Pérignat-sur-Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pérignat-ès-Allier redirige ici.
Pérignat-sur-Allier
Vue sur le centre.
Vue sur le centre.
Blason de Pérignat-sur-Allier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Billom
Intercommunalité Communauté de communes Mur ès Allier
Maire
Mandat
Jean-Pierre Buche
2014-2020
Code postal 63800
Code commune 63273
Démographie
Population
municipale
1 483 hab. (2011)
Densité 303 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 46″ N 3° 13′ 57″ E / 45.7294, 3.232545° 43′ 46″ Nord 3° 13′ 57″ Est / 45.7294, 3.2325  
Altitude Min. 312 m – Max. 389 m
Superficie 4,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pérignat-sur-Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pérignat-sur-Allier

Pérignat-sur-Allier est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Pérignat-sur-Allier fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand et appartient à la communauté de communes Mur ès Allier[1].

Ses habitants sont appelés les Pérignatois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme Béville-le-Comte, Pérignat se considère comme la capitale mondiale de l'épouvantail. La commune se situe au Sud-est de Clermont-Ferrand.

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans le Grand Clermont, la commune est située sur les rives de l’Allier, au sud-est de Clermont-Ferrand.

Le bourg de Pérignat-ès-Allier est situé à 3 km au Nord-Ouest de Cournon-d'Auvergne, la plus grande ville aux alentours, 2e du département.

Situé à 335 mètres d'altitude, la rivière Allier, rivière à saumons. L’Allier est le principal cours d'eau qui longe le village.

La commune est proche du parc naturel régional Livradois-Forez à environ 6 km.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier nom de Pérignat est « Patrinoacum ». Le hameau primitif s'est développé à partir de la villa de Patrinius, un important propriétaire terrien. Pour les Romains une villa représentait un ensemble de bâtiments se dressant au centre d'une immense exploitation agricole (culture fruits et céréales ; élevage) parfois de plusieurs centaines d'hectares[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le village se nomme « Payrinhac ». (Manuscrit de 1240, en occitan « nh » est équivalent au « gn » français). Au XVe siècle, le village prend le nom de « Pérignat oultre l'Allier » (de l'autre côté de l'Allier), à la fin de l'ancien régime, c'est le « Grand Pérignat », puis « Pérignat-ès-Allier » au XIXe siècle[4].

Il existe une polémique sur l'appellation actuelle, « Pérignat-sur-Allier », qui proviendrait d'une erreur d'enregistrement du nom du village à la fin du XIXe siècle.

Sur un registre de la mairie, on trouve aussi la dénomination « Pérignat-ès-Allier ».

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Buche sans étiquette Agriculteur
mars 2008 en cours
(au 13 juillet 2014)
Jean-Pierre Buche[5] PG Agriculteur - Conseiller général du Canton de Billom

(2011-2014)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 483 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625 515 594 606 556 643 632 690 618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
624 564 567 570 565 570 578 542 546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509 488 389 340 365 334 300 322 379
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
424 471 592 879 1 107 1 246 1 334 1 483 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Agathe XIIe siècle (inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, par arrêté du 4 décembre 1968) : fortifiée, reprise aux XVIe et XVIIe siècles, avec une cloche datant de 1678.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Mur-ès-allier
  2. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  3. Histoire du village
  4. « Les noms de lieux du Puy-de-Dôme » de Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak
  5. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]