Matthew Goss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goss.
Matthew Goss
Image illustrative de l'article Matthew Goss
Matthew Goss lors du Bay Cycling Classic 2010
Informations
Nom Goss
Prénom Matthew
Surnom Gossy
Date de naissance 5 novembre 1986 (27 ans)
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Équipe actuelle Orica-GreenEDGE
Spécialité Sprinteur
Équipe amateur
2006 Southaustralia.com-AIS
Équipe professionnelle
2007-2008
2009
2010
2011
01.2012-04.2012
05.2012-
CSC
Saxo Bank
Columbia-HTC
HTC-Highroad
GreenEDGE
Orica-GreenEDGE
Principales victoires
Championnats

Jersey rainbow.svg Championnat du monde de poursuite par équipes 2006
MaillotAustralia.PNG Champion d'Australie de poursuite par équipes 2005 et 2006
Classiques
Milan-San Remo 2011
Grand Prix de Plouay 2010
2 étapes de grands tours

Tour d'Italie (2 étapes)

Matthew Harley Goss (né le 5 novembre 1986 à Launceston en Tasmanie) est un coureur cyclisteaustralien professionnel. Il devient professionnel en 2007 dans l'équipe CSC et est membre en 2012 de l'équipe Orica-GreenEDGE. Il a notamment remporté Milan-San Remo en 2011, Paris-Bruxelles en 2009, le Grand Prix de Plouay et deux étapes du Tour d'Italie, une en 2010 et l'autre en 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

2005 : des débuts sur la piste[modifier | modifier le code]

Jeune, Goss s'illustre d'abord sur la piste. Deux fois champion d'Australie de poursuite par équipes, il remporte la médaille de bronze de la même discipline aux championnats du monde en 2005, puis la médaille d'or aux championnats du monde 2006, avec Peter Dawson, Mark Jamieson et Stephen Wooldridge.

2006 : passage sur la route[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ces succès sur la piste, Goss lance sa carrière sur route dans l'équipe australienne Southaustralia.com-AIS. Avec cette équipe, il participe à des courses de jeunes et de deuxième classe en Europe. Il acquiert six victoires : le Gran Premio della Liberazione, prisé des sprinteurs, une étape du Tour de Thuringe, du Giro delle Regioni, courses réservées aux moins de 23 ans, du Baby Giro (moins de 26 ans), et deux étapes du Tour de Navarre. En août, il termine deuxième de la première étape du Tour de Grande-Bretagne et s'empare de la première place du classement général le lendemain, grâce aux bonifications obtenues lors des sprints intermédiaires[1]. Il doit cependant abandonner le lendemain en raison d'une blessure au genou[2]. Durant cette compétition, il est recruté par l'équipe ProTour CSC, avec laquelle il signe un contrat de trois ans[3].

2007-2009 : passage au haut-niveau prometteur chez CSC[modifier | modifier le code]

Au cours de ses deux premières années professionnelles avec l'équipe CSC, il remporte deux étapes du Tour de Grande-Bretagne entre 2007 et 2008 et deux étapes du Herald Sun Tour en 2008. Il termine également deuxième du Commerce Bank International Championship et troisième du Delta Profronde. Il met ainsi en évidence ses qualités de sprinteur, mais prouve aussi qu'il est à l'aise sur des terrains plus sélectifs, terminant troisième de la semi-classique pavée belge Kuurne-Bruxelles-Kuurne en 2008. Il confirme en 2009 en remportant la semi-classique Paris-Bruxelles, deux étapes du Tour de Wallonie et finit troisième de Gand-Wevelgem.

2010-2011 : confirmation chez HTC[modifier | modifier le code]

Matthew Goss lors du Gand-Wevelgem 2010

Matthew Goss signe pour la saison 2010 dans l'équipe américaine Columbia-HTC. Il y emmène les sprints des deux leaders de l'équipe dans cet exercice, Mark Cavendish et André Greipel. Il aide ainsi Greipel à remporter le Tour Down Under en début de saison. Lors des classiques flandriennes, il est d'abord considéré par son directeur sportif Tristan Hoffman comme l'un des leaders de l'équipe avec Bernhard Eisel, Marcel Sieberg et Hayden Roulston[4]. Eisel, vainqueur de Gand-Wevelgem, est ensuite désigné leader[5]. Goss se classe 16e de Gend-Wevelgem, après avoir figuré dans le groupe de tête avec Eisel[6], et est également dans un groupe d'échappé lors de Paris-Roubaix. En mai, il participe au Tour d'Italie où il est chargé de lancer les sprints d'André Greipel[7]. Celui-ci ne semble cependant pas dans sa meilleure forme. Goss remporte la 9e étape en battant au sprint Filippo Pozzato et Tyler Farrar. Il considère ce succès comme le plus beau de sa carrière[8]. Un mois plus tard il remporte le difficile et long Philadelphia International Championship, semi-classique américaine. En août, il gagne le Grand Prix de Plouay, épreuve du calendrier mondial, où il se bat de nouveau Tyler Farrar dans un sprint massif. Puis, il remporte la première étape du Tour d'Espagne, un contre-la-montre par équipes avec l'équipe HTC-Columbia.

Il débute 2011 avec une victoire sur la Jayco Bay Cycling Classic, une course à étape par points pour Australiens dont il remporte en outre deux étapes, le Classic Cancer Council et la première étape du Tour Down Under, dont il termine 2e. Il participe ensuite au Tour d'Oman où il gagne une étape et à Paris-Nice (vainqueur d'une étape également). Mi-mars, il remporte la classique Milan-San Remo devant Fabian Cancellara et Philippe Gilbert en réglant un groupe de huit coureurs. Il devient le premier non-européen à gagner cette classique et le premier vainqueur de la Primavera du 21e siècle à avoir fait Paris-Nice auparavant[9]. Il remporte ensuite la 8e étape du Tour de Californie, termine 8e de la course préolympique et surtout 2e du championnats du monde.

Son équipe HTC-High Road cessant à la fin de la saison 2011, il annonce en septembre 2011 son départ pour l'équipe GreenEdge, où il se dit « prêt pour le rôle de leader »[10].

2012- : GreenEDGE[modifier | modifier le code]

En avril, Goss s'adjuge la classification aux points du Tour de Turquie[11]. Il n'y gagne aucune étape, mais passe bien près lors de la quatrième, où Mark Renshaw de la Rabobank le coiffe sur la ligne par un cheveu[12]. Il ajoute une victoire de prestige à son palmarès au Tour d'Italie, prenant la troisième étape dans un final marqué par une chute causée par le sprinter italien Roberto Ferrari. Plusieurs coureurs se retrouvent sur le bitume, incluant Mark Cavendish[13]. Goss se retire du Giro après avoir enregistré la sixième place de l'étape 13, expliquant vouloir se préparer pour ses deux objectifs principaux de la saison, le Tour de France et la course sur route des Jeux olympiques de Londres[14]. Pendant La Grande Boucle, Goss livre bataille à Peter Sagan pour la classification aux points, mais il fait un grand pas en arrière lors de la douzième étape. Alors qu'il file vers la ligne, il commet un écart sur sa gauche et accroche Sagan, et se voit décerner une pénalité de 30 points pour avoir sprinté de façon dangereuse[15]. Il prend finalement la troisième place de la course pour le maillot vert à la fin du Tour, derrière Sagan et l'Allemand André Greipel[16].

Palmarès, résultats, classements et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde juniors[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Jeux du Commonwealth[modifier | modifier le code]

Championnats du Commonwealth[modifier | modifier le code]

  • Champion du Commonwealth de la course aux points en 2004

Championnats d'Australie[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

3 étapes

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

4 étapes

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 étapes

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenus lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011.

Matthew Goss apparaît pour la première fois au UCI ProTour en 2006. Il obtient son meilleur classement en 2011 : 18e.

Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
UCI ProTour nc[17] 103e[18] nc[19]
Classement mondial UCI 78e[20] 46e[21]
UCI World Tour 18e[22] 44e[23] 119e[24]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hammond hammers ‘em but Goss goes yellow », sur cyclingnews.com,‎ 30 août 2006 (consulté le 17 mai 2010)
  2. (en) « Pozzato storms into Sheffield and Pedersen regains the yellow jersey », sur cyclingnews.com,‎ 31 août 2006 (consulté le 17 mai 2010)
  3. (en) « Goss signs with CSC », sur cyclingnews.com,‎ 31 août 2006 (consulté le 17 mai 2010)
  4. (en) « HTC-Columbia prepares for its one Belgian weekend race », sur cyclingnews.com,‎ 26 mars 2010 (consulté le 17 mai 2010)
  5. (en) « HTC-Columbia counts on Eisel for Tour of Flanders », sur cyclingnews.com,‎ 1er avril 2010 (consulté le 17 mai 2010)
  6. (en) « Eisel wins Gent-Wevelgem », sur cyclingnews.com,‎ 28 mars 2010 (consulté le 17 mai 2010)
  7. (en) « Goss delighted with second at Giro », sur cyclingnews.com,‎ 10 mai 2010 (consulté le 17 mai 2010)
  8. (en) « Goss sprints to victory in Cava de' Tirreni », sur cyclingnews.com,‎ 17 mai 2010 (consulté le 17 mai 2010)
  9. Goss, dernier des mohicans sur eurosport.fr, le 19 mars 2011
  10. « Goss rejoint GreenEdge », L'Equipe,‎ 7 septembre 2011
  11. (en) Corentin Ville, « Classement de la dernière étape du Tour de Turquie », sur veloracingnews.com,‎ 30 avril 2012 (consulté le 17 août 2012)
  12. (en) « Renshaw pour un boyau », sur video.eurosport.fr,‎ 25 mai 2012 (consulté le 17 août 2012)
  13. (en) Guillaume Regnier, « Tour d'Italie 2012 - Etape 3 », sur cyclismactu.net,‎ 7 mai 2012 (consulté le 17 août 2012)
  14. (en) Barry Ryan, « Goss leaves Giro d’Italia with July on his mind », Cycling News, Future Publishing Limited,‎ 19 May 2012 (lire en ligne)
  15. (en) « Goss déclassé et pénalisé », sur cyclisme-mag.com,‎ 13 juillet 2012 (consulté le 17 août 2012)
  16. (en) « Classement Maillot Vert », sur sport24.com,‎ 16 juillet 2012 (consulté le 17 août 2012)
  17. « Classement UCI ProTour 2006 », sur uciprotour.com (consulté le 20 mars 2011)
  18. « Classement UCI ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 20 mars 2011)
  19. « Classement UCI ProTour 2008 », sur uciprotour.com (consulté le 19 mars 2011)
  20. « Classement mondial UCI 2009 », sur uci.ch (consulté le 20 mars 2011)
  21. « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  22. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 29 février 2012)
  23. « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 14 octobre 2012)
  24. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :