Rochambeau (paquebot)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rochambeau (homonymie).
Rochambeau
Image illustrative de l'article Rochambeau (paquebot)
Le Rochambeau, paquebot a turbine, Compagnie générale transatlantique

Type Paquebot transatlantique
Histoire
Mise en service Septembre 1911
Statut Démoli à Dunkerque en 1934
Caractéristiques techniques
Longueur 163,01 m
Maître-bau 19,47 m
Port en lourd 7 737 tpl
Tonnage 12 678 tonneaux
Propulsion 2 alternateurs triple expansion 4 cylindres et 2 turbines BP, 4 hélices
Puissance 13 000 ch
Vitesse 17,5 nœuds
Autres caractéristiques
Chantier naval Chantiers & Ateliers de Penhoët à Saint-Nazaire
Armateur Compagnie générale transatlantique
Pavillon Drapeau de la France France

Le Rochambeau est le deuxième paquebot dit « à classe unique » de la Compagnie générale transatlantique. Il entre en service en septembre 1911 sur la ligne Le HavreNew York. C'est une version agrandie du paquebot Chicago, mis en service trois ans plus tôt.

Entre 1915 et 1918, il assure un service régulier entre Bordeaux et New York (en raison de la Guerre, la tête de ligne a été déplacée du Havre à Bordeaux).

Pendant la Bataille de l'Atlantique (1917), Il est commandé par le capitaine Dominique Charles Sous[1], puis le Capitaine Dominique Juham[2]. Il est armé de canons à l'avant et à l’arrière pour se défendre contre les U-boats allemands[3]. Le Rochambeau se trouvait, le 30 Avril, à l’embouchure de la Gironde, lorsque les canonniers du bord s’aperçurent qu’une torpille venait d’être lancée à une distance de 700 à 800 m contre le navire. Presque aussitôt, ils tirèrent plusieurs coups de canon sur le point d’où paraissait être parti l’engin. Le paquebot de 17000 tonnes marchait à 19 nœuds. Le commandant s’étant immédiatement rendu compte du danger que courait son navire put, par une manœuvre habile, éviter la torpille qui passa à 8 mètres sur l’arrière. De leur côté, les canonniers continuèrent à tirer afin de protéger le navire dont la marche ne fut interrompue par aucun autre incident. Personne ne vit de sous-marin. Tous les membres de l’équipage conservèrent leur sang-froid. Il n’y eut pas de panique chez les passagers qui restèrent sur le pont pour suivre de l’œil la torpille qui continua sa route pendant plus de 1000 m[4].

Il est ensuite modernisé en 1926. Les travaux incluent la pose de vitrages à l’avant du pont-promenade. Il est démoli à Dunkerque en 1934.

Après la Première Guerre Mondiale, le paquebot se trouve sous le commandement de Louis Leprêtre, avec pour commissaire de bord Roger Le Fur.

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no 19800035/1239/43026 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. « Notice no LH/1386/62 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. The New-york Times du 9 mars 1917
  4. Lettre du préfet de la Gironde au Ministre de la Marine, 11 Mai 1917, « ROCHAMBEAU - Paquebot », sur FORUM pages 14-18,‎ (consulté le 3 janvier 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :