Mikel Dufrenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Dufresne.

Mikel Louis Dufrenne, né le 9 février 1910 à Clermont (Oise) et mort le 10 juin 1995 à Paris, est un philosophe français. Spécialiste d'esthétique, il a donné une orientation phénoménologique à cette discipline. Il a dirigé (en collaboration avec Olivier Revault d'Allonnes) la Revue d'esthétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dufrenne est un élève d'Alain au lycée Henri-IV à Paris, puis élève de l'École normale supérieure en 1929. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est prisonnier en Allemagne et étudie dans un stalag avec Paul Ricœur la philosophie de Karl Jaspers. Il soutient sa thèse en 1953 sur la phénoménologie de l'expérience esthétique. Il a enseigné à l'université de Poitiers à partir de 1953, et participa à la fondation de l'université de Nanterre, où il enseigna dès 1964 et jusqu'en 1974 dans le département de philosophie. Il est président de la Société française d'esthétique en 1971.

Esthétique[modifier | modifier le code]

D'après Jean-Michel Palmier[1], la pensée esthétique de Mikel Dufrenne porte sur la structure de l'œuvre d'art (tableau, poème, film, sculpture) et sur les discours qui s'y rapportent, mais aussi sur les paysages et sur les choses. Il est influencé par la phénoménologie de Husserl et par l'idéalisme de Schelling. Il emprunte également des éléments de réflexion à la psychanalyse et à la linguistique ainsi qu'aux écrits de Theodor W. Adorno et Georg Lukács. Il s'interroge particulièrement sur les rapports de la nature et de la liberté, de l'art et de la vie sociale en posant la question : « qu'est-ce que l'art ? ».

Influence[modifier | modifier le code]

En 1975 paraît un ouvrage collectif en hommage à Dufrenne intitulé Vers une esthétique sans entrave (UGE 10/18). Il réunit des contributions d'Olivier Revault d'Allonnes, Clémence Ramnoux, René Passeron, Bernard Teyssèdre, Anne Cauquelin, Jean-François Lyotard, Pierre Sansot, Liliane Brion, Gilbert Lascault, Roland Barthes[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Karl Jaspers et la philosophie de l'existence, en collaboration avec Paul Ricœur, Seuil, Paris, 1947.
  • La Personnalité de base, PUF, Paris, 1953.
  • Phénoménologie de l'expérience esthétique, PUF, Paris, 1953
  • La Notion d'a priori, PUF, coll. "Épiméthée", Paris, 1959
  • Le Poétique, PUF, Paris, 1963
  • Language and Philosophy, Indiana University Press, Bloomington, 1962, Jalons, Nijhoff, La Haye, 1966
  • Esthétique et philosophie, I, Klincksieck, Paris, 1967, II, 1976 ; III, 1981.
  • Pour l'homme, Seuil, 1968
  • Art et politique, coll. 10/18, U.G.E., Paris, 1974
  • Subversion, perversion, P.U.F., 1977.
  • L'Inventaire des a priori, Bourgois, Paris, 1981
  • L'Œil et l'oreille, L'Hexagone, Montréal, 1987, repris aux éditions Jean-Michel Place, Paris.
  • Le Cap-Ferrat, livre-objet en collaboration avec le sculpteur Bauduin (hors commerce, 1994).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Palmier, « La libre démarche de Mikel Dufrenne », Le Monde, 1975 Blog sur Jean-Michel Palmier
  2. Jean-Michel Palmier, ibid.

Articles connexes[modifier | modifier le code]