La Chapelle-de-la-Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
Chapelle-de-la-Tour
Image illustrative de l'article La Chapelle-de-la-Tour
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Canton Canton de La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vallons de La Tour du Pin
Maire
Mandat
Jean Gallien
2014-2020
Code postal 38110
Code commune 38076
Démographie
Population
municipale
1 675 hab. (2011)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ N 5° 28′ E / 45.6, 5.4645° 36′ Nord 5° 28′ Est / 45.6, 5.46  
Altitude Min. 375 m – Max. 452 m
Superficie 9,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Chapelle-de-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Chapelle-de-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chapelle-de-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chapelle-de-la-Tour
Liens
Site web www.lachapelledelatour.fr

La Chapelle de la Tour est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

La Chapelle-de-la-Tour est membre de la communauté de communes Les Vallons de La Tour du Pin.

Ses habitants se nomment les Chapelands.

Le Tennis Club de La Chapelle-de-la-Tour, avec ses 169 licenciés, est une des associations les plus importantes de la commune ainsi qu'un des plus gros clubs de tennis du canton de la Tour-du-Pin. Pour plus d'informations : http://www.tclachapelle.fr/spip.

C'est également à la Chapelle-de-la-tour qu'a été officiellement inventé le jeu "de l'angle" par Boris CHEMINOT.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune limitrophe de La Tour du Pin, le centre bourg de la Chapelle de la Tour est situé à 3 km de la Tour-du-Pin, sous-préfecture de l'Isère.

La commune se situe dans les zones d'appellations suivantes, décernées par l'INAO :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Jean Gallien    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 675 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
610 677 615 732 920 981 973 1 025 914
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
953 965 975 987 1 051 1 014 1 020 997 975
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
967 907 872 810 817 825 827 704 731
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
756 725 811 1 044 1 295 1 384 1 533 1 580 1 641
2011 - - - - - - - -
1 675 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La reconstruction fut difficilement achevée le 10 mai 1878, sur des plans établis par l’architecte Quenin de Vienne dressés en 1865. L’architecte Allemand de Vienne supervisa les travaux qui commencèrent en 1872. Un premier projet d’agrandissement de l’ancienne église en pisé fut refusé en 1825. Les vitraux sont attribués à MMe Busche et Bessac verriers de Grenoble. Le clocher fut édifié en 1895 et la plateforme comporte une table d’orientation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]