Monument international de la Réformation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument international
de la Réformation
Image illustrative de l'article Monument international de la Réformation
Présentation
Architecte Alphonse Laverrière
Sculpteurs :
Henri Bouchard
Paul Landowski
Date de construction 1909 - 1917
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève
Localité Genève
Adresse Parc des Bastions
Localisation
Coordonnées 46° 12′ 01″ N 6° 08′ 45″ E / 46.200248, 6.145948 ()46° 12′ 01″ Nord 6° 08′ 45″ Est / 46.200248, 6.145948 ()  

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Monument internationalde la Réformation

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Monument internationalde la Réformation

Géolocalisation sur la carte : Genève

(Voir situation sur carte : Genève)
Monument internationalde la Réformation

Le Monument international de la Réformation, généralement connu sous le nom de Mur des réformateurs, se situe à Genève (Suisse). Élevé dans l'actuel parc des Bastions et long d'une centaine de mètres, il est adossé à une partie des anciennes murailles construites au XVIe siècle et qui entourent la ville jusqu'au milieu du XIXe siècle. Le monument est inauguré en 1909 pour le 400e anniversaire de la naissance de Jean Calvin et le 350e anniversaire de la fondation de l'Académie de Genève devenue aujourd'hui l'Université de Genève.

Le monument est composé d'un rempart de pierre gravé et orné de bas-reliefs, devant lequel sont dressées les statues des pionniers ou protecteurs de la Réforme protestante. L'ensemble est protégé par une pièce d'eau rappelant le fossé des anciennes fortifications.

Personnalités représentées[modifier | modifier le code]

Au centre du mur, hautes de cinq mètres, sont réunies les statues de quatre figures marquantes du mouvement réformateur protestant : Guillaume Farel (1489-1565), l'un des instigateurs de la Réforme à Genève, Jean Calvin (1509-1564), le personnage central du mouvement, Théodore de Bèze (1513-1605), recteur de l'Académie de Genève, et John Knox (1513-1572), fondateur du culte presbytérien en Écosse, tous quatre vêtus de la robe de Genève et tenant la Petite bible du peuple chrétien à la main. À leurs pieds, les armoiries de Berne, Genève et du Royaume d'Écosse rappellent d'une part les liens étroits unissant les deux cantons - signataires d'un traité de combourgeoisie en 1526 (avec Fribourg) et 1584 (avec Zurich) - et d'autre part l'origine de John Knox et l'importance du Calvinisme en Écosse.

Dans le mur est gravée la devise de Genève : Post Tenebras Lux (Après les ténèbres, la lumière). De plus, sont mentionnées à l'extrême gauche, la date de l'adoption officielle de la Réforme à Genève, 1536, et à l'extrême droite, la date de l'Escalade, 1602 - date à laquelle Genève sauva la Réforme, puisqu'elle sauva autant son indépendance religieuse que politique.

De part et d'autre des figures centrales se trouvent les statues et bas-reliefs représentant les grandes figures protestantes des différents pays calvinistes et des éléments cruciaux dans le développement du mouvement :

Vue générale du monument

Historique[modifier | modifier le code]

Marie Dentière : inscription ajoutée en 2002, sur le côté de la stèle dédiée à Zwingli

C'est à la suite d'un âpre débat sur l'emplacement où il convenait d'élever le monument qu'est lancé en 1908 un concours international pour son installation dans la promenade des Bastions qui abrite un jardin botanique depuis 1817. Le concours suscite un très large intérêt et les projets rendus recourent à une grande variété de solutions.

Le projet, primé au terme d'un concours parmi 71 autres propositions, est l'œuvre de quatre architectes suisses (dont Alphonse Laverrière et Jean Taillens). Les statues sont réalisées par deux sculpteurs français : Paul Landowski et Henri Bouchard.

Le 3 novembre 2002, lors de la fête de la Réformation, est gravé dans la pierre du mur le nom de trois autres précurseurs de la Réforme : Pierre Valdo, John Wyclif, Jean Hus et celui de la première femme à y figurer, au titre de théologienne et historienne de la Réforme, Marie Dentière, originaire de Tournai.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Landowski La pierre d'éternité. L'ouvrage a été publié en 2004 à l'occasion de l'exposition «  Paul Landowski La pierre d'éternité  » présentée à l'Historial de la Grande Guerre de Péronne dans la Somme.
  • Bouchard, l'atelier du sculpteur / François Bouchard, Marie Bouchard, Antoinette Lenormand-Romain. - Paris : Musée Bouchard, 1995. - 120 p. [Association des amis de Henri Bouchard http://www.bouchard-sculpteur.com]

Lien externe[modifier | modifier le code]