Mikel Dufrenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Dufresne.

Mikel Louis Dufrenne, né le 9 février 1910 à Clermont (Oise) et mort le 10 juin 1995 à Paris, est un philosophe français. Spécialiste d'esthétique, il a donné une orientation phénoménologique à cette discipline. Il a dirigé (en collaboration avec Olivier Revault d'Allonnes) la Revue d'esthétique.

Il est également à l'origine d'une oeuvre métaphysique conséquente, dans laquelle il explore notamment la notion d'a priori.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dufrenne est un élève d'Alain au lycée Henri-IV à Paris, puis élève de l'École normale supérieure en 1929. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est prisonnier en Allemagne et étudie dans un stalag avec Paul Ricœur la philosophie de Karl Jaspers. Il soutient sa thèse en 1953 sur la phénoménologie de l'expérience esthétique, face à un jury composé notamment d'Étienne Souriau, Gaston Bachelard et Vladimir Jankélévitch. Il a enseigné à l'université de Poitiers à partir de 1953, et participa à la fondation de l'université de Nanterre, où il enseigna dès 1964 et jusqu'en 1974 dans le département de philosophie. Il est président de la Société française d'esthétique en 1971.

Pensée[modifier | modifier le code]

Esthétique[modifier | modifier le code]

D'après Jean-Michel Palmier[1], la pensée esthétique de Mikel Dufrenne porte sur la structure de l'œuvre d'art (tableau, poème, film, sculpture) et sur les discours qui s'y rapportent, mais aussi sur les paysages et sur les choses. Il est influencé par la phénoménologie de Husserl et par l'idéalisme de Schelling. Il emprunte également des éléments de réflexion à la psychanalyse et à la linguistique ainsi qu'aux écrits de Theodor W. Adorno et Georg Lukács. Il s'interroge particulièrement sur les rapports de la nature et de la liberté, de l'art et de la vie sociale en posant la question : « qu'est-ce que l'art ? ».

Métaphysique[modifier | modifier le code]

En s'interrogeant sur la notion d'a priori[2] sous ses versants subjectif (qu'est-ce qui, dans le sujet, lui permet de s'ouvrir au monde ?) et objectif (qu'est-ce qui, dans le monde, lui permet de s'ouvrir à un sujet ?), il en vient à poser la nécessité d'un "a priori des a priori" ou "a priori sauvage" dans lequel l'être ne se distingue plus du connaître, d'où une proximité avouée avec l'idéalisme allemand, et notamment Schelling. Mais, bien qu'usant du concept de "Nature" pour désigner cet a priori originaire, il se refuse à en faire un traitement proprement philosophique, en quoi il se distingue de ce dernier. Ce fond indicible que l'on ne peut véritablement comprendre sans lui faire violence (puisque le faire entrer dans les catégories de l'entendement est une forme d'anthropomorphisme) ne peut être que senti ou pressenti : c'est pourquoi Dufrenne en appelle, à plusieurs reprises[2] à un "matérialisme poétique", explorant sans l'expliquer la tension fondamentale de l'homme et de la nature, entre communauté et scission.

Vers une philosophie athée[modifier | modifier le code]

Dufrenne souhaite également rendre possible une philosophie athée. Dans Pour une philosophie non théologique[3], il s'oppose aux pensées qui donnent le primat à l'expérience de l'absence pure, en particulier Heidegger, Blanchot et Derrida. C'est en absolutisant l'absence, ou en en faisant le ressort de tout ce que nous croyons trouver de consistant que la philosophie prête le flanc aux théologies négatives, et donc à la réintroduction d'une forme de religiosité en philosophie. Ainsi la "différance" de Derrida est-elle un "concept non-conceptualisable", échappant à toutes les catégories du connaître mais se trouvant à leur source même, à la manière dont le Dieu des mystiques ou l'Un néo-platonicien est ineffable car "au-delà de l'être".

Dufrenne s'attache donc à relativiser l'absence : elle est toujours absence de quelque chose, elle ne peut être absence pure, et en cela fait fond sur une présence originaire, dans laquelle il ne peut y avoir de "non", et au sein de laquelle "il n'y a pas à attendre de parousie" : c'est dans l'ici et le maintenant que se donnent les extases, qui ne sont que des expériences saturées de la présence (ainsi dans "l'émeute, l'orgasme, la fête"). L'extase ne consiste dès lors plus à sortir du monde de notre perception afin d'atteindre un "ailleurs", mais au contraire de s'enfoncer en plein dans la richesse du monde que nous "avons" déjà.

Influence[modifier | modifier le code]

En 1975 paraît un ouvrage collectif en hommage à Dufrenne intitulé Vers une esthétique sans entrave (UGE 10/18). Il réunit des contributions d'Olivier Revault d'Allonnes, Clémence Ramnoux, René Passeron, Bernard Teyssèdre, Anne Cauquelin, Jean-François Lyotard, Pierre Sansot, Liliane Brion, Gilbert Lascault, Roland Barthes[4].

Le phénoménologue Renaud Barbaras le cite et le critique dans Dynamique de la manifestation[5], tout en lui reconnaissant une originalité et une rigueur qui le placent, selon lui, parmi les plus grands phénoménologues du siècle dernier.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Karl Jaspers et la philosophie de l'existence, en collaboration avec Paul Ricœur, Seuil, Paris, 1947.
  • La Personnalité de base, PUF, Paris, 1953.
  • Phénoménologie de l'expérience esthétique, PUF, Paris, 1953
  • La Notion d'a priori, PUF, coll. "Épiméthée", Paris, 1959
  • Le Poétique, PUF, Paris, 1963
  • Language and Philosophy, Indiana University Press, Bloomington, 1962, Jalons, Nijhoff, La Haye, 1966
  • Esthétique et philosophie, I, Klincksieck, Paris, 1967, II, 1976 ; III, 1981.
  • Pour l'homme, Seuil, 1968
  • Art et politique, coll. 10/18, U.G.E., Paris, 1974
  • Subversion, perversion, P.U.F., 1977.
  • L'Inventaire des a priori, Bourgois, Paris, 1981
  • L'Œil et l'oreille, L'Hexagone, Montréal, 1987, repris aux éditions Jean-Michel Place, Paris.
  • Le Cap-Ferrat, livre-objet en collaboration avec le sculpteur Bauduin (hors commerce, 1994).

Études[modifier | modifier le code]

  • Revue d'esthétique no 21 « Pourquoi l'esthétique ? Hommage à Mikel Dufrenne », mai 1992

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Palmier, « La libre démarche de Mikel Dufrenne », Le Monde, 1975 Blog sur Jean-Michel Palmier
  2. a et b Mikel Dufrenne, L'inventaire des a priori, Paris, C. Bourgeois,‎ 1981
  3. Dufrenne, Pour une philosophie non théologique ; Le Poétique, Paris, Seuil,‎ 1977
  4. Jean-Michel Palmier, ibid.
  5. Renaud Barbaras, Dynamique de la manifestation, Paris, Vrin,‎ 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]