La Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgogne (homonymie).
La Bourgogne
Image illustrative de l'article La Bourgogne
SS La Bourgogne, vers 1895

Type Paquebot transatlantique à quatre mâts
Histoire
Lancement 1885
Mise en service Juin 1886
Statut Collision puis naufrage le 4 juillet 1898
Caractéristiques techniques
Longueur 150,00 m
Maître-bau 15,75 m
Port en lourd 2 969 tonnes
Tonnage 6 754 tonneaux
Propulsion 1 hélice, moteur à pilon, triple expansion 6 cylindres superposés
Puissance 9 000 chevaux
Vitesse 17,5 nœuds
Autres caractéristiques
Passagers 500
Équipage 200
Chantier naval Forges et Chantiers de la Méditerranée, La Seyne-sur-Mer
Armateur Compagnie générale transatlantique
Pavillon Drapeau de la France France

La Bourgogne est un paquebot de la Compagnie générale transatlantique, mis en service en 1886.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est le deuxième paquebot d'une série de quatre sister-ships, tous entrés en service en 1886, les trois autres étant La Champagne, La Bretagne et La Gascogne.

Il est mis en service en juin 1886 sur la ligne Le HavreNew York.

En février 1896, il entre en collision et coule l’Ailsa, de l’Atlas Line.

En 1897, il est équipé de chaudières neuves et d’une machine à quadruple expansion. Ses cheminées sont rehaussées et deux mâts sont supprimés.

Le 2 juillet 1898, La Bourgogne quitte New York pour un nouveau voyage avec, à son bord, plus de 500 passagers et 200 membres d’équipage. Le 4 juillet, vers 5 heures du matin, le paquebot entre en collision dans un brouillard très dense avec le voilier Cromartyshire qui faisait route vers Philadelphie. Sous le choc, les canots de sauvetage installés à tribord sont détruits. Le navire tente de s’échouer mais il coule une heure après la collision. 165 (ou 184 suivant les sources) rescapés sont recueillis par le Cromartyshire puis transférés sur le paquebot SS Grecian de l’Allan Line qui prend le voilier en remorque et se rend à Halifax.

L’accident entraîna la mort de plus de 500 personnes, ce qui en fait la pire catastrophe de toute l’histoire de la Compagnie générale transatlantique en temps de paix. Le capitaine de navire Antoine Charles Louis Deloncle, commandant La Bourgogne, et père d'Eugène Deloncle, dans la plus pure tradition maritime, refusa de quitter sa passerelle et disparut avec son navire. L'une des victimes du naufrage fut aussi le peintre Léon Pourtau.

Article connexe[modifier | modifier le code]