Maria Höfl-Riesch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maria Höfl-Riesch Alpine skiing pictogram.svg
Maria Riesch Altenmarkt-Zauchensee 2009.jpg
Maria Riesch en janvier 2009
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active De 1999 à 2014
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Allemagne Allemande
Naissance 24 novembre 1984 (29 ans)
Lieu de naissance Garmisch-Partenkirchen
Taille 180 cm
Poids de forme 76 kg
Club SC Partenkirchen
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 3 1 0
Championnats du monde 2 0 3
Coupe du monde (globes) 6 7 9
Coupe du monde (épreuves) 27 27 27
* Dernière mise à jour : 15 février 2014

Maria Höfl-Riesch (née Riesch le 24 novembre 1984 à Garmisch-Partenkirchen en Bavière) est une skieuse alpine allemande, triple championne olympique de super-combiné en 2010 et 2014 et de slalom en 2010, médaille d'or en slalom lors des championnats du monde de Val d'Isère 2009 et en super-combiné à ceux de Schladming en 2013.

Révélée très tôt en Coupe du monde, la multiple championne du monde juniors est stoppée dans sa progression par de lourdes blessures qui l'écartent régulièrement des pistes en 2005 et 2006. Épargnée depuis, elle est l'une des têtes d'affiche du circuit international et assume le leadership du ski alpin allemand.

Héritière d'une longue tradition de skieuses allemandes polyvalentes telles Martina Ertl ou Hilde Gerg, Maria Riesch s'illustre aussi bien dans les épreuves de vitesse (descente et super G) que dans les épreuves techniques (slalom géant et slalom spécial). Elle est parvenue au cours de sa carrière à s'imposer dans toutes les disciplines à l'exception du slalom géant. Ainsi, et malgré les blessures, elle finit par succéder à Katja Seizinger, dernière Allemande vainqueur du gros globe de cristal de la Coupe du monde en 1998, en le remportant au terme de la saison 2010-2011. Sa sœur Susanne est également skieuse alpine. Le 20 mars 2014, Maria Höfl-Riesch annonce sur les réseaux sociaux qu'elle met un terme à sa carrière[1],[2]. Depuis ses débuts, elle a pris part à 356 courses en coupe du monde, en a remporté 27 et fini 81 fois sur le podium, soit un des plus beaux palmarès du ski alpin[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

C'est à trois ans que Maria Riesch commence le ski dans son land natal de Bavière. À cinq ans, la fillette rejoint le club de ski de Partenkirchen. Après s'être distinguée dans les courses régionales pour enfants, elle s'illustre au niveau national junior et pointe, à la fin de la saison 1998-1999 au deuxième rang en Allemagne. Durant cette année, elle est repérée par les entraîneurs de la Fédération allemande de ski (DSV) qui l'invite à participer à de premières courses reconnues par la Fédération internationale de ski (FIS). À 15 ans, l'Allemande fait donc son apparition dans ces courses où la concurrence est internationale. Dès ses débuts, elle se signale par plusieurs top 10 en slalom mais participe également à des slaloms géants et des super G. Début 2000, elle dispute ses premiers championnats nationaux juniors (son meilleur résultat est une 4e place). Elle représente également son pays à l'occasion des Championnats du monde juniors 2000 se tenant au Canada ; la jeune skieuse ne s'y distingue cependant pas parmi les vingt meilleures.

Révélation précoce (2000-2004)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2000-2001, en plus des courses FIS, Maria Riesch apparaît occasionnellement en Coupe d'Europe — l'antichambre de la Coupe du monde — après y avoir fait une première apparition début 2000. En février 2001, l'Allemande se signale lors des Championnats du monde juniors de Verbier en Suisse en remportant deux médailles et en prouvant sa polyvalence. En effet, médaillée d'argent du super G puis de bronze de la descente, elle termine également dans les quinze premières dans les épreuves techniques (13e en géant, 14e en slalom). Ces performances lui valent d'être sélectionnée pour la première fois en Coupe du monde. Le 16 février 2001, dans sa ville natale de Garmisch-Partenkirchen, Maria Riesch dispute sa première course parmi l'élite mondiale, un super G, qu'elle termine dans les points grâce à une 20e place. Alors âgée de 16 ans, la skieuse réalise la deuxième meilleure performance allemande de la course devançant notamment les expérimentées Hilde Gerg ou Martina Ertl.

Durant la saison 2001-2002, l'Allemande participe régulièrement aux courses de Coupe d'Europe. Après un début de saison décevant, elle enchaîne les belles performances lors des mois de février et de mars 2002. Huit podiums dans toutes les épreuves dont cinq succès aussi bien en descente qu'en slalom ou en géant lui permettent de remporter largement le classement général de la Coupe d'Europe ainsi que le classement particulier de la descente[4]. Plus encore, Riesch figure dans les dix premières skieuses dans toutes les disciplines. En parallèle à ses performances en Coupe d'Europe, l'Allemande fait de multiples apparitions en Coupe du monde (édition 2001-2002). En douze courses au plus haut niveau lors de la saison, elle inscrit à deux reprises des points en slalom et géant et égale son meilleur résultat (20e place en géant à Maribor). Cette année est également marquée par ses performances à l'occasion des Mondiaux juniors 2002 de Tarvisio en Italie. Deuxième du slalom derrière la Slovaque Veronika Zuzulova, elle y remporte le titre en super G.

À presque 18 ans, Maria Riesch débute la Coupe du monde 2002-2003 avec une place de titulaire dans la nationalmannschaft allemande. Lors des dix premières courses de l'année, la skieuse n'est classée qu'à deux reprises mais a déjà amélioré son meilleur résultat par une 11e place en descente à Lake Louise au Canada. Quelques semaines plus tard, à Lenzerheide, elle obtient un premier podium lors d'un combiné ; sur le podium, l'Allemande côtoie sa compatriote Martina Ertl et la vainqueur Janica Kostelić. Si elle ne retrouve pas le podium, elle confirme par plusieurs top-10 durant une saison au cours de laquelle elle participe aussi bien aux Championnats du monde séniors que juniors. Lors des Mondiaux séniors organisés à Saint-Moritz, les premiers de sa carrière, Riesch obtient comme meilleur résultat une 5e place sur le combiné. En juniors, elle gagne la médaille d'or en combiné et le bronze en géant.

La saison 2003-2004 est celle de la confirmation pour l'Allemande. Outre deux nouveaux titres mondiaux juniors en descente et géant à Maribor, Maria Riesch s'affirme en Coupe du monde par des podiums et de premiers succès. Ainsi, après deux podiums à Saint-Moritz en descente puis en super G à Cortina d'Ampezzo, la skieuse obtient deux victoires en trois courses organisées lors de l'étape autrichienne de Haus im Ennstal. Le premier a lieu le 30 janvier 2004 lors d'une descente aisément remportée devant l'Italienne Isolde Kostner et l'Autrichienne Renate Götschl[5],[6]. Le second intervient deux jours plus tard en super G, une victoire partagée avec la Française Carole Montillet. Quelques semaines après à Levi en Finlande, Riesch enchaîne deux podiums en slalom dont un succès. Performante dans toutes les disciplines dès sa deuxième saison complète, l'Allemande se place haut dans la hiérarchie du classement général final : 32e l'année passée, elle signe une percée probante en terminant la saison au troisième rang mondial derrière Anja Pärson et Renate Götschl.

Deux années perturbées par les blessures (2005-2006)[modifier | modifier le code]

À seulement 20 ans, Maria Riesch aborde ambitieuse la Coupe du monde 2004-2005, sa troisième saison parmi l'élite mondiale. Aussi, elle repart rapidement sur des bases solides grâce à un podium obtenu en super G à Saint-Moritz. Toutefois, le 12 janvier 2005, l'Allemande est victime d'une grave chute à l'occasion d'un super G de Coupe du monde disputé à Cortina d'Ampezzo. L'IRM effectuée le jour même révèle une rupture des ligaments croisés du genou droit qui la contraint dès lors de mettre fin à sa saison[7]. Opérée quelques semaines plus tard, la jeune allemande de 20 ans est, pour la première fois de sa carrière, écartée en raison d'une grave blessure. Celle-ci intervient quelques semaines avant les Championnats du monde qu'organisent la ville italienne de Bormio[7]. Indisponible plusieurs mois, la skieuse n'effectue son retour que dix mois plus tard au début de la saison 2005-2006. Pour sa première compétition après cette longue convalescence, marquée par une blessure à l'épaule durant sa préparation en Nouvelle-Zélande[8], Riesch signe son retour par une 24e place lors du géant à Sölden (Autriche).

Quelques semaines plus tard, l'Allemande retrouve le top-10, à deux reprises, sur une descente et un super G organisés lors de la tournée nord-américaine de la Coupe du monde (9e à Lake Louise puis 10e à Aspen). Cependant, Maria Riesch est de nouveau stoppée dans son élan par une autre grave blessure, le 10 décembre 2005, lors du slalom géant d'Aspen. Quatorzième du premier tracé, elle est gravement atteinte au genou gauche après une chute lors de la seconde manche. Déjà légèrement touchée à ce même genou au mois de septembre[9], l'espoir allemande est cette-fois victime d'une déchirure du ligament croisé antérieur du genou gauche[8]. Immédiatement rapatriée en Europe, Riesch est opérée avec succès deux jours plus tard à Munich[8]. Pour la deuxième fois en 2005, la skieuse doit se résoudre à mettre fin à sa saison. Après la retraite sur blessure de Hilde Gerg, la délégation allemande est donc privée d'une autre tête d'affiche à deux mois des Jeux olympiques d'hiver de 2006 que ne dispute donc pas Maria Riesch[8].

Retour au premier plan[modifier | modifier le code]

Handicapée par les blessures durant deux saisons, Maria Riesch retrouve la Coupe du monde en novembre 2006, près d'un an après l'avoir quittée sur une civière. Malgré une longue période sans compétition, l'Allemande retrouve le succès dès sa quatrième course, lors d'une descente disputée à Lake Louise, son premier podium depuis presque deux ans. La suite de la saison est toutefois moins glorieuse puisqu'elle ne remonte plus sur un podium en 2006-2007. Néanmoins régulière dans le top-15, elle conclut l'année au 14e rang mondial, prometteur après deux années de galère. En février 2007, lors des Championnats du monde d'Are en Suède, elle n'obtient pas non plus de médaille mais se signale par trois top-10 (7e du super combiné, 9e de la descente et 10e du super G).

L'année 2007-2008 de Coupe du monde signe le retour définitif de l'Allemande à son meilleur niveau, celui qui, quatre ans plus tôt, lui avait permis de figurer au troisième rang mondial en fin de saison. En plus de deux victoires (en super G à Cortina d'Ampezzo et en combiné à Whistler), Riesch enlève sept podiums dans toutes les épreuves sauf en géant. Cette polyvalence et la régularité qu'elle affiche lui permettent de lutter pour le classement général de la Coupe du monde. Avec plus de 1000 points inscrits durant l'année, elle termine à la 3e place du classement général derrière l'Américaine Lindsey Vonn et l'Autrichienne Nicole Hosp. Par ailleurs, l'Allemande décroche deux victoires dans les classements par épreuve en super G et combiné, et remporte donc deux « petits » globes de cristal, les premiers de sa carrière.

Maria Riesch manifeste une même régularité à l'occasion de la première partie de la Coupe du monde 2008-2009. Souvent en haut de la hiérarchie, la skieuse allemande enchaîne même quatre victoires consécutives en slalom à La Molina, Semmering, Zagreb et Maribor. Largement en tête du classement du slalom, elle est une prétendante sérieuse à la victoire finale au classement général. Ainsi, la Bavaroise endosse brièvement le dossard rouge de leader de la Coupe du monde après sa victoire dans le slalom de Zagreb[10]. Mais comme l'année précédente, c'est l'Américaine Lindsey Vonn, performante dans toutes les épreuves, qui fait la course en tête et domine le classement général juste avant les Championnats du monde 2009 de Val d'Isère.

Lors de cette compétition, et après une huitième place lors du super G, Maria Riesch chute lors d'un entraînement de descente provoquant de multiples contusions au dos et à la nuque[11]. L'Allemande s'aligne cependant lors du super combiné, avec réussite puisqu'elle termine au pied du podium. Troisième après la descente, la skieuse ne réalise que le septième en slalom, ce qui la fait rétrograder au quatrième rang[12]. Hors du coup en slalom géant, qui sacre sa compatriote Kathrin Hoelzl, Maria Riesch confirme son statut de favorite du slalom en remportant le premier titre mondial de sa carrière le 14 février 2009. Quatrième à l'issue de la première manche, elle signe le meilleur chrono sur le second tracé et profite des chutes successives des trois meilleures femmes de la première manche — Manuela Moelgg, Lindsey Vonn et Sandrine Aubert — pour enlever la médaille d'or[13]. Maria Riesch est la première allemande à inscrire son nom au palmarès de cette épreuve depuis Rosi Mittermaier, doublement sacrée championne olympique et du monde en 1976.

Le 26 février 2010, l'Allemande réalise le doublé olympique, après avoir remporté la médaille d'or de Super-combiné, elle décroche en effet le titre olympique de slalom, elle tombe dans les bras de son amie Lindsey Vonn à l'arrivée.

Le 19 mars 2011, Maria Riesch remporte enfin le seul trophée manquant alors à sa carrière, le gros globe de cristal du classement général de la coupe du monde, au terme d'une après lutte avec Lindsey Vonn, 3 points d'écart les séparant à l'issue de la dernière épreuve. En avril, elle se marie avec Marcus Höfl qui est aussi son manageur[14].

Aux Championnats du monde de Schladming en 2013, elle ajoute un deuxième titre mondial à son palmarès à l'occasion du super combiné, au passage elle domine Tina Maze de 0,46 s[15], la skieuse de tous les records cette saison.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : Canada Vancouver 2010 Drapeau : Russie Sotchi 2014
Descente 8e 13e
Super G 8e médaille d'argent, Jeux olympiques Argent
Slalom Géant 10e
Slalom médaille d'or, Jeux olympiques Or 4e
Super-combiné médaille d'or, Jeux olympiques Or médaille d'or, Jeux olympiques Or

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de ski alpin.
Championnats du monde élites
Épreuve / Édition Drapeau : Suisse St-Moritz 2003 Drapeau : Suède Åre 2007 Drapeau : France Val d'Isère 2009 Drapeau : Allemagne Garmisch Partenkirchen 2011 Drapeau : Autriche Schladming 2013
Descente 17e 9e 10e médaille de bronze, monde Bronze médaille de bronze, monde Bronze
Super G Ab. 10e 8e médaille de bronze, monde Bronze Ab.
Slalom géant Ab. 23e 28e Ab. 9e
Slalom Ab. médaille d'or, monde Or 4e Ab.
Combiné 5e 7e * 4e 11e médaille d'or, monde Or
Par équipes médaille de bronze, monde Bronze

* Super combiné

Championnats du monde juniors
Épreuve / Édition Drapeau : Canada Québec 2000 Drapeau : Suisse Verbier 2001 Drapeau : Italie Tarvisio 2002 Drapeau : France Briançonnais 2003 Drapeau : Slovénie Maribor 2004
Descente médaille de bronze, monde Bronze 6e 4e médaille d'or, monde Or
Super G médaille d'argent, monde Argent médaille d'or, monde Or Ab. Ab.
Slalom géant 37e 13e Ab. médaille de bronze, monde Bronze médaille d'or, monde Or
Slalom 24e 14e médaille d'argent, monde Argent 5e Ab.
Combiné médaille d'or, monde Or

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de ski alpin.
  • Meilleur classement final au général : 1re en 2011.
  • 5 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement du combiné en 2008.
    • Vainqueur du classement du super G en 2008.
    • Vainqueur du classement du slalom en 2009 et 2010.
    • Vainqueur du classement de la descente en 2014.
  • 81 podiums dont 27 victoires en carrière[16].

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2001 109e 11 - - - - - - 42e 11 - -
2002 96e 21 - - 46e 10 50e 10 - - - -
2003 32e 232 14e 115 40e 22 42e 11 37e 24 3e 60
2004 3e 977 7e 283 9e 245 18e 111 5e 338 - -
2005 43e 168 27e 48 44e 12 32e 48 26e 60 - -
2006 69e 62 44e 29 - - 49e 7 35e 26 - -
2007 14e 487 7e 225 25e 72 22e 60 18e 118 36e 12
2008 3e 1146 9e 224 8e 249 25e 39 1re 374 1re 260
2009 2e 1424 3e 292 1re 670 15e 141 10e 171 4e 150
2010 2e 1516 2e 556 1re 493 8e 203 9e 184 5e 80
2011 1re 1728 2e 457 3e 470 8e 192 2 e 389 3e 205
2012 3e 1227 4e 379 7e 330 16e 133 6e 225 4e 110
2013 2e 1101 3e 272 9e 315 6e 213 5e 251 9e 50
2014 2e 1180 1re 504 5e 234 14e 166 5e 216 3e 60

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Descente Super G Slalom Combiné Total
2004 Drapeau : Autriche Haus im Ennstal Drapeau : Autriche Haus im Ennstal Drapeau : Finlande Levi 3
2007 Drapeau : Canada Lake Louise 1
2008 Drapeau : Italie Cortina d'Ampezzo Drapeau : Canada Whistler 2
2009 Drapeau : Espagne La Molina
Drapeau : Autriche Semmering
Drapeau : Croatie Zagreb
Drapeau : Slovénie Maribor
Drapeau : Italie Tarvisio 5
2010 Drapeau : Suisse Saint-Moritz
Drapeau : Allemagne Garmisch-Partenkirchen
Drapeau : Finlande Levi - 3
2011 Drapeau : Canada Lake Louise (x2)
Drapeau : Italie Cortina d'Ampezzo
Drapeau : Suède Åre Drapeau : Autriche Flachau Drapeau : Suède Åre 6
2012 Drapeau : Russie Sotchi Drapeau : Suède Åre Drapeau : Suisse Saint-Moritz
3
2013 Drapeau : Finlande Levi
1
2014 Drapeau : Canada Lake Louise (x2)

Drapeau : ItalieCortina d'Ampezzo

3
Total 11 3 9 4 27

Divers[modifier | modifier le code]

  • Classement général final de la Coupe d'Europe 2001-2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.facebook.com/MariaHoeflRiesch
  2. http://www.eurosport.fr/ski-alpin/maria-hofl-riesch-2e-du-general-de-la-coupe-du-monde-met-un-terme-a-sa-carriere_sto4181366/story.shtml
  3. http://www.fis-ski.com/alpine-skiing/news-multimedia/news/article=maria-hoefl-riesch-accepts-what-will-her-last-world-cup-title.html
  4. (en) Classements généraux de la Coupe d'Europe féminine 2001-2002, sur fis-ski.com. Consulté le 30 janvier 2009.
  5. « La surprise Maria Riesch », sur lequipe.fr. Consulté le 30 janvier 2009.
  6. (en) Classement de la course, sur fis-ski.com. Consulté le 30 janvier 2009.
  7. a et b « Saison terminée pour Maria Riesch », sur lequipe.fr, 12 janvier 2005. Consulté le 30 janvier 2009.
  8. a, b, c et d « Riesch n'ira pas aux JO », sur lequipe.fr, 12 décembre 2005. Consulté le 29 janvier 2009.
  9. « Riesch touchée au genou », sur lequipe.fr, 10 décembre 2005. Consulté le 29 janvier 2009.
  10. [PDF](en) Résultats, analyse et classements de l'épreuve de Zagreb comptant pour la coupe du monde 2008-2009, sur fis-ski.com. Consulté le 30 janvier 2009.
  11. Contusions pour Riesch, sur eurosport.fr, 4 février 2008.
  12. [PDF](en) Résultats du super combiné féminin des Championnats du monde 2009, sur fis-ski.com. Consulté le 16 février 2009.
  13. [PDF](en) Résultats du slalom féminin des Championnats du monde 2009, sur fis-ski.com. Consulté le 16 février 2009.
  14. « Maria Riesch s'est mariée », sur eurosport.fr (consulté le 14 avril 2011)
  15. « Schladming 2013 : Le super combiné pour Maria Hoefl-Riesch », sur vavel.com (consulté le 6 novembre 2013)
  16. http://data.fis-ski.com/dynamic/athlete-biography.html?sector=AL&competitorid=50980&type=result&category=WC&season=ALL&sort=P&discipline=ALL&position=3&place=&Submit=Search&limit=100

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]