France (paquebot de 1912)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir France (homonymie), section Navires.
France
Image illustrative de l'article France (paquebot de 1912)

Autres noms Picardie
France IV
Type Paquebot transatlantique
Histoire
Quille posée Février 1909
Lancement 10 septembre 1910
Mise en service 20 avril 1912
Statut Démoli en 1935
Caractéristiques techniques
Longueur 210,83 m
Maître-bau 23,08 m
Port en lourd 6 384 tpl
Tonnage 23 666 tjb
Propulsion 4 turbines à action directe triple expansion, 4 hélices
Puissance 45 000 chevaux
Vitesse 25 nœuds
Autres caractéristiques
Passagers 2 020
Équipage 500
Chantier naval Chantiers de Penhoët, Saint-Nazaire
Armateur Compagnie générale transatlantique
Pavillon Drapeau de la France France

Le France est un paquebot transatlantique français de la Compagnie générale transatlantique mis en service en 1912 et qui assura la ligne Le HavreNew York jusqu'en 1932, exception faite pendant la Première Guerre mondiale, où il servira de transport de troupes et de navire-hôpital en Méditerranée. Seul navire français à avoir arboré quatre cheminées, il ne sera pas le plus rapide sur l'Atlantique Nord mais sans doute le plus luxueux de son époque. La décoration et l'espace qu'il proposait le feront surnommer le « Versailles des mers »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

Mis en chantier sous le nom de La Picardie, aux chantiers de Penhoët de Saint-Nazaire, il est rebaptisé France avant son lancement. En dix ans, il est le 4e paquebot mis en service par la Compagnie générale transatlantique sur la ligne Le Havre—New York, après La Lorraine, La Savoie et La Provence[1].

C'est le deuxième navire à porter le nom de France au sein de la compagnie. À l’époque, il est le plus grand paquebot français, ses dimensions ayant été dictées par celles des bassins du Havre, et le seul paquebot français à quatre cheminées. Le France n’a jamais officiellement concouru pour le record de vitesse sur l’Atlantique Nord, le fameux Ruban bleu. C'est un choix de Jules Charles-Roux, qui décide peu après son arrivée à la tête de la Compagnie générale transatlantique en 1904, de cesser la course à la vitesse sur l'Atlantique en raison de son coût prohibitif[1] mais de concurrencer les autres compagnies de navigation en misant sur le luxe et l'espace offerts aux passagers[1]. La puissance de ses machines en faisait néanmoins le troisième paquebot le plus rapide sur l’Atlantique Nord, après les célèbres Lusitania et Mauretania de la compagnie britannique Cunard.

Le luxe et le style de ses aménagements lui valent le surnom de « Versailles des Mers »[1], « Versailles de l’Atlantique » ou « Château de l’Atlantique », suivant les sources, avec son grand escalier copié sur celui de l'hôtel de Mazarin, siège de la Bibliothèque nationale de France, son somptueux salon Louis XIV avec une copie du portrait de Sa Majesté fait par Hyacinthe Rigaud, sa décoration « Grand Siècle », son salon mauresque décoré de mosaïques et d'une fontaine de marbre.

Le paquebot présente aussi quelques innovations technologiques avec une turbine à triple détente qui entraine les quatre hélices[1], et un ascenseur reliant les différents ponts, une première sur un paquebot français[1].

En service[modifier | modifier le code]

Le France quitte Le Havre pour son voyage inaugural le 20 avril 1912 . De fait, les canots de sauvetage du France ont, dès sa mise en service, une capacité suffisante pour accueillir tous les passagers et les membres d’équipage, réglementation maritime obligatoire suite au naufrage du Titanic cinq jours plus tôt . D'ailleurs la Transat faisait discrètement savoir qu'il était le premier paquebot au monde proposant plus de places de canots de sauvetage que de passagers, sans même avoir fait de modifications au cours du chantier. Le paquebot effectuera presque toute sa carrière sur la ligne Le Havre—New York, d’abord en compagnie de La Provence, La Savoie et La Lorraine, puis, après-guerre, en compagnie des paquebots Paris et Île-de-France.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le France en tant que navire hôpital

Le 4 août 1914 et bien que la guerre ait été déclarée la veille, la compagnie transatlantique prend le risque de faire partir le France pour New York avec 2 400 passagers à bord, principalement des citoyens américains fuyant le conflit à venir[1].

Le paquebot est ensuite, dans les semaines suivantes, converti en croiseur auxiliaire et rebaptisé France IV mais est rapidement transformé et utilisé comme transport de troupes. En mars 1915, il embarque 4 000 soldats de la 156e division pour les Dardanelles qui y débarquent le 4 mai[1].

Fin 1915, il est converti en navire-hôpital, avec une capacité de 2 500 lits. Il servira en Méditerranée, rapatriant des blessés du front d'Orient vers le port de Toulon[1]. En avril 1918, il est retransformé en transport de troupes avec une capacité de 5 000 hommes puis utilisé pour convoyer le corps expéditionnaire américain, et ce jusqu’en mars 1919. En 1918, une explosion dans la salle des machines fait neuf victimes.

Reprise du service après guerre[modifier | modifier le code]

Il reprend son service régulier sous le nom de France en août 1919.

Le luxe du paquebot séduit. Il se dit même que, durant les années 1920, certains clients s’arrachèrent les cabines les plus luxueuses aux enchères[1] et des officiers louaient leur propre cabine[1]. La formule à la carte fait mouche auprès de la clientèle américaine qui se délecte des vins de Loire et de la haute gastronomie parisienne.

Le France va aussi dans cette période, et comme les autres paquebots transatlantiques, transporter des émigrants, principalement d'Europe centrale, vers les États-Unis[1]. Ces émigrants ne sont plus aussi pauvres que ceux d'avant-guerre et intéressent donc les compagnies maritimes. Le France est capable de les transporter dans des conditions acceptables, proposant ainsi des cabines de quatre à six lits avec sanitaires indépendants et propose aussi pour cette classe économique, des fumoirs, bars et bibliothèques[1].

En 1923, le paquebot est transformé à la chauffe au mazout. À partir de 1927, il effectue régulièrement des croisières en Europe.

Fin[modifier | modifier le code]

Désarmé au Havre en septembre 1932, il est vendu pour démolition à Dunkerque en novembre 1934 et quitte Le Havre le 15 avril 1935 pour Dunkerque pour y être démoli, soit moins d’un mois avant l’arrivée inaugurale de Normandie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Daniel Hillion, « 1912 France », in Paquebots, p. 12 à 23, éd. Ouest France, septembre 1992, (ISBN 2737311845).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Le Goff, Les Plus Beaux Paquebots du monde, Solar, 1998
  • Daniel Hillion, Paquebots, Ouest-France, 1992
  • Christian Mars, Paquebots de légende, Flammarion, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]