Neil deGrasse Tyson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tyson (homonymie).

Neil deGrasse Tyson

Description de cette image, également commentée ci-après

Neil deGrasse Tyson, en novembre 2005.

Naissance (56 ans)
New York (États-Unis)
Nationalité Américain
Champs Astrophysique
Institutions American Museum of Natural History

Neil deGrasse Tyson (né le 5 octobre 1958 à New York) est un astrophysicien américain. Depuis 1996, il est directeur du planétarium Hayden à l'American Museum of Natural History de New York. C'est un des scientifiques américains les plus populaires, et il est souvent considéré comme l'héritier de Carl Sagan. Depuis 2006, il présente l'émission NOVA scienceNOW sur PBS.

L'astéroïde (13123) Tyson est nommé en son honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Tyson est né à New York, le second de trois enfants. Son père, Cyril deGrasse Tyson, était sociologue et directeur des ressources humaines de la ville sous le maire John Lindsay. Sa mère, Sunchita Feliciano Tyson, était gérontologue. Il étudie à la Bronx High School of Science de 1973 à 1976 où il est capitaine de l'équipe de lutte et rédacteur en chef du Physical Science Journal (Journal des sciences physiques) de l'école. Tyson s'intéresse très tôt à l'astronomie et l'étudie assidument durant son adolescence. Il devient un prodige célèbre dans la communauté astronomique, et donne des conférences sur le sujet à l'âge de 15 ans. Tyson a déclaré que son intérêt pour l'astronomie a commencé quand il montait jusqu'au dernier étage de son appartement d'un immeuble de New York (connu sous le nom de « Skyview Apartments ») pour regarder la lune avec des jumelles.

L'astronome Carl Sagan, qui était membre de l'Université Cornell, a tenté de recruter Tyson comme étudiant mais Tyson choisit Harvard où il se spécialise en physique. Il est membre de l'équipe d'aviron pendant sa première année, mais reprend la lutte par la suite, devenant letterman (distinction pour succès sportifs) sa dernière année. Tyson obtient un B.A. en physique à Harvard en 1980 et commence ses études de troisième cycle à l'Université du Texas à Austin où il obtient un M.A. en astronomie en 1983. En plus de la lutte et de l'aviron, il est aussi danseur dans différents genres comme le jazz, le Ballet et danses de salon latino et afro-caribéennes. En 1985, il gagne la médaille d'or avec l'équipe de danse de l'université du Texas à un championnat national dans le style danse de salon latino international. Il commence son programme de doctorat à l'Université du Texas, mais part en 1988 à l'Université Columbia, où il obtient un Ph.D en astrophysique en 1991.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Tyson a écrit un grand nombre de livres sur l'astronomie. En 1995, il commence à écrire le billet Universe (L'Univers) dans la revue Natural History. Dans un billet de cette revue de 2002, il invente le terme de « Manhattanhenge » (dérivé de Manhattan et Stonehenge) pour décrire les deux jours annuels pendant lesquels le soleil est aligné avec les grandes rues de Manhattan, le coucher du soleil étant visible tout le long des rues.

En 2004, il participe à l'émission Origines sur la chaine PBS dans la série scientifique Nova, et est le coauteur, avec Donald Goldsmith (astronome renommé de Californie et écrivain/professeur scientifique) le livre accompagnant la série Origins: Fourteen Billion Years of Cosmic Evolution (« Origines : 14 milliards d'années d'évolution cosmique »).

En 2001, le président des États-Unis George W. Bush nomme Tyson à la Commission sur le futur de l'industrie aérospatiale des États-Unis et en 2004, Tyson est nommé à la Commission du président sur la mise en œuvre de la politique d'exploration spatiale des États-Unis, connu sous le nom de Commission « Lune, Mars et au-delà ». Il est ensuite récompensé par la NASA Distinguished Public Service Medal, la plus haute récompense civile donné par la NASA.

Alors qu'il est directeur du Hayden Planetarium à New York, Tyson décide de changer la classification traditionnelle de Pluton comme planète au planétarium, préférant des regroupements par similarités : petites planètes intérieures, géantes gazeuses, corps mineurs distants. Il a déclaré dans The Colbert Report qu'à la suite de cette décision, il a reçu un grand nombre de lettres de mécontentement, la plupart venant d'enfants. En 2006, l'Union astronomique internationale requalifie Pluton de Planète naine.

Tyson a été vice-président, président et directeur du conseil d'administration de The Planetary Society. Il est l'actuel présentateur de l'émission NOVA scienceNOW sur PBS.

Il participe au Beyond Belief Symposium [en] en novembre 2006. En 2007, Tyson, connu pour son caractère haut en couleur, son tempérament joyeux et son respect évident pour la vaste étendue de l'univers est choisi pour être un invité récurrent dans la nouvelle série de The History Channel The Universe, qui devient un succès populaire. En 2009, il commence à présenter l'émission radio Star Talk, avec la comédienne Lynne Koplitz.

Opinions[modifier | modifier le code]

En tant que scientifique et vulgarisateur, Tyson défend un certain nombre d'idées qui ressortent dans ses diverses conférences et livres.

Théorie des cordes[modifier | modifier le code]

Tyson a plusieurs fois critiqué la théorie des cordes ; son opposition provient de la trop grande dépendance de cette théorie envers des preuves provenant de projections mathématiques et non de variables testables.

Financement et rôle de l'exploration spatiale[modifier | modifier le code]

Tyson fait une analyse du financement de la science et en particulier de la conquête spatiale dans laquelle les moteurs les plus efficaces pour mener le gouvernement à financer la science sont la peur issue des guerres et la perspective d'un retour sur investissement[1]. Il explique que la seule raison pour laquelle l'Homme a pu marcher sur la Lune est que les États-Unis étaient en guerre froide contre l'URSS et que NASA disposait donc à l'époque d'un budget bien plus conséquent qu'aujourd'hui[2] (4,41% du budget fédéral en 1966 contre 0,47% en 2015[3]). En 2012, lors de son audition devant le comité scientifique du sénat des États-Unis, il déplore une telle vision à court terme du gouvernement et explique qu'il aimerait que le budget de la NASA soit doublé[4].

Il base son raisonnement sur l'effet galvanisateur que possède la conquête spatiale sur l'ensemble de la société. Suite à son témoignage, la campagne Penny4NASA est créée, et a pour but, comme son nom l'indique, de promouvoir le financement de la recherche spatiale pour atteindre l'objectif d'un budget pour la NASA d'au moins 1% du bugdet fédéral[5].

Lors de sa conférence au début du 28e Space Symposium[6], il fait le lien entre la publication de la première photographie de la Terre vue depuis la Lune, prise par Apollo 8 en 1968, et la création de nombreuses organisations ainsi que de nombreuses lois au début des années 1970 dont le Clean Air Act, le Clean Water Act, l'Endangered Species Act, le Jour de la Terre, l'Agence de protection de l'environnement et Médecins sans frontières. Selon lui la capacité des États-Unis à s'occuper de tels préoccupations alors que le pays était encore en guerre au Vietnam ne fut possible que grâce à l'exploration spatiale qui a montré à l'humanité la Terre comme un tout.

Il s'est exprimé en faveur de la privatisation des vols spaciaux cal il estime que les entreprises privées réussissent bien à rendre plus efficaces et moins chères des missions telles que les vols de ravitaillements vers la Station Spatiale Internationale ou de mise de satellite en orbite[7]. Il reste cependant convaincu qu'une entreprise privée, contrairement aux agences gouvernementales, ne peut pas mener la frontière de la conquête spatiale étant donné que les risques trop élevés et les retours sur investissement trop minces ne permettent pas de bâtir un capital. Il est particulièrement sceptique vis-à-vis de l'ambition de SpaceX d'envoyer un humain sur Mars d'ici 10 ou 15 ans[8].

Religion[modifier | modifier le code]

Tyson condamne fermement l'apprentissage à l'école de récits issus de la religion rentrant en contradiction avec des connaissances scientifiques établies. En 2006, lorsqu'un enseignant du New Jersey a déclaré dans son cours d'Histoire que le Big Bang et l'Évolution n'étaient pas scientifiques et que l'Arche de Noé transportait des dinosaures[9], Tyson a déclaré en réponse à ceux qui, indigné par le comportement de l'enseignant, pointaient du doigt l'importance entre la séparation de l'Église et de l'État, qu'il ne s'agissait de la nécessité de séparer l'Église de l'État, mais de "séparer les gens ignorants et scientifiquement incultes du rang des enseignants"[10].

Interviewé par Big Think[11], il explique que bien que ne croyant pas en Dieu lui-même, il n'aime pas la désignation d'athée car il ne veut pas être associé à un mouvement particulier. Il prend l'analogie de personnes ne jouant pas au golf mais qui ne se réunissent pas pour autant pour parler du fait qu'ils ne jouent pas au golf.

Lors d'une conférence qu'il tient à la sixième édition du Amaz!ng Meeting[12], il s'oppose à l'athéisme militant. Il observe que même si statistiquement le pourcentage de croyant dans la population décroît avec le niveau d'éducation, il reste 7% de croyants parmi les membres de l'académie nationale des sciences et que personne ne peut donc reprocher quoi que ce soit au grand public pour partager de telles croyances.

Divers[modifier | modifier le code]

Apparitions télévisées[modifier | modifier le code]

Le 11 novembre 2010, il fait une apparition dans l'épisode 7 de la saison 4 de la série The Big Bang Theory[13]

Dans cet épisode, Sheldon Cooper (spécialiste de la théorie des cordes) l'accuse d'être responsable de la rétrogradation de Pluton. Tyson minimise son rôle et précise que cette décision a été votée par l'union astronomique internationale. Plus tard, Tyson vient s'excuser auprès de Sheldon pour le rôle joué dans l'histoire de Pluton. Excuses refusées par Sheldon.

Il est également apparu dans l'épisode 16 de la saison 5 de Stargate Atlantis aux côtés de Bill Nye où ils jouent leur propre rôle. Il apparaît dans le film Europa Report de 2013. En 2014, il présente une émission a National Geographic intitulée Cosmos : Une odyssée à travers l'univers (Cosmos : A Spacetime Odyssey).

Sur Internet[modifier | modifier le code]

Neil deGrasse Tyson, anime StarTalk[14], une radio diffusée sur internet.
Le 3 juin 2014, il a commenté sur la chaîne YouTube CinemaSins (en) les incohérences du film Gravity. Son personnage est interprété par Chali 2na dans la saison 3 des Epic Rap Battles of History dans un « clash » fictif qui l'oppose à Isaac Newton.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Past, Present, and Future of NASA - U.S. Senate Testimony | Neil deGrasse Tyson », sur www.haydenplanetarium.org (consulté le 29 avril 2015)
  2. Neil deGrasse Tyson - We Stopped Dreaming (Episode 1),‎ (lire en ligne)
  3. Simon Rogers, « Nasa budgets: US spending on space travel since 1958 », sur the Guardian (consulté le 29 avril 2015)
  4. « Past, Present, and Future of NASA - U.S. Senate Testimony | Neil deGrasse Tyson », sur www.haydenplanetarium.org (consulté le 29 avril 2015)
  5. « FAQ | Penny4NASA », sur www.penny4nasa.org (consulté le 29 avril 2015)
  6. Dr. Neil deGrasse Tyson: Launch Keynote: 28th National Space Symposium,‎ (lire en ligne)
  7. Space exploration gets private with SpaceX Dragon,‎ (lire en ligne)
  8. « Neil deGrasse Tyson Doesn't Think Elon Musk's SpaceX Will Put People On Mars » (consulté le 29 avril 2015)
  9. Tina Kelley, « Talk in Class Turns to God, Setting Off Public Debate on Rights », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  10. « A Teacher, a Student and a Church-State Dispute | Neil deGrasse Tyson », sur www.haydenplanetarium.org (consulté le 29 avril 2015)
  11. Neil deGrasse Tyson: Atheist or Agnostic?,‎ (lire en ligne)
  12. Neil deGrasse Tyson on religious people,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « The Apology Insufficiency (video) », The Big Bang Theory,‎
  14. site de la radio StarTalk