Philippe Petit (funambule)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe Petit.

Philippe Petit

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Petit lors de la 81e cérémonie des Oscars en février 2009

Naissance 13 août 1949
Nemours (Seine-et-Marne)
Nationalité Drapeau de la France Français
Activité principale
Autres activités
tennis de table et football

Philippe Petit, né le 13 août 1949 à Nemours (Seine-et-Marne), France, est un funambule français. Il a réalisé de nombreuses traversées sur un fil tendu entre des monuments ou des sites mondialement connus comme, en 1971, à Notre-Dame de Paris, en 1973, au Harbour Bridge, à Sydney, en Australie, un des plus grands ponts en acier du monde, en 1989, du Trocadéro au deuxième étage de la tour Eiffel, en 1994, à Francfort, devant 500 000 spectateurs, en 1993 entre la tour de Saillon et la vigne à Farinet.

Sa traversée la plus célèbre reste celle, illégale, qu'il a réalisée entre le sommet des deux tours du World Trade Center à New York le 7 août 1974. Les films Man on Wire, Oscar 2009 du meilleur film documentaire et The Walk retracent cette traversée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Petit naît à Nemours, en Seine-et-Marne en 1949. Son père, Edmond Petit, est un écrivain et ancien pilote à l'armée. Dès son enfance, Philippe Petit découvre la magie et le jonglage, et il commence à se produire en public. À l'âge de 16 ans, il se passionne pour l'activité de funambule, en apprenant de façon autodidacte[1].

Au début des années 1970, Petit s'intéresse à des structures notables, pour réaliser ses performances en public. Il effectue alors sa première performance à Paris, en 1971, à la cathédrale Notre-Dame de Paris[2]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Quand je vois trois oranges, je jongle, quand je vois deux tours, j'ai envie de passer de l'une à l'autre. » (déclaration lors de son arrestation le 7 août 1974, après ses traversées entre les deux tours du World Trade Center)
  • « Ma criminalité est purement artistique. Si j'avais demandé l'autorisation et qu'on me l'avait refusée, j'aurais fait cette traversée quand même. Mais je n'y ai même pas songé. Pour moi, c'est une évidence : il n'y a pas besoin de permission quand on a envie de faire des choses belles. Il faut les faire, c'est tout[3]. »
  • « Être funambule, ce n'est pas un métier, c'est une manière de vivre. Une traversée sur un fil est une métaphore de la vie : il y a un début, une fin, une progression, et si l'on fait un pas à côté, on meurt. Le funambule relie les choses vouées à être éloignées, c'est sa dimension mystique[3]. »
  • « Pour moi, ça paraît tellement simple que la vie doit être vécue sur le fil. D'entretenir sa rébellion, de refuser de se conformer aux règles, de refuser son propre succès, de refuser de se répéter, de voir chaque jour, chaque année, chaque idée comme un réel défi. Ainsi, nous vivrons notre vie sur la corde raide[4]. »

Principales traversées effectuées[modifier | modifier le code]

Année Lieu Notes
1971 Vallauris, Alpes-Maritimes, France hommage pour le 90e anniversaire de Pablo Picasso
Cathédrale Notre-Dame, Paris, France Illégal
1973 Harbour Bridge, Sydney, Australie Illégal
1974 World Trade Center, New York, États-Unis Illégal
Central Park, New York, États-Unis
Cathédrale de Laon, Picardie, France traversée entre les deux flèches de la cathédrale pour une émission télévisée
1975 Louisiana Superdome
New Orleans, Louisiane, États-Unis
traversée pour l'ouverture du stade
1982 Cathédrale Saint-Jean le Divin, New York, États-Unis
Denver, Colorado, États-Unis
1983 New York, États-Unis
Centre Georges-Pompidou, Paris, France
1984 Paris, France traversée effectuée sur de la musique de Jacques Higelin
L'opéra, Paris, France traversée improvisée avec le chanteur d'opéra Margherita Zimmermann
Museum of the City of New York, New York, États-Unis effectuée pour l'ouverture de l'exposition "Daring New York"
1986 Cathédrale Saint-Jean le Divin, New York, États-Unis
Lincoln Center, New York, États-Unis effectuée pour la réouverture de la Statue de la Liberté
1987 Jérusalem, Israël
Portland, Oregon, États-Unis
Grand Central Terminal, New York, États-Unis
1988 Paris, France
1989 Tour Eiffel, Paris, France
1990 American Center, Paris, France
Tokyo, Japon
1991 Vienne, Autriche
1992 Namur, Belgique
Suisse
Cathédrale Saint-Jean le Divin, New York, États-Unis
1994 Francfort, Allemagne
1995 New York, États-Unis
1996 New York, États-Unis
Cathédrale Saint-Jean le Divin, New York, États-Unis
1999 Rose Center for Earth and Space at the American Museum of Natural History, New York, États-Unis effectuée pour l'inauguration du centre
2002 Hammerstein Ballroom, New York, États-Unis
Jacob K. Javits Convention Center, New York, États-Unis
Crossing Broadway, New York, États-Unis

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Petit, Trois Coups, Herscher, 1983
  • Philippe Petit, On the high wire, New York : Random House, 1985 (OCLC 10696507)
  • Philippe Petit, Funambule, Albin Michel, 1991
  • Philippe Petit, Traité du funambulisme, Arles : Actes Sud, 1997 (OCLC 42888600)
  • Philippe Petit, To reach the clouds : my high wire walk between the Twin Towers, New York : North Point Press, 2002 (OCLC 49351784) (non traduit en français)
  • Mordicai Gerstein, The man who walked between the towers, Brookfield, Conn. : Roaring Brook Press, 2003 (OCLC 52215062)
  • Philippe Petit, L'Art du pickpocket préface de H. Buten, Actes Sud, 2006

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Philippe Petit
  2. DVD de Man On Wire, section bonus
  3. a et b Philippe Petit, un funambule entre deux tours - Marie-Noëlle Tranchant, Le Figaro, 6 octobre 2008
  4. Documentaire Man on wire

Articles connexes[modifier | modifier le code]