Paris (paquebot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paris (homonymie).
Paris
Image illustrative de l'article Paris (paquebot)

Type Paquebot transatlantique
Histoire
Quille posée 1913
Lancement 12 septembre 1916
Mise en service 15 juin 1921
Statut Incendie et chavirage dans le port du Havre en 1939
Caractéristiques techniques
Longueur 233,4 m
Maître-bau 26 m
Tonnage 34 569
Propulsion Turbines à vapeur Parson
Vitesse 21 nœuds
Autres caractéristiques
Passagers 1 930 : 560 première classe, 530 seconde classe, 840 troisième classe
Équipage 662
Chantier naval Penhoët, Saint-Nazaire
Armateur Compagnie générale transatlantique
Pavillon Drapeau de la France France

Le Paris est un paquebot transatlantique français, un « cousin » du paquebot France de 1912. Fleuron de la compagnie, sa carrière de 18 ans se fait cependant dans l'ombre de ce dernier et de l'Île-de-France mis en service en 1927. Finalement, le Paris brûle et chavire dans le port du Havre le 18 avril 1939.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le transatlantique Paris. Éditions d'art Yvon – 14, rue de Bretagne – Paris, collection « La Douce France ».  Figurent aussi sur la photo deux des trois remorqueurs emblématiques de la « transat » : L’Ursus au premier plan et le Titan (ex-Cambria) au fond, reconnaissable à sa plage avant en dos de tortue et ss deux cheminées « tuyau de poêle ».
Le transatlantique Paris. Éditions d'art Yvon – 14, rue de Bretagne – Paris, collection « La Douce France ». Figurent aussi sur la photo deux des trois remorqueurs emblématiques de la "Transat": l' Ursus au premier plan et le Titan (ex Cambria) au fond , reconnaissable à sa plage avant en dos de tortue et ss deux cheminées "tuyau de poële"

La construction du Paris débute dans les Chantiers de Penhoët, à Saint-Nazaire, en 1913. Lancé le 12 septembre 1916, il voit sa mise en service retardée à l'année 1921 à cause de la Première Guerre mondiale. La guerre entraîne également le déplacement de sa coque en travaux à Quiberon pour sa protection. Une fois terminé, il est le plus grand paquebot français à flot.

Il effectue sa première traversée entre Le Havre et New York le 15 juin 1921, avec à son bord le maréchal Foch. Il bénéficie par la suite de l’âge d'or de la navigation qui suit la guerre, ainsi que des restrictions dues à la Prohibition. Les américains fortunés se tournent en effet vers les paquebots français pour profiter de traversées où l'alcool n'est pas interdit[1]. Il est également le premier paquebot à offrir un dancing en 1929 et une salle de cinéma, ce qui ajoute à son prestige.

En 1927, il aborde un cargo norvégien. Douze membres de l'équipage du cargo norvégien abordé sont tués dans l'accident. L'année suivante, Il est victime d'un grave incendie. Suite à ce sinistre qui entraîne une importante refonte, le navire est immobilisé pendant six mois. Durant sa carrière, il effectue des traversées entre New York et Le Havre, ainsi que des croisières dans les Caraïbes et en Méditerranée. Durant ses dernières traversées, il est possible que sa coque ait été peinte en blanc. Cependant, aucune photographie du Paris arborant cette couleur n'a été retrouvée[2]. Suite à l'entrée en service du Normandie, la Compagnie générale transatlantique envisage d'en faire un navire exclusivement destiné aux croisières.

L'incendie du Paris.

Cette idée ne sera jamais appliquée. En effet, en 1939, alors qu'on le prépare à transporter des collections pour l'exposition universelle de New York, un incendie éclate dans la boulangerie du navire, lequel est totalement ravagé par les flammes. Le Paris connaît alors le sort que le Normandie subira trois ans plus tard : la quantité d'eau déversée d'un seul bord du navire le fait chavirer le lendemain de l'incendie. Par une certaine ironie du sort, il faut scier les mâts du Paris pour permettre au Normandie de quitter la cale sèche où il était en carénage.

Du fait de la Seconde Guerre mondiale, sa coque n'est pas démolie. Elle sera même à l'origine d'un nouvel accident. Suite à la rupture de ses amarres, le Liberté, paquebot récemment acquis par la Compagnie générale transatlantique entre en collision avec la coque du Paris et coule. Renfloué en 1947, le Liberté fera finalement une carrière honorable sous pavillon français. Quant à la coque du Paris, elle est démantelée sur place la même année.

Décoration intérieure[modifier | modifier le code]

Le grand escalier du Paris.

L'intérieur du paquebot était très luxueux et décoré dans le style Art nouveau. Le peintre Albert Besnard décora la salle à manger avec La Gloire de Paris[3] et Georges Leroux réalisa un grand panneau décoratif pour le fumoir : Le Jardin du Luxembourg. Le peintre décorateur Adrien Karbowsky participa également à la décoration de la bibliothèque du navire, sans oublier Lalique. Ses installations diverses et luxueuses lui valent le surnom d'« aristocrate de l'Atlantique » auprès des riches américains. Le navire est pourvu d'une salle de cinéma[4], d'un dancing, d'un café en plein air et d'une longue promenade. Dans les cabines, des sabords carrés remplacent les hublots circulaires, et des téléphones équipent les cabines de première classe. L'architecte décorateur Louis Süe participa à la décoration de ce paquebot [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les paquebots américains étaient en effet considérés comme une extension du territoire et suivaient donc les mêmes lois.
  2. (fr) Le Paris sur frenchlines, consulté le 10 juin 2009
  3. Catalogue de l'expo Besnard à Honfleur, 2008, par Chantal Beauvalot.
  4. Ce n'est pas le premier à offrir des projections de films, la pratique étant déjà visible sur le Deutschland de 1900, mais il est le premier à y consacrer une salle.
  5. Day 1986, p. 17

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Paquebot : Le Paris : Un grand effort d'Art Moderne, Compagnie générale transatlantique,‎ 1921.
  • Jean-Yves Brouard, Paquebots de chez nous, MDM,‎ 1998.
  • Olivier Le Goff, Les Plus Beaux Paquebots du monde, Solar,‎ 1998.
  • Susan Day, « Louis Süe, architecte des années folles, associé d'André Mare », Institut français d'architecture,‎ 1986.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]