Karl Mannheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mannheim (homonymie).

Karl Mannheim

alt=Description de l'image Karl Mannheim 1893-1947.png.
Naissance 27 mars 1893
Budapest, Drapeau de la Hongrie Hongrie
Décès 9 janvier 1947 (à 53 ans)
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Profession
Autres activités

Karl Mannheim, né le 27 mars 1893 à Budapest et mort le 9 janvier 1947 à Londres, est un sociologue allemand d’origine hongroise. De famille juive, la montée du national-socialisme le contraint d’émigrer à Londres où il enseignera à la London School of Economics.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Mannheim a étudié la philosophie et la sociologie à Budapest, Fribourg, Berlin (où il assiste entre autres aux cours de Georg Simmel en 1914), Paris et Heidelberg. Il obtient son doctorat en 1918. Il quitte la Hongrie un an plus tard pour s’installer officiellement en Allemagne.

De 1922 à 1925 il complète un doctorat d’État (Habilitation) sous la direction du sociologue de la culture Alfred Weber (le frère de Max Weber) et il devient chargé de cours (Privatdozent) à Heidelberg. Il participe en 1929, comme auditeur, au deuxième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands. En 1930, il est nommé professeur de sociologie à l’université de Francfort où il aura pour assistant Norbert Elias. Il quitte Francfort pour Londres en 1933 en raison de ses origines juives où il enseigne à la London School of Economics et à l'Université de Londres.

Parcours intellectuel et influences[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Karl Mannheim conjugue l’influence de plusieurs courants de pensées de l’époque. Il est notamment l’héritier de la tradition hégéliano-marxienne qu’il découvre à travers les travaux de son compatriote Georg Lukacs ; il est également sensible à la philosophie vitaliste de Georg Simmel et à l’herméneutique de Wilhelm Dilthey ; il s’intéresse aussi aux avancées de la phénoménologie, en particulier, à la sociologie de la connaissance développée par Max Scheler et, plus tard, à l’ontologie de Martin Heidegger. Mannheim est aussi un lecteur assidu des travaux de Max Weber ; il accorde également une importance capitale à l’historisme désenchanté du théologien et sociologue Ernst Troeltsch.

Cette fréquentation à la fois de la philosophie et de la sociologie est caractéristique de l'œuvre de Mannheim qui a toujours refusé de séparer les deux domaines (cet aspect est d'ailleurs une constante de la sociologie allemande jusqu'à Jürgen Habermas). Son premier ouvrage porte sur la théorie de la connaissance et sera publié dans une collection dirigée par le néo-kantien Ernst Cassirer ("L'analyse structurelle de la théorie de la connaissance").

Cet apparent éclectisme sera synthétisé dans la constitution d’une sociologie de la connaissance en poursuivant les intuitions de Max Scheler pour constituer un nouveau chapitre de la sociologie dite « compréhensive » qui n’aurait pas pour point de départ l’individu, comme chez Max Weber, mais bien des groupes envisagés dans leur « constellation » socio-historique concrète. De la sorte, Mannheim parvient à concilier habilement les différentes écoles de pensée de son époque comme en témoigne la publication très remarquée de Ideologie und Utopie (1929) qui donne lieu à des compte rendus de penseurs venus d’horizons extrêmement divers : Herbert Marcuse, Max Horkheimer, Hannah Arendt, Ernst Robert Curtius, Helmuth Plessner, Paul Tillich.

Sociologie de la connaissance[modifier | modifier le code]

Période londonienne[modifier | modifier le code]

Karl Mannheim connaît beaucoup de difficultés à s'imposer à Londres. Il laisse de côté la sociologie de la connaissance pour s'intéresser à l'éducation, à la rationalisation et il s'interroge sur le problème de la planification (économique et politique) qu'il juge essentiel à l'essor de la société moderne. Sa pensée reste marquée par la philosophie de l'histoire et par certaines idées marxistes qui ne recevront pas un accueil favorable en Angleterre. Il sera sévèrement critiqué par le philosophe libéral et épistémologue Karl Popper qui réduit sa sociologie à l'historicisme.

Doublement exilé et mal compris dans ses derniers travaux, Mannheim poursuit, non sans amertume, une carrière qui devait s'achever dans un certain oubli de sa contribution majeure à la sociologie de l'entre-deux guerres. Vers la fin de sa vie, Mannheim adopte une attitude conservatrice qui contraste beaucoup avec ses positions plus engagées des années 1920. À Londres, il a beaucoup contribué à faire connaître l'œuvre de Max Weber et celle d'Ernst Troeltsch.

Peu connue en France (en raison notamment d'une médiocre traduction d'Ideologie und Utopie et de son association trop stricte au marxisme), la sociologie de Mannheim a toutefois fait l'objet de plusieurs études et traductions aux États-Unis, comme les traductions et les études conduits par le sociologue Kurt Heinrich Wolff[1]. En Allemagne, elle est restée dans l'ombre de sociologues comme Jürgen Habermas et Niklas Luhmann qui ont connu un succès considérable à partir de la fin des années 1960. Le sociologue Nico Stehr (allemand d'origine qui a enseigné au Canada et aux États-Unis) revendique depuis les années 1980 l'héritage de Karl Mannheim et de la sociologie de la connaissance.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Die Strukturanalyse der Erkenntnistheorie, Berlin 1922.
  • 1929, Ideologie und Utopie, Bonn 1929 (Éd. Frankfurt am Main et rééd. Klostermann).
- Édition anglaise en 1936, Ideology and Utopia. An Introduction to the sociology of knowledge, trad. Louis Wirth et Edward Schils, Édition augmentée et remaniée pour le public anglophone.
  • Die Gegenwartsaufgaben der Soziologie, Tübingen, 1932.
  • Mensch und Gesellschaft im Zeitalter des Umbaus, Leide, 1935
  • 1940, Man and Society in an Age of Reconstruction: Studies in Modern Social Structure. London: Kegan Paul
  • Diagnosis of our Time. Wartime Essays of a Sociologist, London, 1943.
  • Freedom, Power and Democratic Planning, London, 1951.
  • Strukturen des Denkens, ouvrage inédit comprenant deux essis sur la sociologie de la culture édité par David Kettler, Volker Meja et Nico Stehr, Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main, 1980. Également traduit en anglais par les mêmes éditeurs.
  • Konservatismus, thèse d’habilitation inédite éditée par David Kettler, Volker Meja et Nico Stehr, Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main, 1984. Également traduit en anglais par les mêmes éditeurs.

Livres et articles traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Le Problème des générations (1928), trad. Gérard Mauger, Paris, Nathan, 1990.
  • Idéologie et Utopie (1929), Rivière, 1956 (Les Classiques des sciences sociales.)
  • La pensée conservatrice, trad. Jean-Luc Evard, Editions de la revue Conférence, 2009.

À noter: Comme l'a souvent rappelé Joseph Gabel (l'un des seuls commentateurs de Mannheim en français), cette édition de Ideologie und Utopie pose plusieurs problèmes car il s'agit d'une traduction française de la traduction anglaise de l'ouvrage. Il est préférable de se référer à l'édition anglaise (1936). On notera toutefois que cette édition n'est pas sans poser quelques problèmes parce que Mannheim l'a considérablement expurgée de nombreux concepts appartenant à la sociologie et la philosophie allemande pour en faire une version plus accessible à un lectorat anglophone. De plus, on peut mentionner que la traduction anglaise elle-même est souvent très discutable... On peut lire à ce sujet les articles qui précèdent la traduction de l'article mentionné ci-après ("De la concurrence..") dans L'Homme et la société)

  • « De la concurrence et de sa signification dans le domaine intellectuel » (1929), L'Homme et la Société, n° 140/141, 2001.
  • « Les sciences sociales et la sociologie » (1936) dans Les Convergences des sciences sociales et l'esprit international, Centre d'études de politique étrangère, 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Pace Filtranisme, Una vita da raccontare, intervista, di Rogerio Bucci, Quattrochi Lavinio Arte, p. 17 and 18, 2012, Anzio, Italia

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]