droits électoraux restreints que les électeurs coloureds, sont retirés des listes électorales communes et réinscrits sur des listes électorales séparées afin de désigner 3 députés (blancs) chargés de défendre leurs intérêts au parlement. Les élections concernant ces députés eurent lieu en juin 1937. Trois candidats indépendants furent élus parmi lesquels Margaret Ballinger. Dans le même mouvement, un conseil représenta­tif indigène, constitué de 23 membres (12 noirs indirectement élus, 4 noirs nommés par le Gou­verneur-Général, 6 commis­saires en chef aux Affaires indigè­nes) et présidé par le Secrétaire aux Affaires Indigènes, est mis en place (il sera aboli par le Bantu Autho­rities Act en 1951).

Mode de scrutin à la chambre de l'assemblée du parlement[modifier | modifier le code]

La chambre de l'assemblée du parlement de l'Union de l'Afrique du Sud compte 150 sièges en 1938.

Le mode de scrutin appliqué depuis la formation de l'Union de l'Afrique du Sud est celui du scrutin uninominal majoritaire à un tour. Son avantage est de permettre l'élection d'un candidat qui aura obtenu le plus de voix sur sa circonscription électorale mais son principal défaut est aussi de permettre l'élection d'un candidat qui peut se révéler minoritaire quand il n'a pas obtenu plus de 50 % des voix.

La délimitation des circonscriptions électorales est celle réalisée en 1937.

Répartition des sièges par province
Provinces province du Cap Natal Etat libre d'Orange Transvaal Total
Nombre de sièges 59 16 15 60 150

A ces 150 députés s'ajoutent dorénavant les 3 députés mandataires des électeurs noirs de la province du Cap.

Forces politiques en présence[modifier | modifier le code]

Les 19 députés nationalistes qui refusent, autour de Daniel Malan, la fusion avec le parti uni et fondent le Parti national purifié

Le parti national et le parti sud-africain, alliés au parlement et au gouvernement depuis les élections de 1933, ont finalement fusionnés pour former le parti uni d'Afrique du Sud le 5 décembre 1934.

Des voix dissidentes dans chacun des deux partis se sont élevés pour s'opposer à la fusion. Au parti national, cette branche dissidente représentant le "courant extrémiste néerlandais", regroupé autour de Daniel François Malan et du parti national de la province du Cap, s'est constitué en parti national purifié. Dix-huit députés ont rallié ce parti au parlement, formant alors l'opposition officielle.

Au parti sud-africain, les fédéralistes du Natal ont formé de leur côté le parti pro-britannique du Dominion.

Contexte électoral[modifier | modifier le code]

Ces élections interviennent dans le contexte des festivités du centenaire du grand trek.

Résultats[modifier | modifier le code]

Le parti uni présenta un candidat dans chacune des 150 circonscriptions. Le parti national purifié présenta 103 candidats alors que les travaillistes en présentaient 37 et 33 pour les fédéralistes. Les indépendants présentèrent 31 candidats, les socialistes et le mouvement des Greyshirts en présentèrent 3 chacun.

Au soir des élections, le parti sud-africain est largement victorieux en voix et en sièges, dominant dans toutes les provinces du pays, écrasant ses rivaux au Transvaal.
Le parti national purifié cependant confirme son assise électorale dans la province du Cap (où sont également élus ou réélus Daniel Malan, Paul Sauer, Karl Bremer, Eric Louw, Stephanus Petrus le Roux et François Christiaan Erasmus). Toutefois, le parti national ne remporte qu'un siège de député au Transvaal (celui de JG Strijdom) alors que Charles Swart, député sortant, est battu dans sa circonscription de Ladybrand (état libre d'Orange).

Si le chef de file des travaillistes, Walter Madeley est réélu à Benoni, le chef des fédéralistes du parti du Dominion, Charles Stallard, est battu dans sa circonscription de Roodepoort par F.B. Allen, le candidat du parti uni.

Répartition des sièges par province et par parti
Parti Cap Natal Orange FS Transvaal Total
Parti Uni 38 7 9 57 111
Parti national
réunifié
20 0 6 1 27
Parti travailliste 0 1 0 2 3
Parti du Dominion 1 7 0 0 8
Parti socialiste 0 1 0 0 1
Total 59 16 15 60 150

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Coquerel, L'Afrique du Sud des Afrikaners, Collection : Questions au XXe siècle, Édition : Complexe, 303 pages, 1992
  • Keesing's Contemporary Archives
  • Bernard Friedman, Smuts: A Reappraisal, George, Allen & Unwin, 1975
  • South Africa 1982 - Official Yearbook of the Republic of South Africa, ed. Chris van Rensburg, 1982
  • H.J. May, The South African Constitution, ed. Juta & Co, 1955

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]